Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:27
"Bombus terrestris" sur fleur d'arbousier - 17.01.2017 - moins 5 degrés à 6 h / plus 4 degrés à 13 h - Mistral.

"Bombus terrestris" sur fleur d'arbousier - 17.01.2017 - moins 5 degrés à 6 h / plus 4 degrés à 13 h - Mistral.

BOMBUS TERRESTRIS

BOMBUS LUCORUM - bourdon mâle des saussaies.

BOMBUS REDERATUS

BOMBUS HORTORUM


Bourdon terrestre
Bombus terrestris
 

Il vit dans les champs, les forêts, les prés et les jardins, même en zone urbanisée.
Il construit son nid sous la terre dans des nids abandonnés de souris, par exemple.
Les femelles hivernent mais, comme vous le verrez dans mes observations, elles sortent butiner même en plein hiver, sur l'arbousier et le laurier-tin entre autre.
Le bourdon terrestre est moins frileux que les abeilles !

Les bourdons sont de bons voiliers, capables de ravitailler le nid même par mauvais temps. Ils rapportent du pollen, sur leurs pattes postérieures, ou du nectar, amassé dans le jabot situé à l’avant de l’abdomen. La charge de pollen peut équivaloir à la moitié de leur poids, celle de nectar à son entièreté.

Le bourdon terrestre est un exemple type d'insecte hivernant ***.
Les femelles, parfois à plusieurs, se mettent à l'abri dans un trou ou une cavité pour y passer l'hiver. Mais, comme vous pouvez le constater dans mes observations, les bourdons terrestres sortent très souvent en hiver, par temps même froid, surtout s'il y a un peu de soleil; pour butiner les fleurs de l'arbousier, par exemple.


Hiverner *** : passer à l'abri la mauvaise saison.
Hiberner : passer l'hiver dans un état d'engourdissement.

"Bombus terrestris se rapproche beaucoup de Bombus lucorum, dont il est impossible de le distinguer en pleine nature. L'identification de ces deux espèces ne peut se faire qu'au moyen d'une loupe à fort grossissement ou d'un microscope, et elle reste là encore délicate même pour un spécialiste" (Jiri ZAHRADNIK, voir bibliographie).

 

"Mathieu LIHOREAU de l'université de Londres, vient de montrer que le bourdon est capable de résoudre l'un des problèmes réputés parmi les plus ardus des mathématiques, le fameux "problème de voyageur de commerce", une gageure que les meilleurs algorithmes ne résolvent que par des approximations et au prix de temps de calcul croissant exponentiellement avec le nombre d'étapes. Comment un cerveau si petit peut-il produire tant d'intelligence ? "

("science et vie", mars 2011, nr.1122) 

* Comme les abeilles et les guêpes, le bourdon effectue un vol de reconnaissance, la tête tournée vers son nid pour prendre des repères et le retrouver au retour de ses butinages. 

Ne pas détruire les nids de bourdons quels qu'ils soient, ils ne sont pas dangereux et ne piquent pas.
Ils contribuent grandement à la pollinisation des plantes.
Leur miel est très bon.

"Bombus terrestris en cours de domestication : Les colonies de bourdons terrestres sont utilisées pour polliniser les cultures sous serres (tomates,aubergines,fraises...). En faisant vibrer leur abdomen contre les fleurs, ils libèrent le pollen, un "travail" qui, en plein air, est réalisé par le vent" (science et vie - juin 2014)
 

Bourdon terrestre ("Bombus terrestris") sur sédum spectabile en septembre
Il possède une langue longue de 7,5 mm à 11,5 mm.

Abeilles-solitaires/chrono1817_1
Pour le bourdon terrestre la couleur violette signifie pitance abondante
(gravé dans ses gènes).
Il visite donc de préférence les fleurs à nuances violettes. 


Abeilles-solitaires/chrono1991_1


En mars, sur une jacynthe du jardin.


Les femelles apparaissent les premières au printemps,
elles sont beaucoup plus grosses (environ 20-25 mm ) que les mâles


accouplement-bourdons 

Document : L'accouplement des bourdons terrestres au sol - 21.05.2011 -
Le mâle est beaucoup plus petit que la femelle.

