Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 00:59
A - Au tout début du creusement du terrier - 12 h 18
A - Au tout début du creusement du terrier - 12 h 18

A - Au tout début du creusement du terrier - 12 h 18

J'étais en train de surveiller les andrènes A et B quand une nouvelle abeille terrassiére est venue se poser sur la terre à 50 cm du nid A et a commencé à creuser la terre pour édifier son nid ! 12 h 18 - 27.03 - T 18° -

Elle creuse pratiquement toujours dans la même position avec ses mandibules et ses pattes antérieures et elle dégagent les micro-boulettes de terre (argile humide après pluie) avec ses pattes postérieures. A mesure qu'elle creuse elle s'enfonce dans la terre et à un moment donné les matériaux extraits lui retombent dessus. Ce qu'il fait qu'elle continue son travail mais on ne la voit plus, juste la terre qui bouge (12 h 30 ).

Un cône commence à s'élever . Sa forme à 13 h 20 = série B , la dixième photo.En fin de journée il n'avait pas beaucoup évolué. 

Le 28.03 l'andrène a terminé son nid avec son cône ("volcan") et le trou ("cratère"). Je l'ai vue apporter un chargement de pollen à 11 h et repartir à 11 h 10, etc.

Je pense que cette andrène que je nommerais C  est l'andrène de mes précédents articles car il serait extraordinaire que dans mon jardin de 500 mètres carrés une andrène étrangère soit venue justement au même endroit que les autres construire son nid ! Enfin c'est une supposition - A a fermé définitivement son nid le 26.03 et celle-ci a ouvert le sien le 27.03 (photo bas de page)

Andrena rhenana C a définitivement clos son nid le 06.04 soit après 11 jours d'activité, ce qui est court par rapport à A et B (toujours active le 09.04), ceci me laisse penser que l'andrène A et bien la même que la C qui a refait un autre nid mitoyen...

B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.
B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.
B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.
B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.

B - Le film du creusement du terrier. Photos de deux minutes en deux minutes environ.

Le nid le 27.03 - Ouvert et allées et venues de l'abeille qui travaille, elle, toute la journée.T 9°/20° - nid définitivement clos le 06.04 -

Le nid le 27.03 - Ouvert et allées et venues de l'abeille qui travaille, elle, toute la journée.T 9°/20° - nid définitivement clos le 06.04 -

Partager cet article

Repost 0
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 00:58

26.04.207 : l'andrène B a clôturé son nid soit après un peu plus d'un mois d'activité car il était déjà en place quand je l'ai découvert.

ANDRENA RHENANA quitte le nid - 23.03 - 27 eme jour d'observations.ANDRENA RHENANA quitte le nid - 23.03 - 27 eme jour d'observations.

ANDRENA RHENANA quitte le nid - 23.03 - 27 eme jour d'observations.

L'explication pour la raison que je n'observe qu'une abeille par nid :

Le propre des andrènes pour la plupart, et des abeilles solitaires en général, c'est d'être solitaires : 1 nid = 1 femelle.

Le mâle a fait son job et kaput... il a tout donné il n'est plus de ce monde sans doute déjà depuis belle lurette . il a transmis les gamètes d'une femelle et c'est tout (puisque non fécondé,le principe du mâle chez les Hyménoptères haplodiploides, il possédait le même patrimoine génétique que sa mère). La femelle en question que vous observez pouvait être sa soeur ou une très proche cousine..Il n'y a pas de morale dans ce petit peuple au ras des pissenlit où la frontière du monde ne doit s'étendre guère qu'au delà de 200 m. à la ronde. Bientôt un mois de durée de vie c'est pas mal et elle ne devrait plus faire long feu, elle a échappé au mauvais temps, aux prédateurs, à une subite disparition de ressource qui aurait pu lui faire abandonner son nid en l'état... bref vous détenez là un paradis sur terre pour Andrena rhenana.. un coup de tondeuse (mal ou bien négociée selon comment on voit les choses) et le paradis devient enfer...

NDLR : Je ne passe jamais la tondeuse, je taille à la faucille !

Quand à l'inactivité post-midi comme beaucoup d'insectes il faudrait ramener cela à plusieurs approches de variables (température du sol, heure solaire,météo...) pour comprendre ce phénomène mais tout ce qui touche à l'éthologie de ces petites bêtes demeure encore souvent d'agréables ou de surprenantes découvertes que l'on se creuse à comprendre, interpréter sans avoir forcément d'éléments tangibles pour trouver une réponse... mais je vous rassure, ce phénomène est aussi connu chez d'autres genres d'abeilles comme les Colletes (Colletes cunicularius au printemps, Colletes hederae à l'automne) ; je n'en connais pas vraiment la raison, à fouiller peut-être dans une bibliographie... On peut supposer que maintenant elle produit ou va produire des oeufs non fécondés (futurs mâles) et que pour chaque cavité creusée le long de son couloir d'accès elle a un besoin de se limiter en volume de pollen alors qu'elle a un rythme de ponte lui aussi contraint (1 seul ou quelques oeufs /jours ?) et, que ceux-ci une fois pondus, elle doit attendre le lendemain pour disposer de nouveaux oeufs viables et ce n'est qu'à ce moment qu'elle s'active... c'est une supposition... comme sans doute d'autres possibilités. Je ne connais pas assez bien la biologie des abeilles pour pouvoir affirmer quoique ce soit là dessus. Je mets en copie à des collègues davantage férus de biologie et de bibliographie sur le sujet.

( David Genoud 22.03.2017)

Suite des observations:

Le 15.03 : L'abeille (baptisons-la A) est sorti à 11 h 45 puis est revenue seulement deux minutes après et a refermé son nid pour la journée.

16.03 : Ouverture du nid à 8 h 30 - température 13° - Je l'ai observée arriver chargée à 11 h 15 et elle a clôturé son trou aussitôt (T 19°) tandis que l'autre andrène (baptisons-la B), dont le nid est à 90 cm de là, a fait de même une demi-heure après. Les nids sont pourtant en plein soleil à cette heure de la mi-journée... Les nids sont restés clos le restant de la journée.

Ces deux Andrena rehana ne sont pas actifs toute la journées, ils font quelques voyages puis ferment la boutique, parfois le matin ou tôt dans l'après-midi. Ce n'est pas la météo du lieu qui influe sur leur comportement, je les ai observés actifs par temps humide et couvert (14°).

J'ai pris délicatement avec une pince de philatéliste les particules qui ferment le nid. Ce sont bien de minuscules cailloux et des petites boules de terre humide agglomérée. Ils ne les agencent pas en les prenant hors du cratère mais les sortent de l'intérieur du nid. Avant de prendre leur envol ils les poussent discrètement et c'est pour cette raison que je ne vois que leur tête et le prothorax (film photos) mais pas l'abeille en entier avant l'envol ; ils doivent en prendre de l'intérieur du nid car je n'en ai jamais vu un totalement hors du nid s'affairer avant le départ ou à l'arrivée ;Il y a peut-être des exceptions que je n'ai pu saisir...

