Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 01:10

Les Abeilles : recettes et hydromel 

  • Pour les abeilles :
    Pour nourrir leurs abeilles les apiculteurs diluent du sucre roux dans de l'eau. Mais on peut aussi employer du sucre fin ménager (c'est plus cher) dilué au pourcentage de 1 volume de sucre pour 3 volumes d'eau, d'eau tiède et très propre (eau d'Evian, par exemple) et 10 pour cent de bon miel. Déposer très peu de liquide dans une soucoupe et bien l'étaler, sinon les abeilles vont patauger ! Pour éviter cet inconvénient, je fais un lit de quelques graviers qui serviront de reposoir car il arrive souvent qu'une abeille se pose sur le liquide au lieu du bord de la soucoupe. Elle s'alimente puis décolle pour se poser non loin au soleil et faire une longue toilette avant de repartir vers son abri.

  • Pour les humains :
    Il est rare de trrouver une recette de pâtisserie dans laquelle entre une grande partie de miel. En voici une :
    * 125 grs de semoule, 1/2 litre de lait, 80 grs de miel, un zeste de citron, 30 grs de beurre et sel.
    * 500 grs d'abricots, 125 grs de miel, 50 grs de biscuits à la cuiller, 1 dl. de kirsch et 50 grs de beurre.
    1 - Faire bouillir le lait avec le sel et le miel. Mettre un zeste de citron râpé et y jeter la semoule en pluie. Cuire à feu doux jusqu'à épaississement. Incorporer 30 grs de beurre et verser cette préparation en couronne dans un plat à four.
    2 - Pendant la cuisson de la semoule, cuire les abricots dénoyautés dans un plat à gratin légèrement beurré. Les abricots sont nappés avec 125 gr de miel. Lorsqu'ils sont cuits, les mettre au milieu de la couronne. Saupoudrer avec les biscuits à la cuiller émiettés. Arroser avec le kirsch, le beurre fondu et passer au four chaud pendant 5 à 6 minutes.
    Cuisson : 30 minutes. (Ginette MATHIOT -voir bibliographie)

  • Si un essaim s'invite chez vous, ne le détruisez pas. Demandez à l'apiculteur le plus proche de venir l'enlever. Il le mettra dans une ruche.

  • Sirop médicamenteux pour les abeilles :
    Versez un litre et demi d'eau bouillante sur une forte poignée de plantes aromatiques : thym, sauge, serpolet, lavande, sarriette etc... dans un pot de terre qu'on laisse pendant 20 minutes à côté du feu.
    Ensuite passer l'infusion à travers un linge et la faire tomber sur un kilo de sucre, que l'on fait dissoudre près du feu. Ne jamais faire bouillir.
    Lorsque la dissolution est terminée, ajouter environ deux cuillerées à bouche d'alccol à 50 ou 60° soit de l'eau-de-vie, mélanger et servir tiède à la dose de un demi-litre par colonie pendant plusieurs jours. Vous serez étonnés de la bonne allure que prendront les colonies ainsi alimentées. (E.ANGELLOZ-NICOUD- voir bibliographie)

  • Pour soigner une piqûre d'abeille, vous prenez un oignon frais que vous coupez et vous appliquez et frottez la partie fraîche sur la piqûre. Vous pouvez aussi déposer sur la piqûre une pincée de bicarbonate de soude.

  • L'Aoudaghost d'El Bekri, tout rempli, au XIeme siècle, de macaronis au miel (Th.MONOD,voir biblio)
    Connaissez-vous les macaronis au miel ? La recette n'est pas donnée.

  • La guerba (outre pour le désert) était impermabilisée avec du goudron, du beurre ou... du miel !

  • Du miel mélangé avec du lait entrait dans la composition d'une recette fort compliquée pour soigner la dyspepsie. Inscription d'Epidaure pour les Asclépicions (établissements de bienfaisance de l'antiquité grecque  C.DIEHL)

  • Chaptalisation par le miel !
    "On a raison de penser que l'utilisation du sucre existait avant CHAPTAL. En 1772, ROZIER (abbé Jean-François ROZIER, 1734-1793), conseillait dans le cas des moûts trop aqueux, d'ajouter, outre le moût bouilli et concentré, ce qu'il appelait du "muqueux doux" et le miel de préférence. Il préconisait une livre de miel pour cent litres de moût, ce qui ne fait qu'à peine cinq grammes par litre et donc un gain d'alcool insignifiant" (Emile PEYNAUD, voir bibliographie).
    Nota : à cette époque l'emploi du sucre venait d'être découvert et il était très cher.

  • Chacun ses goûts !
    Mellifère, Mélissa, Mélisse : une plante mellifère aux vertues oubliées, c'est la mélisse qui tire son nom de mélissa (l'abeille) mais... elle repousse les moustiques !
    Mélissa, avec sa soeur Amalthée, ont élevé Zeus en le nourrissant de miel.