 

Le bourdon terrestre (Bombus terrestris) peut se confondre facilement
avec
Bombus lucorum, Bombus cryptorum et Bombus magnum, il faut la loupe 
ou le microscope pour les différencier !

 

Abeilles-solitaires/chrono516_1

 


Bombus terrestris est un bourdon familier «qui porte une canadienne» comme dirait J-M.PELT.
En Provence, Il arrive qu'il sorte butiner par des journées ensoleillées de l'automne et de l'hiver sur le laurier-tin, les lamiers, les pensées, les violettes, les fleurs de l'arbousier etc...
Dans la journée, c'est aussi un lève-tôt et un couche-tard !
Le 22.06.2003, j'en ai observé un butinant à 5h15 du matin.
Les Bourdons terrestres butinent tôt le matin et tard en soirée, ce qui voudrait dire aussi qu'ils n'emploient pas toujours le soleil pour faire le point et retrouver leur nid mais, comme les abeilles, la lumière polarisée.
 

Abeilles-solitaires/chrono519_1


Bourdon terrestre sur une fleur de cognassier.


Bombus terrestris sur une fleur de cognassier. Les bourdons sont très utiles pour la fécondation des fleurs du verger.
Les bourdons ont une préférence pour les fleurs bleues.

  •  
    • Bombus terrestris supporte une charge alaire de 244,0 milligrammmes au centimètre carré. La libellule 60 mlg... le canard 1200 mlg ! (Portier)
    • La charge du nectar est de 50 à 90% ; la charge de pollen de 20 à 60% par rapport au poids du bourdon.
    • Les bourdons extraient de l'huile des fleurs le parfum pour séduire les femelles.

* Suivant des expériences réalisées, des bourdons terrestres
relâchés à 13 kilomètres de leur nid ont retrouvé celui-ci !

 

* "On croit volontiers que le bourdonnement est dû au mouvements rapides des ailes ;
il n'est est rien. Ce bruit si caractéristique des abeilles et des mouches continue à se produire lorsque les ailes sont maintenues immobiles ou même lorsqu'elles sont coupées. Il est causé par les vibrations de la paroi du thorax et par le passage rapide de l'air à l'orifice des stigmates. On perçoit facilement ces vibrations en plaçant le doigt sur le dos d'un bourdon" ( A.CAUSTIER - les insectes - 1921 Hachette )

 

Observé un Bombus terrestris femelle le 12.10.2007 qui cherchait un endroit pour hiverner car il volait dans la maison !

Ici, une belle femelle en fin septembre sur sédum spectabile.
Le bourdon terrestre femelle possède un dard mais s'en sert rarement.
Le mâle n'en a pas.
 

abeille_bourdon


En compagnie des abeilles en automne sur une soucoupe de ravitaillement.
Bourdons et abeilles font bon ménage,
ce qui n'est pas le cas avec la guêpe et le frelon !

 

Abeilles-solitaires/chrono619_1.


Tous les butineurs sont amoureux du ciste.
Ici au tôt matin car sa fleur s'ouvre au petit jour et meurt le soir,
d'autres fleuriront à tour de rôle.

 

Observations hivernales bourdons terrestres

Bourdon terrestre (Bombus terrestris) ne craint pas le froid, il porte une canadienne !

"Les bourdons sont irremplaçables dans la pollinisation de certains légumes parmi les plus prisés du jardinier.
Le bourdon terrestre, en particulier, fait partie de ces pollinisateurs
aux battements d'ailes à haute fréquence (environ 100 battements à la seconde) capables d'accéder au pollen des fleurs de tomates et de leurs cousines." (Vincent ALBOUY, voir bibliographie).
 

bourdons-terrestres-asterix-et-obelix. «Astérix» et «Obélix» !
Ce sont les premiers sur la mangeoire, les abeilles   arrivent plus tard,
en fin de matinée. Photo prise en décembre.
Il s'agit d'une ouvrière (le gros) et je pense d'un mâle (le petit).
J'ai observé aussi trois autres petits bourdons mâles,
ce qui est étonnant en cette saison.