17.03 : L'andrène B : ouverture à 10 h 45 - nuageux - 13° - envol à 11 h 27 - retour à 11 h 48, soit 21 minutes après - refermé le nid à 11 h 53. (1 heure)

L'andrène A : ouverture à 11 h 30 - envol à 11 h 42 - soleil - 16° - retour à 11 h 56, soit 14 minutes après. Fermé le nid à 12 h. (une demi-heure)

Les deux abeilles sont revenues au nid sans pollen car d'habitude je vois une abeille toute jaune arriver ce qui n'était pas le cas, elles sont donc sorties pour un autre motif que le ravitaillement, je pense que depuis le 25.02 et bien avant les nids doivent être bien pourvus d'où le peu de temps qu'ils restent ouverts. Ou autre motif...

18.03 : Andrène A : Ouverture du nid à 8 h 30 - 12° - soleil voilé -

Andrène B : ouverture du nid à 8 h 45.

De 11 h 49 à 12 h andrène A est resté immobile sur le bord du nid (photos) - envol à 12 h et retour à 12 h 15 avec provision de pollen - ressorti à 12 h 21, soit resté 6 minutes dans le nid. etc.

Andrène B : même procédure à quelque chose prés.

Les deux nids clos vers les 13 heures. (5 heures)

19.03 : Andrène A ouvert à 11 h 05 - fermé le nid à 11 h 30 - T 21° - (25 minutes)

Andrène B ouvert à 7 h 50 - fermé à 10 h 55 soit 3 h après - T 14°. (3 heures)

20.03 : A et B ouverts à 7 h 30 - nuageux - 14° / A fermé à 15 h 45, B fermé à 16 h 10. (9 heures)

21.03 : B ouvert à 10 h 10 - fermé à 11 h 15 ( 1 h 15 ) - T 14° -

A ouvert à 11 h - fermé à 11 h 30 (1 h 30)

21.03 : Je suis arrivé au nid alors que l'andrène A était en train de clore son nid et je peux confirmer qu'il travaille de l'intérieur. J'ai vu bouger et se joindre les particules de terre humide (argile) et les minuscule cailloux pendant un moment et jusqu'au nid fermé je n'ai jamais vu le bout d'une antenne ! A sa découverte le 25.02, le "volcan" mesurait 5 cm de diamètre et 2 cm de haut comme je l'ai déjà dit, après une pluie il a été dégradé mais jamais reconstruit, la terre était étalée. Depuis l'abeille n'a plus refait le cône, c'est maintenant une crêpe ! Donc le volume du "volcan" était de 13,09 cm3.

Ce qui me laisse penser que l'architecture intérieure du nid ne doit pas être très importante...mais pourtant A et B approvisionnent depuis fin février avec quelques arrêts toutefois. Il n'y a qu'une abeille par nid, sans doute une femelle, mais alors où est le mâle ? Elles stockent du pollen pour quoi ou pour qui ? Impossible d'aller voir ce qui se passe sous la terre. J'aimerais connaître l'architecture intérieure...

22.03 : Andrène A : ouvert vers 8 h -fermé 11 h 05.

Quelques sorties : sortie 10 h 06 / entrée 10 h 12 - sortie 10 h 21 / entrée 10 h 27 - entrée 10 h 37 / sortie 10 h 42 - entrée 10 h 56 et fermé le nid à 11 h 05. (3 heures)

Andrène B : ouvert vers 8 h 30 - fermé à 14 h 45 - T 19° - ( 6 heures 45 )

J'ai bien pu surveiller quelques allées et venues, pas trop nombreuses comme à l'habitude, et je l'ai observé fermer son nid à 11 h 05. Il ferme bien de l'intérieur et je ne voyais bouger que les matériaux qu'il manipulait de l'intérieur du bout des mandibules. Photos série F - A noter que ces abeilles terminent leur journée au plus chaud de la température, c'est-à-dire vers midi et 13 heures. Ce n'est pas l'activité de nos abeilles domestiques !

23.07 : Andrène B ouvert vers 9 h - 14° - nuageux, avec éclaircies, vent fort S-E - observé une entrée à 13 h 28 à mon arrivée - est venu deux fois à la fenêtre puis a fermé à 14 h 27 -

Andrène A - ouvert vers 10 h mais n'est pas sorti - est venu à la fenêtre à deux reprises, puis une autre fois sorti en entier puis a fermé vers 15 h - 19 h : Le nid a été bouché en retrait et non pas jusqu'au bord du trou. A l'arrivée d'un orage en soirée, l'abeille a complété la fermeture car au matin il était totalement bien obstrué, travail de nuit donc !

Gros orage en fin de soirée - 17° -

24.03 - 25.03 : les nids sont fermés suite intempéries.

Après une forte pluie, les nids se trouvaient sous 3 cm d'eau !

"Ce n'est pas grave des tas d'espèces (terricoles ou non) produisent une cire hydrophobe...les abeilles peuvent passer plusieurs mois dans une humidité ambiante incroyable voire des périodes de quelques semaines ou mois avec le sol totalement saturé d'eau" (D.Genoud)

Les observations sur les entrées et sorties des andrènes au fil des jours sont maintenant suspendues sur cet article car cela peut durer longtemps !

Toutefois je note au brouillon mes observations et je communiquerais un éventuel événement intéressant..

26.03 : L'andrène A a fermé définitivement son nid le 26.03. soit après 30 jours en tenant compte que lorsque j'ai commencé à la suivre le nid était déjà en place.(25.02)

09.04  : L'andrène B continue à approvisionner son nid. 

26.04 : l'andrène B  a clôturé après un peu plus d'un mois d'activité car so nid était déjà en place quand je l'ai découvert.

Fin des observations.

******************************************************************************************

"La nymphose de la larve dans sa loge est très rapide ,elle consomme le pain de pollen, se nymphose puis entre en diapause estivale/automnale et hivernale et n'émergera qu'en février/mars prochain même si l'adulte est complètement constitué (sans doute avant le début de l'été). Là aussi valable pour la majorité des genres et espèces sauf chez la famille des Megachilidae ou au moins chez les anthidiums où l'on a une diapause hivernale au stade larvaire mais ces taxons sont assez tardifs. Toutefois chez Colletes hederae tardive et massive aussi, la nymphose à lieu avant l'hiver ce qui fait qu'en décembre la colletes est prête pour ne ré-émerger qu'en septembre suivant." (David Genoud)

https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gif

 

Partager cet article

Repost 0
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 00:55

12.03 : J'ai suivi cette abeille en direct depuis le 25.02.2017 jusqu'au 26.03.2017

1 - 2 - 3 - Copyright Pierre-Jean BERNARD.