  • Sucreries :
    "En 1956, les chercheurs de la "Clinton Corps Products" découvrirent un enzyme autorisant l'hydrolise du glucose en fructose. Le sirop de maïs à haute concentration en fructose (HFCS) était né. Et, grâce à la biotechnologie, le maïs devint un concurent potentiel des sucres de canne et de betterave." (William REYMOND, voir bibliographie)
    Est-ce que les abeilles ont goûté au HFCS ou isoglucose ?

  • Recettes marocaines au miel :
    Les " tresses au miel " et les "crêpes au miel" sont deux délicieuses spécialités marocaines de Marrakech. Trop long à expliquer ici mais les palais gourmands peuvent me contacter !
crêpes au miel

 

  • Pour "doper" un cheval de course !
    Prendre un litre d'eau, 500 grammes de miel, un demi-citron et un jus d'orange, avec un peu de phosphate de potasse et de bicarbonate de soude. (Alin CALLIAS, voir biblio)

  • Confusion !
    En France, le mot miel dit bien ce qu'il veut désigner. Toutefois, en Espagnol, le même mot veut dire "résidu de la fabrication du sucre de canne" !

  • Energie !
    Ces célèbres sportifs consommaient beaucoup de miel pendant leurs efforts suivant Alin CAILLAS : BLYTH qui a traversé l'Atlantique à la rame et participé à la course autour du monde ; TRUDI EDERLI , première femme a avoir traversé la Manche à la nage avant 1914-18 ; sir Edmund HILLARY, vainqueur de l'Everest...

  • Et Obed dit à Jésus : "Tu partageras mon repas, des galettes, des sauterelles grillées et du miel...." Puis Obed fourra dans la cendre deux patates douces et, quand ils les eurent mangées, il alla chercher un rayon de ruche et montra à Jésus comment on tirait le miel : avec le petit doigt."  (G.Messadié,biblio)

    Le pain d'épice :

    Pour préparer le pain d'épice, on mélange, à un kilo de farine de seigle, un kilo de miel et on laisse reposer la pâte ainsi obtenue pendant une semaine dans la huche. Au moment de cuire, on pétrit à nouveau en incorporant à la pâte quatre jaunes d'oeufs, huit grammes de poudre de cannelle et huit grammes de carbonate d'ammoniaque. On étend ensuite cette pâte au rouleau sur une épaisseur de deux centimètres, puis on l'introduit dans un four chaud sur une plaque de tôle huilée après avoir décoré sa surface à l'aide de petits morceaux d'écorces d'orange amère et d'angélique confites. (A.L.MARCHADIER).

    ...et l'hydromel !

    Dans un hectolitre d'eau tiède mettre 50 kilos de miel et remuer jusqu'à ce que le miel soit dissous. Chauffer ensuite à ébullition, en écumant chaque fois qu'il est nécessaire et en ayant soin de prolonger l'ébulition jusqu'à ce que le volume du liquide soit réduit aux trois-quarts (75 kilos environ). A ce moment, verser le jus sucré, ainsi obtenu, dans un tonneau, et, quand il est refroidi et reposé, ajouter 20 grammes d'acide tartrique ou d'acide citrique pour régulariser la fermentation, puis pour la nutrition phospho-azotée des ferments, 15 grammes de phosphate d'ammoniaque et 60 grammes environ d'un morceau de rayon (qui contient à la fois pollen et ferments).

    Recouvrir alors d'un linge épais et mouillé le tonneau non bondonné et le placer dans un cellier à température constante et voisine de 18°. Après cinq mois on peut soutirer : l'hydromel et prêt à être consommé. (A.L.MARCHADIER, voir bibliographie)
    Tchin, tchin !

  • Hydromel vineux, recette de 1777 ! NDLR : le texte est transcrit en vieux français.
    Manière de faire l'hydromel vineux : Verfez de l'eau froide fur du miel, favoir une quarte ou près de deux pintes fur chaque livre : il se defoudra au bout de deux ou trois femaines, pour peu que vous le remuez, & il fermentera fans qu'il foit befoin de mettre du levain de bière, qui donne un goût défagréable au vin. Vous le tranfverferez & le boucherez lorfqu'il fera temps. Au bout d'un an cette liqueur fent fi peu le miel, qu'il n'y a perfonne qui ne la prenne pour du vin ; en eftdilpenté par-là de faire bouillir la liqueur.
    ("L'Albert moderne", chez veuve Duchesne,, librairie saint Jacques 1777. approbation et privilège du Roi)

    Formule du chouchenn (hydromel en Bretagne) pour le simple particulier :
    Jeter 200 litres d'eau tiède sur 25 livres de miel, de façon de le faire fondre. Quand le miel est bien fondu en délayant, laisser froidir et entonner dans un fût, mettre un kilogramme de raisins de Corinthe, pour hâter la fermentation et boire à la ciel, trois ou quatre jours après. Il est conseillé de boire le mélange dans les plus brefs délais car ce chouchenn se révèle instable. (Patrick DENIEUL, voir bibliographie 2)
    NDLR : Donc, quantité à produire suivant les besoins en respectant les pourcentages eau-miel-raisins de Corinthe.

  • L'Ethiopie est restée le pays de l'hydromel, le premier alcool élaboré.