 

OBSERVATIONS
 

J 'ai observé des Bourdons terrestres butinant :

  • Le 15 novembre 2003, sur Eléanus eddimger, température 15° à 17h.
  • Le 12 décembre 2003, sur arbousier, température 5° à 6 heures.
  • Le 15 janvier 2004, idem sur arbousier, température comprise entre moins 1° et + 6°.
  • Le 11 décembre 2004, une belle femelle d'environ 2 cms. sur mon arbousier qui commence à fleurir et sur mes lauriers-tin.
    Températures 3°/ 10°, ensoleillé.
  • Le 17 décembre 2004, des bourdons terrestres visitaient mon cyprès, sans doute pour récolter du miellat. 8°/11°.
  • «Petit bourdon de Noël, quand tu descendras du ciel...». Un le 24.12.2004 à 9 h 30, température 8°, soleil et vent.
  • Le 2.1.2005, un butinant à 9 heures sur mon arbousier T 7°.
  • Le 4.01.2005 : Température de 7° à 9 heures. Soleil. J'ai des bourdons terrestres qui visitent mon arbousier et les pensées.
  • Le 6.01.2005 : un petit Bourdon terrestre (15 mm) qui butinait des pensées et tombé par hasard sur la soucoupe de miel des abeilles (voir Maya l'abeille). Depuis deux jours il y revient toute la journée pour se gaver. Il habite à 8 minutes de la soucoupe. Est venue aussi une grosse femelle de plus de 20 mm, une belle bête. Elle s'est ravitaillée pendant plus d'un quart d'heure puis est partie mais n'est plus revenue, du moins ce jour.
    Le petit bourdon est seul car je l'ai marqué et c'est toujours le même qui revient.
  • HUMOUR : Le belle femelle revient elle aussi tous les jours, elle habite dans le coin aussi. Pour ne pas vous répéter le petit bourdon terrestre» et «le gros bourdon terrestre femelle», je vais les appeler «Astérix et Obelix » ! Simple.
  • Donc 9.01.2005 : «Obelix» est revenu. 8 h 30 ce jour avec une température de + 2 ( soleil ) et - 1 à 5 heures. Par contre les abeilles à 11 h avec + 8°/ 9° (voir NOTA).
    Le restant du miel cristallise. «Astérix» prend des boulettes entre ses pattes antérieures et les emporte serrées contre lui. Les abeilles arrivent plus tard, vers 11 heures et 8° minimum (voir aussi NOTA).
    Tout ce petit monde cohabite bien.
    De nombreuses abeilles visitent mon cyprès pour du miellat. On sait que chaque catégorie d'abeilles est dévolue à une espèce de fleur bien précise dont elle porte sur elle l'odeur. Donc, certaines abeilles vont au miellat, d'autres au miel de la soucoupe ; pourtant le miel est beaucoup plus attractif. Discipline, discipline !
  • 10.01.2005, 7 h 45, 9° et temps très nuageux. Le jour pointe à peine et «Obelix» est déjà en train de récolter du miel ! Comme le paysage est dans la pénombre, qu'il n'y a donc pas de soleil ni de lumière polarisée, je me demande comment il fait pour se repérer... «Astérix» arrive un peu plus tard, les abeilles en fin de matinée.
  • 14.01.2005. Moins 1 au tôt matin mais dans la journée les températures sont printanières. Arbousier, laurier-tin et parterre de pensées en fleurs. Un deuxième bourdon terrestre est arrivé («Idéfix» !) 
  • 16.01.2005 : «Obélix et Astérix » sont sur la mangeoire à 7 h 55, 8°, temps très nuageux, on voit seulement la silouhette des arbustes et arbres.
    Paroles d'enfant : nous discutions à table, en famille, sur la façon présumée dont les bourdons se dirigent si tôt le matin. Vol à vue sans doute. Mon petit-fils, lui, nous a dit : «Papy, peut-être qu'ils se repèrent sur les réverbères de la rue !»
  • 22.01.2005 : les bourdons viennent tous les jours et tôt le matin. C'est-à-dire aussi que nous bénéficions d'un hiver doux.
  • 23.01.2005 : 10° à 12 h. Il tombe une pluie fine. Les abeilles ont regagné leur nid mais les bourdons viennent au ravitaillement !