 

26.03 : Elle a fermé son nid définitivement le 26.03. soit après plus de 30 jours ; le nid était déjà en place quand je l'ai découvert.

Andrena rhenana classification

Empire :Animalia (animaux)
tribu :Arthropodes (Arthropodes)
classe :Insecta (bugs)
ordre :Hyménoptères (mites),
famille :Andrenidae
Sous - famille :andreninae
sexe :Andrena (sable orthoptères)
 

genreAndrena rhenana   (wikipedia Angleterre)


 

 

 

A - Le cône du nid : le "volcan" et son "cratère". Sous les matériaux qui bouchent le trou se trouve un mortier assez consistant ce qui fait qu'ils ne tombent pas dans le trou. Le cône mesure 5 cm de diamètre, haut de 2 cm, et le cratère 4 mm  de diamètre. 13 cm cube 09.
A - Le cône du nid : le "volcan" et son "cratère". Sous les matériaux qui bouchent le trou se trouve un mortier assez consistant ce qui fait qu'ils ne tombent pas dans le trou. Le cône mesure 5 cm de diamètre, haut de 2 cm, et le cratère 4 mm  de diamètre. 13 cm cube 09.

A - Le cône du nid : le "volcan" et son "cratère". Sous les matériaux qui bouchent le trou se trouve un mortier assez consistant ce qui fait qu'ils ne tombent pas dans le trou. Le cône mesure 5 cm de diamètre, haut de 2 cm, et le cratère 4 mm de diamètre. 13 cm cube 09.

B - ANDRENA RHENANA ( 8 mm ) sur Astéracées - Hieracium umbellatum (Epervière commune) - 06.03.2017 - 13 h - 17° - 08.03 : 14 h
B - ANDRENA RHENANA ( 8 mm ) sur Astéracées - Hieracium umbellatum (Epervière commune) - 06.03.2017 - 13 h - 17° - 08.03 : 14 h
B - ANDRENA RHENANA ( 8 mm ) sur Astéracées - Hieracium umbellatum (Epervière commune) - 06.03.2017 - 13 h - 17° - 08.03 : 14 h

B - ANDRENA RHENANA ( 8 mm ) sur Astéracées - Hieracium umbellatum (Epervière commune) - 06.03.2017 - 13 h - 17° - 08.03 : 14 h

C - Le 21.03 toujours sur épervière commune "Hieracium umbellatum" - T 16° -
C - Le 21.03 toujours sur épervière commune "Hieracium umbellatum" - T 16° -

C - Le 21.03 toujours sur épervière commune "Hieracium umbellatum" - T 16° -

Il s'agit de Andrena rhenana. il est oligolectique* sur Astéracées jaune type taraxacum (composées) , Leontodon, Crepis, Hieracium mais en ce moment (25.02) il ne doit y avoir que des Taraxacum (pissenlits) ...

Source : David Genoud , myrmicofourmi.fr - Merci.

*Oligolectique :  espèces d'abeilles qui butinent de manière spécialisée un seul type de pollen, typiquement un seul genre de plantes à fleurs.

* On compte environ 40 espèces d'andrènes pour notre faune.

* Le principal caractère des andrénides est de possèder une langue courte.

**********************************************************************************************************

J'observe cette abeille solitaire dans mon jardin sur une allée de terre damée depuis le 25.02.2017. Le nid était déjà en place. Andrena rhenana nom masculin.

Il construit son nid en creusant la terre et celui-ci prend la forme d'un "volcan" avec son "cratère" (photos) c'est la meilleure description que je puisse en donner ! Abeille solitaire terricole ou terrassière.

Abeille très farouche qui rentre ou sort de son nid directement sans se poser ce qui m'a donné de grandes difficultés pour la photographier malgré de nombreuses heures d'affût . Après une pluie de nuit le nid était détérioré mais reconstruit entre 8 h  et 11 h du matin, l'abeille travaille de l'intérieur sans sortir. 

Il y a un autre nid à un mètre de celui-ci, même procédure.

J'ai remarqué qu'il ne butinait pas sur les pâquerettes alors très nombreuses... (lire explications en fin d'article)***

Marignane - 25.02.2017 au 24.03.2017. Sur terre damée allée jardin. 

Abeille inscrite sur la DD européenne =  DD : Données insuffisantes (taxon pour lequel l'évaluation n’a pas pu être réalisée faute de données suffisantes). .

Liste rouge européenne de l'UICN (évaluation 2014)  : DD (listé Andrena rhenana Stoeckhert,)

INPN(Inventaire National du Patrimoine Naturel)

D - 01.03 : Avant l'envol et de retour.
D - 01.03 : Avant l'envol et de retour.

D - 01.03 : Avant l'envol et de retour.

E - Au retour au nid et avant le départ ; Il met le nez à la fenêtre puis s'envole aussitôt !E - Au retour au nid et avant le départ ; Il met le nez à la fenêtre puis s'envole aussitôt !E - Au retour au nid et avant le départ ; Il met le nez à la fenêtre puis s'envole aussitôt !
E - Au retour au nid et avant le départ ; Il met le nez à la fenêtre puis s'envole aussitôt !E - Au retour au nid et avant le départ ; Il met le nez à la fenêtre puis s'envole aussitôt !E - Au retour au nid et avant le départ ; Il met le nez à la fenêtre puis s'envole aussitôt !

E - Au retour au nid et avant le départ ; Il met le nez à la fenêtre puis s'envole aussitôt !

F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.
F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.
F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.
F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.

F - 18.03 et le 22.03 - Immobile quelques instants sur le bord du nid puis envol à 12 h. - T 12 ° - Le nid clos le 22.03 à 11 h 05.

G - La sortie le 22.03 à 11 h 42, le dernier voyage de la journée. T 18° - soleil.

G - La sortie le 22.03 à 11 h 42, le dernier voyage de la journée. T 18° - soleil.

H - Sur les pissenlits le matin.
H - Sur les pissenlits le matin.H - Sur les pissenlits le matin.

H - Sur les pissenlits le matin.

OBSERVATIONS :

*Le nid est ouvert et fermé dans la matinée en général (voir lien). Par exemple : vers 10 h - 11 h , dés que le soleil arrive, le nid est ouvert en grand , mais vers 13 h le nid est clos avec de minuscules cailloux . Ces abeilles ne sont donc pas très actives toute la journée et j'avais d'ailleurs déjà remarqué que ce n'était pas un va-et-vient régulier.

*14.03 à 10 h puis à 13 h et le 15.03 à 11 h 45 la sortie du nid. Il reviendra deux minutes après, à vide, et bouchera à nouveau le cratère ! Inactivité toute l'après-midi.(photos ci-dessous).L'abeille n'est donc pas sortie pour butiner le 15.03. mais pour une autre raison.