  • Petites phrases dans la littérature :
    C'est la déesse Flore qui offrit le miel aux hommes - Trimalcion Claque des doigts : le repas commence par des loirs garnis de miel et de pavots (Satiricon) ! Au banquet offert par les Leudes, à côté des verres de bière et d'hydromel destinés aux hôtes chrétiens d'autres gobelets étaient remplis de vin à l'usage des païens -
    Maurice RHEIMS (voir bibliographie)         

    

  • Au temps de Jésus-Christ :
    A Jérusalem, parmi les plats servis par Hérode : des écorces de citrons amers fermentés dans le miel, pour changer le goût entre les plats.
    Hérode : "Vous ne goûtez pas à ce pain de miel ? Savez-vous comment il est préparé ? Plongez du pain dans du miel pendant trois jours et trois nuits, puis laissez-le sècher un jour au soleil, passez-le au four une heure ou deux et garnissez-le de crème fraîche. Tenez !" (G.MESSADIE, voir biblio)

  • Des injections intraveineuses de miel très pur et spécialement traité auraient donné d'excellents résultats dans le traitement des maladies du coeur et d'eczémas. Les vomissements incoercibles de la grossesse auraient été jugulés par ce traitement (M.REBOUX, voir bibliographie)

  • Encaustique à froid
    Préparation de l'encaustique à froid :
    On réduit la cire en très petits morceaux à l'aide d'une râpe ou d'un couteau. On jette le résultat dans l'essence ou de la térébenthine. On remue bien le tout. La solubilité est plus lente à froid qu'à chaud mais elle écarte tout danger (M. de NANSOUTY, "les annales"  1910, nr 1385)

  • Vrai :
    A peu près aussi calorique que le sucre (307 Kcal / 100 grs contre 400-420 Kcal / 100grs, le miel possède en revanche un pouvoir sucrant 130 fois plus élevé en raison de sa richesse en fructose. Résultat : on en met moins. Autres atouts, il s'assimile plus facilement que le sucre ordinaire, n'irrite pas l'appareil digestif et contient divers micronutriments (minéraux essentiellement).

  • "celui qui a de l'ail, de la sauge et des abeilles dans son jardin est assuré de vivre longtemps" dicton provençal.

  • DE POMIANE nous a certifié avoir dégusté à Varsovie des hydromels de 150 à 200 ans d'âge, et des hydromels à base de miel de tilleul ayant 250 ans de bouteille. L'hydromel bien fait, titrant de 9 à 12 degrés d'alcool veillira comme un vin (MATHIS)

  • Gastronomie phrygienne :
    À la table du roi phrygien MIDAS, il y a 2700 ans, il y avait un cocktail à base de vin, de bière d'orge et d'hydromel. La viande de chèvre ou de mouton était badigeonnée de miel, arrosée d'huile d'olive, parfumée au fenouil ou à l'anis et cuite au barbecue ("Science et vie " , nr.1001, février 2001)

  • Miel plus olivier, les remèdes de PLINE :
    En usage externe, des feuilles de l'olivier en duo avec du miel contre la migraine. En décoction avec du miel contre les inflammations des gencives et les panaris, de l'écorce raclée des racines d'un jeune arbre avec du miel pour soigner les expectorations purulentes.

  • Selon Platénarinus, le jus de l'écorce du sureau seul avec du miel tue les vers du ventre.

        Fruits confits :

        Si les romains, dès l'antiquité, faisaient confire des fruits dans du   miel pour les conserver, c'est Nostradamus qui formalise la recette, en 1555, dans son ouvrage "Traité des fardements et confitures". Il y enseigne comment "confire petits limons et oranges tout entiers, coings en quartiers avec du sucre pour faire du cotignac (pâte de coing), des poires confites"...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BALADES ENTOMOLOGIQUES

 

http://fdata.over-blog.net/1/76/85/08/avatar-blog-1071798285-tmpphpSmklSB.jpg

 

Description : Macrophotos, observations et études sur quelques insectes de Provence.

Partager ce Blog

Retour à la page d'accueil

Contact

Recherche

COPYRIGHT

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/Divers/copyright3.gif  Le téléchargement de tout ou partie des textes, images, sons, photographies, données, marques et tout autre élément qui y sont contenus est autorisé à des fins strictement privées ou dans le cadre scolaire et pour un usage non commercial. Toute utilisation, diffusion, commercialisation, reproduction et représentation, totale ou partielle, d'éléments du site à d'autres fins est subordonnée à l'autorisation préalable de l'auteur. Merci.

Pierre-Jean BERNARD

ALBUMS PHOTOS

 

Album 1

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/dasypoda-hirtipes-1.jpg

Album 3
http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/3/Tircis-pararge-aegeria-aegeria-sur-ceanothus-11.04.JPG

Album 4

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/4/clairon-des-abeilles-10.07.JPG

Album 5
http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/5/08.09-PM-mangeant-bouton-fenouil---pollen.JPG

Un clic sur image
pour voir les albums

Album 6

/*---personnalisation----*/