    Vraiment pas frileux les bourdons terrestres ! Comme il pleut, j'ai recouvert la mangeoire avec une feuille aluminium ménagère pour ne pas détruire le miel. Les bourdons passent par dessous la feuille et continuent à butiner. Il n'y a plus qu'eux dehors ! Il est vrai toutefois que l'on rencontre cette espèce jusqu'au Groeland et la Scandinavie (d'après Bernard) 
     
  • 25.01.2005 : 0°/2° à 12 h. Un bourdon terrestre vient au ravitaillement.  Soleil mais vent fort de nord-ouest (Mistral). Je me demande quelle température négative peut immobiliser ces hyménoptères.
    Mieux, le 27.01 de - 4° à +1° à 9 h. Un bourdon est venue butiner le miel... gelé. Mais il n'est pas revenu.
  • 01.02.2005 : - 7° à + 3° à midi. Soleil. Un bourdon terrestre vient butiner une «glace au miel» ! Miel gelé de la mangeoire des abeilles !
  • En novembre 2004, j'avais observé un gros bourdon terrestre femelle en plein centre de Marseille volant dans une cour intérieure du rez-de-chaussée d'un immeuble !
  • 22.02.2005 : Finalement les bourdons terrestres sortent presque tous les jours.  Même avec des températures basses comprises entre moins 4° le matin et plus 6° dans la journée. Même avec du vent. Il suffit qu'il y ait du soleil. Par contre il y a dix jours que les abeilles ne sortaient plus et j'en vois trois aujourd' hui, avec ce froid !
    Les bourdons sont maintenant quatre à butiner. Ce qui veut dire que eux aussi possèdent un langage pour se communiquer le lieu où se trouve la nourriture, mais il est sans doute moins développé que celui des abeilles
  • le 08.01.2008, trois bourdons terrestres butinant sur des fleurs de l'arbousier. T8° Temps pluvieux.
  • Bourdons terrestres le 25.12 et le 26.12 (5/8 ° - très nuageux) sur laurier-tin et sur arbousier.
  • Bourdons terrestres sur arbousier le 30.12.2008. 11 h - 8°
  • Bombus terrestris affectionne les fleurs du houx. 5 ou 6 y butinaient le 23 mars 2008, température 10° et vent fort de N.O.
  • 27.12.2009 (4°/8°) Trouvé une belle femelle de bourdon terrestre en perdition sur une fleur de chrysanthème aprés une nuit froide. Je lui ai donné du miel, gardée quelques heures à l'intérieur au chaud et elle s'est envolée à 13 heures sous un beau soleil . Plus d'autres bourdons terrestres sur arbousier en compagnie d'un vulcain.
  • le 07.01.2010 (-3° / + 1°) butinant sur arbousier.
  • Aucours du mauvais temps (froid et pluvieux) du mois de février 2010, j'ai observé des bourdons terrestres chaque fois qu'il y avait une journée avec du soleil, ils butinaient sur l'arbousier et le laurier-tin. J'ai également observé des mâles durant cette période.

    J'arrête ici mes observations qui ont couvert tous les mois de l'hiver et donnent une vue complète sur les sorties de Bombus terrestris au cours de ces mois .
     

Comme les abeilles, les bourdons terrestres fréquentent l'intérieur des villes du moment qu'ils y trouvent quelques coins fleuris. Observé abeilles et bourdons en janvier dans le centre de Marseille sur des romarins et des cytises. (janvier 2008)

- NOTA : Les températures sont prises à 5 ou 6 heures du matin et à midi, à 1 mètre 50 du sol et à l'abri. Elles peuvent varier de plusieurs degrés dans mon biotope. La présence du soleil et l'absence de vent influencent positivement les sorties des hyménoptères observés même si les températures sont relativement basses , proches de zéro.


Fin des observations hivernales et relevés sur les bourdons terrestres.
Ce qui vous permettra de constater que ces bourdons ne craignent pas le froid, communiquent entre eux pour dévoiler une source de nourriture, se dirigent presque dans l'obscurité et font bon ménage avec les abeilles.
Je compléterai ces observations à l'occasion de faits nouveaux...
 

Abeilles-solitaires/chrono1172_1

{C}


Au tôt matin, un bourdon terrestre butine une fleur de chèvrefeuille.
Remarquez les anthères baissées tandis qu'une autre dépose
le pollen sur le dos de l'insecte.
Les bourdons sont assez frustes lorsqu'ils visitent les fleurs !
Bourdon terrestre mâle sur fleurs d'arbousier par un timide soleil.