24.03 nids fermés.

26.03 : nid fermé définitivement après un peu plus d'un mois car le nid existait quand je l'ai découvert le 25.02..

A suivre, lien ci-dessous

 
I - 14.03 vers 10 h puis vers 13 h (à l'ombre) -  puis le 15.03 à 11 h 45. S'absente deux minutes puis rebouche le trou !I - 14.03 vers 10 h puis vers 13 h (à l'ombre) -  puis le 15.03 à 11 h 45. S'absente deux minutes puis rebouche le trou !
I - 14.03 vers 10 h puis vers 13 h (à l'ombre) -  puis le 15.03 à 11 h 45. S'absente deux minutes puis rebouche le trou !I - 14.03 vers 10 h puis vers 13 h (à l'ombre) -  puis le 15.03 à 11 h 45. S'absente deux minutes puis rebouche le trou !

I - 14.03 vers 10 h puis vers 13 h (à l'ombre) - puis le 15.03 à 11 h 45. S'absente deux minutes puis rebouche le trou !

*** Cette andrène comme plusieurs espèces du même sous-genre est oligolectique sur Astéracées liguliflores jaunes. La pâquerette n'est pas liguliflore - en forme de languette - : Capitules centrales des fleurs très petites à étamines très courtes contrairement aux liguliflores qui présentent en mélange les pétales (leurre visuel) et les étamines longues. Au final les pâquerettes et consoeurs (marguerites, camomilles et j'en passe) sont peu exploitées hormis pour leur nectar (regardez vous y verrez des mouches et occasionnellement des mâles d' andrènes (dorsata, flavipes) et de très très rares femelles et, au final, très peu donc pour son pollen très petit et plus difficilement extractible car sur des étamines très courtes et minuscules. Vous y verrez donc plus des petits Lasioglossum. Plus tard,en saison, on aura des spécialistes sur capitules centraux agglomérés comme Andrena leucolipa ou dans d'autres familles et genres comme les Heriades et certaines osmies. Les achillées présentent une structure florale un peu intermédiaire entre les liguliflores et les capitulées. (David Genoud)

Partager cet article

Repost 0
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 06:39

Les xylocopes violacés sortent relativement tôt , il n'est pas rare d'en observer en février.

Pour décoration, j'ai installé le bouquet de fleurs de la saint Valentin sur une fenêtre où il reste jours et nuits, ce qui évite que les fleurs ne se fanent vite.Un xylocope mâle amoureux est venu le visiter . Le voici sur jonquille et oeillet mignardise entre autres.

XYLOCOPA VIOLACEA - Xylocope violacé -
XYLOCOPA VIOLACEA - Xylocope violacé -
XYLOCOPA VIOLACEA - Xylocope violacé -
XYLOCOPA VIOLACEA - Xylocope violacé -
XYLOCOPA VIOLACEA - Xylocope violacé -

Partager cet article

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:40
Xylocope violacé sur jonquille - 21.02.2016. Remarquez le pollen sur son dos, agent de pollinisation. Au début il a manqué l'entrée !
Xylocope violacé sur jonquille - 21.02.2016. Remarquez le pollen sur son dos, agent de pollinisation. Au début il a manqué l'entrée !

Xylocope violacé sur jonquille - 21.02.2016. Remarquez le pollen sur son dos, agent de pollinisation. Au début il a manqué l'entrée !

Xylocope violacé

La femelle possède un dard mais ne s'en sert que si on la manipule ou si on lui cherche noise. Comme d'autres hyménoptères à dard c'est l'allergie au venin qui est dangereuse, sinon la piqûre présente une cloque rose, puis violette vite disparue. Le mâle n'a pas de dard. Le xylocope mesure de 25 à 30 mm de long et 45 à 50 mm d'envergure.

 
L'amour par intermédiaire

La fécondation de la fleur par l'intermédiaire du " Xylocope violacé " :
la fécondation entomophile.
 
Abeilles-solitaires/chrono161_1_1
Abeilles-solitaires/chrono163_1_2
Lorsque le xylocope se pose sur la fleur, les anthères s'abaissent et, incognito, déposent du pollen sur son dos           
           
 

Bruyant, spectaculaire et inoffensif, tout vêtu de noir à reflets violets, d'où son juste nom.

Le Xylocope violacé fréquente les fleurs pour «gros porteurs» comme le genêt et la sauge sclarée. Les anthères de ces fleurs ne fonctionnent pas si l'insecte visiteur n'est pas assez lourd. Le xylocope, dont le front bute sur le fond de la fleur, fait s'abaisser les anthères qui déposent le pollen sur son dos. Il va ainsi féconder d'autres fleurs .
C'est un insecte thermophile présent dans toute la France dans des régions de vignobles.

"Il y a des mécanismes curieux, tel celui de la sauge où le passage vers les nectaires est en partie obstrué par des leviers que l'insecte doit buter au passage. Aussitôt l'étamine bascule et l'anthère vient cogner sur le dos du visiteur et se décharger ainsi d'une partie de son pollen que le stigmate recueillera à l'entrée de la prochaine fleur." (Jules CARLES) - film photos -
 
Symbiose
...et fécondation ou l'amour par intermédiaire.
 
Ainsi l'abeille ira porter à une autre fleur de sauge sa précieuse cargaison de pollen.
Une symbiose parfaite entre la fleur et l'insecte.
 
L'abeille sauvage est vitale pour les cultures :
" Miser sur les abeilles domestiques pour produire melons, amandes ou café est un mauvais calcul. D'après les résultats d'une étude internationale, leur participation à la pollinisation des plantes serait en effet marginale par rapport à celles des abeilles, papillons, mouches et autres pollinisateurs sauvages."
In revue "science et vie" - A.D - nr.1148
Abeilles-solitaires/chrono165_1_1
Abeilles-solitaires/chrono166_1_2
Abeilles-solitaires/chrono167_1_3
Explication de la fécondation dont vous voyez les images :

«Il existe même de véritables adaptations de la fleur à ce mode de pollinisation par les insectes. La sauge (sclarée, ici) dont la fleur est protandre, nous en donnera un exemple. Ses étamines ont une morphologie complexe : au sommet du filet s'articule un axe qui porte à son extrémité supérieure une demi-anthère fertile et à l'extrémité inférieure une demi-anthère atrophiée, formant une sorte de pédale sur laquelle vient buter tout insecte pénétrant dans la fleur, ce qui provoque un mouvement de bascule de la demi-anthère fertile sur le dos de l'animal (photos) qui se trouve ainsi chargé de pollen. Remarquons que le stigmate d'une fleur jeune est immature et se trouve au dessus du dos de l'animal : sa pollinisation n'est donc pas possible, mais si l'insecte - en l'occurence ici un Xylocope violacé - visite une fleur plus âgée, la surface stigmatique épanouie se trouve à un niveau plus bas et peut entrer en contact avec le dos de l'insecte.»