Au mois de janvier, quand l'arbousier fleurit, il est visité pratiquement tous les jours par les bourdons terrestres à qui il offre les premières fleurs à butiner.
Ensuite arriveront les fleurs du laurier-tin et du romarin.

 
photo le 02.01.2011 (T 8°)
 

bombus-terrestris-sur-arbousier-02.01---8-degres


 

chrono2329_1

BOMBUS LUCORUM - bourdon mâle des saussaies - sur fleurs d'arbousier, très ressemblant à TERRESTRIS donc difficile à identifier

Les fleurs de l'arbousier sont en forme de grelot et mon bourdon doit avoir du mal à puiser le nectar. Ils étaient 5 aujourd'hui. (02.01.2011)
Encore un petit mystère : normalement, la compagnie de bourdons meurt à l'entrée de l'hiver est seules quelques femelles se cachent pour attendre le printemps et refonder une colonie.
Seulement voilà : il y
avait bien deux gros bourdons, donc des femelles ; mais aussi des petits qui devaient être des mâles... et puis, nous sommes loin d'étre au printemps et mon arbousier est beaucoup visité...


Insolite ou amusant
  • Mercredi 7 novembre, T 7° à 5 heures / 9° à 10 heures. Nuageux.
    Vers 9 heures, j'étais en train de balayer les feuilles mortes du jardin après un violent Mistral.
    Tout à coup, j'ai entendu un bourdonnement autour de moi et j'ai vu un gros bourdon terrestre (Bombus terrestris-femelle) qui volait et s'approchait parfois de mon visage à sentir le souffle de ses ailes ! J'ai continué et le bourdon me tournait toujours autour ; je me suis arrêté pour le contempler....
    Puis j'ai repris la balayage mais mon bourdon me tournait toujours autour. J'ai tendu le doigt en l'air et il est venu se poser dessus en furetant un peu de la trompe. Je suis allé chercher une goutte de miel et quand je suis revenu il était toujours là. J'ai à nouveau tendu le doigt mais ma nourriture ne l'a pas intéressé. J'ai continuait de travailler, et au bout d'un moment je ne l'ai plus vu ni entendu.
    C'était une femelle qui cherchait un abri pour l'hiver sans doute.
    À cette époque de l'année, la femelle du bourdon terrestre vole bas ou rase le sol à la recherche d'une cachette et se désintéresse des fleurs.

     
  • Le 13.11.2007 à 16 h T 15°, j'ai observé à nouveau une femelle de Bombus terrestris qui cherchait un abri pour l'hiver.
    Elle volait à ras du sol et se faufilait sous les feuilles mortes, puis repartait, recommençait, examinait de près tous les trous.

     
  • Le bourdon se déplace comme un tueur en série !
    Les bourdons choisissent les fleurs qu'ils butinent de la même façon que les tueurs en série sélectionnent leurs victimes, en créant autour de leur domicile une zone tampon dans laquelle ils n'opérent pas, le "profilage géographique" ! En utilisant les logiciels de profilage, les chercheurs sont parvenus à localiser le nid des bourdons ! (Science et vie, nr.1093, octobre 2008)
  • "Nissan a fait la démonstration d'un petit véhicule robotisé dont le système de vision est inspiré des yeux du bourdon ("Micro-hebdo" - nr.548)
     
  • Trapus, lourds et dotés d’une voilure réduite, les bourdons ont depuis toujours intrigué les entomologistes dont beaucoup voient en lui une exception aux lois de l’aérodynamique. Dans l’air raréfié, en anoxie, notre Bombus est non seulement efficacement actif mais il maintient sa température interne à 44°C.
    OPIE - D’après, notamment «Bumblebees set new insect record for high-altitude flying» par Ian Johnston.
     
  • Que retient un bourdon (Hym. Apidé) butinant qui a échappé à une misumène (araignée, Thomisidé) chassant ? Il se méfie désormais, prenant un peu de temps pour examiner la fleur appétissante avant de renoncer, éventuellement, à cette provende.
     