In «Des insectes et des plantes», Christian SOUCHON,1974, P.U.F 
Que sais-je ?


"L'histoire de la vie démontre avec force qu'une forme
ou une autre de coopération est inévitable entre organismes
obligés de vivre et de survivre ensemble"
 
" Je vois chaque été en Provence de gros xylocopes qui ont un étrange aspect : leur dos est couvert d'une poussière jaune (ndlr : ou blanche, photos) qui fait une large bande longitudinale, je me demandais au début quel était cet insecte inconnu. Voici ce qui s'était passé : le xylocope a fréquenté des champs de sauges sclarées, espèce cultivée pour le parfum ; en y pénétrant, il a fait baisser les deux étamines (ndlr : film photos) qui lui ont collé sur le dos de la poussière de pollen, et cette opération répétée a abouti à une large bande jaune. Mais toutes les sauges sont appréciées ; et il faut être un xylocope pour y trouver sa vie, car la corolle est fort longue " (Lucien BERLAND)
NDLR ; le xylocope est aussi un des rares insectes à butiner le genêt qui dégage une essence désagréable : la spartine.
  ab2
 
Le film complet. Remarquez le jeu des anthères.
 
Abeilles-solitaires/chrono676_1.
Petite Abeille Andrène sur la sauge sclarée : pas assez lourde,
les anthères sont restées indifférentes !

La Sauge sclarée, la Toute-bonne, est une plante étrangère acclimatée.
Elle aurait été rapportée de la Palestine par un preux chevalier des croisades.

xylocope-gros-plan-29.09---sedum
 
 
Xylocope-a-l-affut-d-une-partenaire
Posé sur un tronc, le xylocope femelle est à l'affût d'un partenaire. Les deux sexes hivernent dans un trou de mur, d'arbre et souvent à plusieurs. La femelle est reconnaisable aux bouts de ses antennes en forme de S. Elle s'éjourne l'automne et l'hiver dans une cachette jusqu'au printemps suivant.
 
Le Xylocope femelle chasse le mâle à l'affût ! C'est du moins ce que j'ai observé ici.

Elle se tient sur un perchoir dans un endroit fleuri et fréquenté et fonce sur le premier congénère qui passe. Si c'est une autre femelle, colère et séparation, mais si c'est un mâle...
La femelle est plus grosse que le mâle.

Le 13 février 2005, dans le massif du Luberon (04), à saint-Martin-les-eaux, j'ai assisté à l'accouplement de xylocopes, ce qui est assez anormal en cette saison.
On m'a signalé aussi la présence de ces abeilles depuis le début du mois !
 
Abeilles-solitaires/chrono679_1
 
 

... c'est du viol méthodique ! (vue anthropomorphique). Ici sur un lilas, les xylocopes enlacés. Il arrive parfois que noire abeille se trompe et fonce sur un autre gros insecte avant de s'apercevoir de sa méprise.
Le xylocope a une seule génération dans l'année : larve, prénymphe, nymphe et imago.
  • le 16.06.2006 j'ai aperçu un xylocope violacé butinant à 05h55 du matin sur une sauge sclarée !
  • Un le 10 novembre 2007.
  • Insolite :
    Chez les abeilles qui creusent le bois, une des principales occupations des mâles semble être de se poursuivre en bourdonnant, et même d'essayer d'atteindre les oiseaux et les avions qui passent. Ils se livrent également à des duels d'intimidation, zigzaguant face à face jusqu'à ce que l'un d'entre eux rompe le manège et s'en aille. Ce comportement est inefficace quand il s'agit d'avions ! ( Suzanne BATRA , voir bibliographie 2 )
    NDLR : ceci se passe en Amérique , of course !
  • Le xylocope violacé en impose à l'épeire fasciée. (THOMAS)
 
Abeilles-solitaires/chrono681_1.
Le rouge et le noir.
Xylocope sur une rose trémière.
Les Xylocopes aiment particulièrement butiner
sur les fleurs du baguenaudier (Colutea arborescens),
de la sauge sclarée et du genêt.
 

Si on voit des Xylocopes au dos jaune ou blanc, ce n'est pas une variété mais la conclusion de la visite de fleurs bien pourvues en pollen !

Ci-dessous : Xylocope violacé sur le ciste cotonneux à pollen jaune tout recouvert de pollen blanc.
On mélange les couleurs !
 
Abeilles-solitaires/chrono683_1

Sur un Chardon lancéolé, une soirée en juillet, j'ai observé un xylocope tout blanc, littérallement ivre de pollen, je le caressais aisément !
 
 
Abeilles-solitaires/chrono684_1
Le xylocope violacé en septembre sur une touffe de Sédum spectabile.
Les xylocopes émergent à la fin de l'été puis hivernent,
ils ne s'accoupleront qu'au printemps prochain.
J'en ai observé jusqu'au 2 octobre en 2007.
 
Abeilles-solitaires/chrono685_1
 

Les Xylocopes ou Abeilles charpentières sont de robustes espèces au corps noir violacé. Les femelles creusent leur nid à l'aide de leurs mandibules dans le bois mort et sec, ou utilisent les galeries déjà forées par d'autres insectes. L'intérieur de la galerie est divisé par des cloisons de cire en une dizaine de cellules renfermant chacune un bloc de pollen sur lequel se développe une larve.

Le Xylocope violacé fait son nid dans un trou de roseau, de tronc d'arbre (ici sur la photo) ou de mur.Il a la préférence pour un trou déjà prêt, mais il le creuse aussi dans le bois mort.
Le xylocope fait souvent son nid dans la moelle tendre des agaves dans la région méditerranéenne. Il retourne au nid jusqu'à une distance de 6 kilomètres à une vitesse équivalente.
 

Le nid du Xylocope.

La femelle xylocope accumule dans son nid du pollen et du nectar pour sa larve qui n’est pas xylophage. Le xylocope est appelé «perçeur-de-bois» ou abeille charpentière, parce qu’il confectionne son nid en perçant un trou dans le bois mais il ne mange pas la cellulose.

En haut à gauche une mouche !
Les xylocopes hibernent dans une cachette.
Abeilles-solitaires/chrono687_1
Abeilles-solitaires/chrono688_1
Le Xylocope violacé met la tête à la fenêtre de son nid avant de s'élancer.
 
Et sortie extrêmement rapide,
ici prise au 250eme de seconde !
Abeilles-solitaires/chrono689_1
 
Abeilles-solitaires/chrono690_1.
A la fin de l'été, le xylocope sur les sédums spectabiles,
une des dernières fleurs.
Ici, je pense que c'est un xylocope variété Valga.
Maquillage de pollens sur des xylocopes bleutés (Xylocopa iris)
 
Abeilles-solitaires/chrono691_1 
1
Bien noir pour le moment...
 