  • Culbute dans le miel :
    J'avais un peu de restant de vieux miel au fond d'un pot et je l'avais étalé sur une pierre. Un gros bourdon terrestre femelle (25 mm environ) était venu se restaurer (février) mais avait culbuté dedans, à l'envers, poussé par une rafale de vent. Tout englué, il ne pouvait plus voler. J'ai donc employé les grands moyens : j'ai pris un verre plein d'eau tiède et je lui ai fait faire brièvement quelques "sous-l'eau" en plongée pour le nettoyer ! Ensuite, j'ai mis le bourdon sur un morceau d'essuie-tout dans une boite perforée, et le tout sur un radiateur pendant une demi-heure. Quand j'ai ouvert la boite dans le jardin, il est venu sur le bord, a fait vibrer ses ailes maintenant débarrassées du miel, puis il s'est envolé avec un puissant bourdonnement.
     
  • Froid nocturne - 27.12.2009 (4°/8°) : trouvé une belle femelle de bourdon terrestre en perdition sur une fleur de chrysanthème après une nuit froide passée dehors. Je lui ai donné du miel, gardée quelques heures à l'intérieur au chaud et elle s'est envolée à 13h sous un beau soleil. Autres bourdons terrestres sur arbousier et laurier-tin.
  • C’est bien connu, les haies forment des corridors qu’empruntent les oiseaux et les petits mammifères. Et les insectes pollinisateurs ? Un bourdon peut parcourir 3 km dans la journée et n’est pas facile à suivre.
    Eux aussi suivent les haies, comme l’a montré l’expérience montée par Jeff Ollerton et ses collaborateurs à l’université de Northampton (Royaume-Uni). Depuis des postes d’observation tous les 10 m face à une haie rectiligne, les trajets des bourdons (et autres abeilles) ont été notés (OPIE)
     
  • Espionnage :
    Quand les bourdons espionnent les abeilles, par Bruno Scala. Futura-Sciences, 19 février 2012. "Les bourdons savent tirer des informations des abeilles domestiques, avec lesquelles ils sont en compétition pour la nourriture. Ces renseignements hétérospécifiques (entre espèces différentes) ont autant de valeur que ceux obtenus chez d'autres bourdons." [Le Bourdon terrestre, Bombus terrestris, Hym. Apidé] 
  • Le bourdon est affecté par les insecticides : 

Des colonies plus petites avec moins de reines : l'imidaclopride, insecticide contre les ravageurs des cultures, n'épargne pas les bourdons sauvages. Ces effets viennent d'être quantifiés par Penelope WHITEHORN (université de Stirling, Ecosse) qui a suivi 75 colonies de Bombus terrestris (bourdon terrestre) nourries, pour la moitié, avec du pollen contenant des quantités infimes d'imiclaclopride . Résultat ? Les colonies exposées à des taux proches de ceux observés dans les champs sont 12 pour 100 plus petites que les autres. Et elles produisent 10 fois moins de reines ! Or, les bourdons ont un cycle annuel, et seules les nouvelles reines fondent une colonie au printemps suivant"  revue "science et vie" - nr. 1136 - mai 2012 - E.H -

  • Le vol du bourdon : 

Le bourdonnement de l'anthophore bimaculata inspira Schubert qui composa "l'abeille" mais j'ose croire que le vrai sujet inspirateur de Rimsky-Korsakov pour
"son vol du bourdon" fut l'anthophore, dont le registre infiniment plus étendu a des sonorités plus riches (Robert Hardouin)
 

  • SAUVETAGE :

Après une longue pluie, j'ai trouvé au sol un bourdon terrestre femelle en mauvaise posture.

Comment sauver un bourdon ? 
La solution est simple : vous le posez au sec et au soleil si celui-ci est revenu, et vous trempez le bout d'une allumette dans du miel ou du sucre mouillé et vous lui présentez sous sa trompe. Il va s'alimenter et repartir au bout d'un certain temps.
 

Celui-ci a repris son vol au bout de 20 minutes de soins. Photo.29.04.2013

  sauvetage-bombus-terrestris-29.04

bombus-terrestris-3
bombus_rederatus

"Bombus rederatus"- mâle- sur chardon,

il peut se confondre avec "bombus terrestris" ou"hortorum" 
mais il possède de longues antennes pour le différencier.


bombus terrestris vu de face

Bourdon terrestre vu de face.