Abeilles-solitaires/chrono692_1 
2
Pollen blanc sur le dos...
 
Abeilles-solitaires/chrono693_1.
 
3 -
Ici sur un sédum spectabile
Abeilles-solitaires/chrono694_1
...bien jaune !
 

Observations
Les xylocopes hivernent, parfois à plusieurs dans le même abri.
Toutefois, on peut en voir voler par une belle journée hivernale
et même s'accoupler
(voir mes observations ci-dessous)
 
  • Observé un Xylocope violacé, en compagnie d'un Bourdon des jardins, butinant sur les fleurs finissantes d'une haie d'Eleanus eddimger, le 23.11.2004 (T 5°/13°)
  • Accouplement de xylocopes le 14.03.2005 (Marignan -13)
    Un xylocope butinant sur mon arbousier le 24.01.2006 T 0°/10°
  • Deux xylocopes violacés butinant sur arbousier le 12.02.2006  T 8° à 11 heures.
  • Deux xylocopes violacés butinant sur sédum spectabile le 20.09.2006 à 14 h, T 13°/ 4° et un le 25.10.
  • le 16.06.2006 j'ai aperçu un xylocope violacé butinant à 05 h 55 du matin sur une sauge sclarée !
  • Un le 10 novembre 2007.
  • Le 13 février 2005, dans le massif du Lubéron (04), à saint-Martin-les-eaux (alt.470 mètres) , j'ai assisté à l'accouplement de xylocopes, ce qui est assez anormal en cette saison. On m'a signalé ici la présence de ces abeilles depuis le début du mois !
  • Le 5 janvier 2006, Saint-Martin-les-eaux dans le Lubéron (04), altitude 470 mètres, 13 heures. Soleil. Observé un xylocope posé sur un rocher exposé sud.
  • Un le 7.01.2006 butinant sur laurier-tin en fleurs (Marignane .13) T 4/13°.
  • Nombreux xylocopes violacés sur mon laurier-tin le 22.02.2007 et jours suivants.
  • Le 7.01.2008, un xylocope volant dans mon jardin. T 15° à 11 heures.
  • Deux xylociopes sur sédum spectabile le 17.09.2008 - T 10° à 5 heures.
  • Un xylocope le 04.10.2008 - T 10° -
  • Parmi les hymnéoptères, les xylocopes violacés sont les premiers à butiner avec le retour de températures en hausse pendant et après l'hiver, ensuite les osmies, les abeilles faisant continuellement des sorties régulières par temps clément.
  • On me signale la présence inacoutumée de xylocopes dans la région de Lille en 2007.
  • Lorsqu'un xylocope violacé frôle une mante à l'affût, comme je l'ai observé sur mes sédums, celle-ci se plaque sur la fleur pour l'éviter et ne l'attaque pas !
  • Les xylocopes sont brutaux avec l’éperon des fleurs des capucines qu’ils perforent juste au dessus du nectaire.
  • Un xylocope en vol le 07.01.2012 (T 8°) dans mon jardin !
  • Un xylocope le 06.01.2013 à 11 h 30 - T 12° - posé sur un mur au soleil.                              
 
xylocope-violace-jonquille-trompe-d-entree
Notre xylocope a loupé l'entrée de la jonquille - mars -
Un hyménoptère "Polochrum repamdum" parasite le xylocope.

 
 
 
chrono2001_1
  Xylocope Valga sur sédum spectabile 
 
 xylocope iris
Xylocope bleuté (Xylocopa iris) sur arbousier
- 24 janvier 2012  et 9 janvier 2015- T 9°/14° soleil - 
Marignane (13). 
Xylocope courant dans le Midi de la France,
remonte jusqu'à la région de Lyon.
 
J'habite dans l'Oise et je viens de voir 2 de ces charmantes petites bestioles. En plus, ils s'accouplaient ! Comme nous sommes le 25 Janvier et que l'Oise se trouve pas mal au Nord de la France, je me dis que, non seulement, on ne devrait pas en voir en cette saison mais en plus en train de copuler,c'est pas du tout normal !
La nature est folle .......( de Pascale le 25.01.2016)
 

Partager cet article

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:31

Le sphex afin "Poladonia affinis" chasse les noctuelles.
Il creuse son nid dans le sol en un lieu surélevé en éparpillant la terre. Soit il creuse son nid avant d'avoir trouvé une chenille, soit il le creuse aprés pas trop loin de sa trouvaille.

 

Le sphex afin "Podalonia affinis" butinant sur un épi
de menthe -
20 juillet - Marignane (13)
Abeilles-solitaires/chrono2560_1

 

Abeilles-solitaires/chrono2561_1

 

 
Abeilles-solitaires/chrono2562_1.

 

Abeilles-solitaires/chrono2563_1



Partager cet article

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:30

Scolie des jardins - scolie hirsute - Eumène pomiforme     - Polistes dominula
 
Abeilles-solitaires/chrono1223_1
La scolie des jardins, ou grande scolie, ou scolie à quatre taches
(Megascolia maculata flavifrons). Femelle
Elle pond son oeuf sur la larve d'oryctes nasicornis
et le ver qui naît dévore petit à petit la larve sans toutefois la tuer
pour garder la nourriture fraîche.
 
"Tout l'affirme : la Scolie et les autres déprédateurs dont les provisions consistent en pièces copieuses sont doués d'un art particulier de manger, art d'exquise délicatesse qui ménage, jusqu'à consommation finale, les traces de vie dans la proie dévorée" (J-H.FABRE)
 
Abeilles-solitaires/chrono1225_1.
J'en ai aperçu une le 20.05.2008, brièvement,
butinant sur des centranthes rouges de mon jardin.
Une autre en juin 2011 sur une fleur de ronce en hauteur.Une le 27.05.2016 butinant haut sur mon tilleul.
 
En juillet 2011, nous déjeunions dehors quand quelqu'un demanda quel était ce gros insecte jaune et noir qui, à plus de 10 mètres de là, marchait sur le sol . C'était une magnifique scolie des jardins, d'au moins 40 mm de long, aux couleurs luisantes noir et jaune. Elle s'envola à mon approche... (Lubéron - 04 - St.Maime)
 
Abeilles-solitaires/chrono2594_1.
la Scolie hirsute (Scolia hirta) beaucoup plus petite, deux barres jaunes, sans tache sur la tête. Elle parasite les larves de scarabeides (anomala, potosia, aurata), dont la Cétoine dorée (aurata).
Ici, le 17 septembre butinant sur des sédums spectabiles.
 
La larve de cétoine
qui est parasitée par la Scolie hirsute
(Scolia hirta).
Selon J-H.FABRE, le volume de cette larve est 600 à 700 fois supérieur au ver que la scolie dépose dessus !
De quoi bien se ravitailler !
Abeilles-solitaires/chrono2595_1
Eumène pomiforme (Eumenes pomiformis)
sur sédum spectabile - septembre -
2011 0923papiphoto0098
  Eumene pomiformis utilise du sable fin ou de la terre réduite en poudre très sèche.
Malaxés avec de la salive il forme un ciment hydrofuge qui résiste même aux fortes pluies. On peut trouver ses nids sur des pierres ou des branches.
 
Ci-dessous, l'urne de l' Eumène pomiforme accrochée à un rameau et dans laquelle la femelle remplit de chenilles de phalènes, chenilles paralysées mais non tuées.
Ensuite elle introduit un oeuf au sommet et ferme avec de la terre gâchée.
 
Abeilles-solitaires/chrono1477_1
 

 "Les chenilles, poignardées, ne sont pas totalement immobiles... L'oeuf appendu au plafond (de l'amphore), à l'écart des vivres, n'a rien à craindre des chenilles, qui se démènent là-bas.
Nouvellement éclos, le ver, dont le cordon suspenseur s'est augmenté de la gaine de l'oeuf, arrive au gibier, l'entame prudemment.
S'il y a péril, il remonte à la voûte en reculant dans le fourreau"

(J-H.FABRE -souvenirs entomologiques")

 scolie-hirsute-4

              Une scolie hirsute sur un fenouil le soir.
Elle fréquente le fenouil...

 

Polistes diminula sur mur ensoleillé - Lubéron (04) - 31.10.2014 - Guêpe pacifique.

La scolie hirsute vue de profil sur sedum - 13.09.2017.

La scolie hirsute vue de profil sur sedum - 13.09.2017.

POLISTE DOMINULA. Femelle sur l'aneth en juin.
POLISTE DOMINULA. Femelle sur l'aneth en juin.

POLISTE DOMINULA. Femelle sur l'aneth en juin.

Au repos - octobre - Lubéron (04)

Au repos - octobre - Lubéron (04)

Partager cet article

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:29

Halictus quadricinctus, Halictus rubicundus, Halictus scabiosae (mâle et femelle), Halictus communis et Halictus sexcinctus.

"Halictus scabiosae" sur ciste cotonneux.

"Halictus scabiosae" sur ciste cotonneux.

 Halicter-halictus-scabiosae-sur-fleur-de-ronce.-Marignane-JPG

halictus scabiosa femelle 7

"Halictus scabiosae" (halictus zebrus) femelle 
sur une fleur de ronce et sur chardon au mois de juillet -

"Les halictes vivent en société. Elles creusent des puits verticaux, ou presque, dans la terre ferme des sentiers et chemins exposés au soleil. Ces puits ont un orifice circulaire souvent surmonté d'un cône de terre fine, débris de l'excavation, et peuvent descendre jusqu'à 20, 30 ou 40 centimètres de profondeur" (P-A.Robert).
Les oeufs sont placés dans des urnes des galeries.
 

Halictes ou halyctes, du grec alizô (se rassembler). Les halictes sont des collectivistes. Les travaux de mine des nids ne s'effectuent que la nuit. Les mâles meurent aux premiers froids tandis que les reines et les ouvrières  passent l'hiver dans une cachette.

 

"Halictus scabiosa" est parasitée et inféodée par " Sphecodes gibbus Lin"

 

halictus-scabiosae-sur-aneth.-12.06.jpg 
"Halictus scabiosae"  femelle sur fleurs d'aneth - 12.06 -

  halictus-scabiosae-le-male-sur-sedum-spectabile---10-spte.JPG

      "Halictus scabiosae" - Le mâle 

sur une fleur de sédum spectabile - septembre. 

    halictus-scabiosae-sur-centranthe-rouge---male---juillet--.JPG

  halictus-scabiosae-femelle-sur--coquelicot---8.JPG

" Halictus scabiosae" femelle bien enfarinée de pollen sur un coquelicot !

 

halictus-scabiosa-femme-5.JPG

 

Les halictes vues de face et...

 

halictus-scabiosa-femelle-4.JPG

...les halictes vues de cul.
 

Elles sont nombreuses sur les chardons bien exposés au chaud soleil,
et les préfèrent aux lavandes juste à côté sur lesquelles je n'en vois pas une.
Les lavandes sont réservées aux anthidies florentin (Anthidus florentinum) et aux bourdons des champs (Bombus agrorum). 

21.07.2012 - jardin - Marignane (13) 

 

halictus-rubicundus.JPG

"Halictus rubicundus" sur centranthe rouge - juin - Marignane (13)

abeille halictus rubicundus sur fleur tilleul

"halictus rubicundus" sur fleur de tilleul.On remarque un parasite à la base de l'aile droite. 


Le nid dans la terre de cette espèce solitaire se compose d'une galerie principale oblique ou horizontale d'où partent de nombreuses galeries.

 

HALICTUS QUADRICINCTUS sur souci.

"Halictus quadricinctus" la fondatrice du nid devient relativement vieille. Elle garde le nid contenant sa progéniture et voit grandir ses enfants. Après l'accouplement seules les femelles hivernent. Au printemps elles formeront individuellement une nouvelle colonie.

 

halictus-quadricinctus-1.JPG

 

halictus-quadricinctus-sur-souci-2.JPG

Pollinisation : "Les halictes, abeilles solitaires, sont attirées par les astéracées (tournesol,chicorée, laitue...). Contrairement aux femelles qui récoltent le pollen, les mâles le transportent de manière passive, lorsqu'ils se nourrissent de nectar" (science et vie)

HALICTUS COMMUNIS femelle posée sur une feuille - 03.07 -

HALICTUS COMMUNIS femelle posée sur une feuille - 03.07 -

"Halictus sexcinctus" - Lubéron (04) - alt. 470 m - 11.07.2015.
"Halictus sexcinctus" - Lubéron (04) - alt. 470 m - 11.07.2015.

"Halictus sexcinctus" - Lubéron (04) - alt. 470 m - 11.07.2015.

Partager cet article

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:26

 

Il y en a 150 espèces dans la tribu !  

 

Je pose une petite réserve sur certaines étant donné la difficulté d'identifier ces petits hyménoptères sur le vif sans avoir recours à les neutraliser et les examiner à la loupe binoculaire !  L'identification certaine est marquée *** .

 

Je remercie tous ceux qui m'ont aidé à leur identification.