 

 

BOMBUS HORTORUM peut se confondre avec TERRESTRIS.22.04.

BOMBUS HORTORUM peut se confondre avec TERRESTRIS.22.04.

Comment les bourdons réussissent-ils à voler avec de si petites ailes ?

(question d'un lecteur de la revue "science et vie")

Réponse : "L'entomologiste français Antoine Magnan a semé le doute dans les années 1930 en affirmant que le bourdon, trop lourd par rapport à la portance de ses ailes, ne devrait pas pouvoir voler. Et pourtant il vole ! Son secret ? Une technique ultraperfectionnée de 200 battements d'ailes par seconde, où chaque mouvement, en forme dhuit, génère des effets d'ascenseur, donnant lieu à un retour d'information sensori-nerveux qui permet au bourdon de se stabiliser et d'ajuster son vol de façon trés réactive - A.P -"

Faux souvenirs Il est relativement facile de faire naître des faux souvenirs chez Homo sapiens, notamment sur le divan du psychanalyste ou dans les locaux de la police . Il est également simple de les faire naître et de les mettre en évidence chez le Bourdon terrestre, qui vient d’être reconnu comme le premier animal à partager cette faculté (de mélanger des souvenirs) avec l’Homme.Bombus terrestris (Hym. Apidé), on le sait depuis longtemps, possède de grandes capacités de mémorisation des odeurs, des couleurs, des formes, des trajets… Lars Chittka et Kathryn Hunt (Queen Mary University, Londres, Royaume-Uni) on entraîné des bourdons à s’attendre à recevoir une récompense de leurs visites successives d’une fleur (artificielle) jaune et d’une autre (idem) décorée de cercles noirs et blancs. Puis, les jours suivants, ils leur ont présenté trois fleurs, les deux citées plus une nouvelle variété « mixte », avec des cercles jaunes et blancs. Les bourdons ne se trompent pas le premier jour mais au-delà (jusqu’à 3 jours), ils vont dans la moitié des cas vers la fleur nouvelle, qu’ils n’ont jamais vue durant leur entraînement. Cette erreur, le mélange de deux souvenirs, de leur mémoire à long terme n’est pas un bug mais traduit une adaptation utile : cette mémoire – particulièrement limitée par la petite taille de leur cerveau – efface en premier les souvenirs précis d’objets individuels pour ne conserver que les caractéristiques servant à les classer. Nos chercheurs entreprennent de pister les bourdons par radar tout au long de leur vie imaginale pour comprendre comment ils accumulent et traitent les informations reçues. D’après « Bumblebees make false memories too », Transmis par Mr. Alain FRAVAL - OPIE - mars 2015.

* Le 17.02.2016 à 12 h , j'ai aperçu un lézard capturer en un clin d'oeil un bourdon terrestre qui s'était posé sur l'herbe à côté d'une souche !

-

Partager cet article

Repost 0

commentaires

BALADES ENTOMOLOGIQUES

 

http://fdata.over-blog.net/1/76/85/08/avatar-blog-1071798285-tmpphpSmklSB.jpg

 

Description : Macrophotos, observations et études sur quelques insectes de Provence.

Partager ce Blog

Retour à la page d'accueil

Contact

Recherche

COPYRIGHT

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/Divers/copyright3.gif  Le téléchargement de tout ou partie des textes, images, sons, photographies, données, marques et tout autre élément qui y sont contenus est autorisé à des fins strictement privées ou dans le cadre scolaire et pour un usage non commercial. Toute utilisation, diffusion, commercialisation, reproduction et représentation, totale ou partielle, d'éléments du site à d'autres fins est subordonnée à l'autorisation préalable de l'auteur. Merci.

Pierre-Jean BERNARD

ALBUMS PHOTOS

 

Album 1

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/dasypoda-hirtipes-1.jpg

Album 3
http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/3/Tircis-pararge-aegeria-aegeria-sur-ceanothus-11.04.JPG

Album 4

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/4/clairon-des-abeilles-10.07.JPG

Album 5
http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/5/08.09-PM-mangeant-bouton-fenouil---pollen.JPG

Un clic sur image
pour voir les albums

Album 6

/*---personnalisation----*/