 

* En matière de pollinisation les abeilles sauvages sont bien meilleures que leurs cousines mellifères ! Tel est le résultat d'une gigantesque étude, qualifiée de "majeure", publiée en mars 2013 dans le magazine "science"
(in "science et avenir" -HS les abeilles. juillet 2013) 

* Abeilles domestiques et sauvages, même butin  - Pollinisation : Les abeilles sauvages pollinisent autant les plantes cultivables que leurs cousines domestiques. Mais l'essentiel du boulot est effectué par seulement deux pour cent des centaines d'espèces sauvages (INRA - CNRS)

 

"Andrena minuta"  "Andrena thoracica"  "Andrena carbonaria" 

 

andrena minuta 3

 

andrena-minuta-4.JPG

 "Andrena minuta" sur fleurs d'aneth - juin -  Marignane (13).
Mesure 7-8 mm.  Vue de profil et de face.
Remarquez sa langue qui pompe le nectar.

 

andrena tharacica sur fleur ronce 15.06.2013

  "Andrena thoracica"*** sur fleur de ronce - juin - Marignane (13)
 grosseur d'une abeille domestique.

andrena thoracica femelle 2 . 16.06  

A -andrena thoracica femelle 13.06 sur aneth

andrena-carbonaria-1.jpg

 

andrena-carbonaria-2-site.jpg


 "Andrena carbonaria" ***- mai - sur fleurs de ronce.

 

Colletidae-hylaeus-sp.-femelle---hylaeus-signatus--JPG 

  Collètes - colleditae - "Hylaeus signatus" femelle (Panzer.1798.sphex) butinant sur des fleurs d'aneth (ombellifères) - 5 mm - juin -
Elle butine de manière spécialisée c'est-à-dire un seul type de pollen
(espèce oligolectique)  - Marignane 13 -

 

Les abeilles bougent moins :

Contrairement à d'autres espèces, les abeilles sauvages (dont les bourdons) ne semblent pas déplacer leur aire de répartition vers le nord, en réaction à l'élévation des températures.Une vaste enquête de l'université d'Ottawa a révélé que si elles se sont bien raréfiées au sud de leur habitat, les abeilles sauvages n'ont pas conquis de nouvelles zones septentrionale. Inquiètant pour la pollinisation. ( Y.S - science et vie  nr.1176 )

 

PANURGUS SP. s'accouplant. Petites abeilles ( 5-7 mm) butinant exclusivement sur les asteracées. Lubéron (04) - août.

PANURGUS SP. s'accouplant. Petites abeilles ( 5-7 mm) butinant exclusivement sur les asteracées. Lubéron (04) - août.

Partager cet article

Repost 0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 17:00

Les abeilles coucou sont des abeilles solitaires
qui s'attaquent aux anthophores.

"Thyreus histrionicus", "Coelioxys conoidea", "Melecta albifrons, "Melecta luctuosa"


"Thyreus histrionicus"

 

Thyreus histrionicus

      butinant sur un sédum spectabile 

le 21.09.2012 à Marignane(13) France.

Thyreus-histrionicus-hymeno

 

"J'ai retrouvé sur mes vieux cahiers, à l'époque où je dessinais les Hyménoptères,
le Thyreus histrionicus a des tâches en nombres et formes différentes, le motif du scutellum est différent.

Par exemple l'orbatus n'a pas de tache sur le pronotum, les nitidulus ont souvent les taches bleutées, le denolii 4 ou 5 taches sur le pronotum, l'histrionicus en a souvent autour de 7.
L'histrionicus correspond tout a fait à mes notes et dessins de mes archives.
Il faut reconnaitre que cette abeille coucou est de toute beauté.
Attention ne pas les confondre avec les Melecta qui ont une pilosité beaucoup
plus importante.

Voilà les critères de base Pierre-jean qui m'ont mis de suite sur la voie.
Manuel MONGUILOT


"COELIOXYS CONOIDEA"
 

coelioxys conoidea
 
"Coelioxys conoidea" - Megachilidae
sur sédum spectabile - septembre - Marignane (13)
 
 
Abeille coucou prédatrice de "Megachila maritima", "Megachile centuncularis".  
"La morphologie affine est si précise que les généticiens voient dans ces derniers les ancêtres des Mégachile" 
Le Coelioxys, au ventre barré de blanc, dont l'odeur "sui generis" est fort désagréable, est un fainéant et un usurpateur qui établit sa progéniture au détriment de l'abeille travailleuse.
L'oeuf parasite est situé dans l'oblique ; son bout céphalique touchant l'oeuf rival, l'autre bout étant piqué dans le miel de la mégachile.
Une fois éclose, la larve de l'intrus consomme tout.
La larve de la propriétaire n'a pas le temps de se développer et elle périt.
(source : R.HARDOUIN)
Espèce menacée.

      coeloxys-conoidea-parasite-megachile
 
En septembre, sur un sédum spectabile,
la seule fleur existant encore dans mon jardin.
 
Le Coelioxys se différencie de la mégachile par sa forme extérieure,
mais il en a tous les caractères individuels, sauf la brosse ventrale.
Un exemple du mimétisme batésien  (voir l'article "tous les mimétismes")
 
Melecta-albifrons
 
Abeille coucou "Melecta albifrons" (mâle)
qui utilise le nid d'anthophore, 
notamment  "Anthophora plumipes" 
10.05 sur centranthe rouge.
 
Abeille coucou "Melecta luctuosa"- Lubéron (04) - alt. 470 m - 11.07.2015 - abeille protégée.
Abeille coucou "Melecta luctuosa"- Lubéron (04) - alt. 470 m - 11.07.2015 - abeille protégée.

Abeille coucou "Melecta luctuosa"- Lubéron (04) - alt. 470 m - 11.07.2015 - abeille protégée.

Partager cet article

Repost 0

BALADES ENTOMOLOGIQUES

 

http://fdata.over-blog.net/1/76/85/08/avatar-blog-1071798285-tmpphpSmklSB.jpg

 

Description : Macrophotos, observations et études sur quelques insectes de Provence.

Partager ce Blog

Retour à la page d'accueil

Contact

Recherche

COPYRIGHT

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/Divers/copyright3.gif  Le téléchargement de tout ou partie des textes, images, sons, photographies, données, marques et tout autre élément qui y sont contenus est autorisé à des fins strictement privées ou dans le cadre scolaire et pour un usage non commercial. Toute utilisation, diffusion, commercialisation, reproduction et représentation, totale ou partielle, d'éléments du site à d'autres fins est subordonnée à l'autorisation préalable de l'auteur. Merci.

Pierre-Jean BERNARD

ALBUMS PHOTOS

 

Album 1

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/dasypoda-hirtipes-1.jpg

Album 3
http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/3/Tircis-pararge-aegeria-aegeria-sur-ceanothus-11.04.JPG

Album 4

http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/4/clairon-des-abeilles-10.07.JPG

Album 5
http://idata.over-blog.com/1/76/85/08/5/08.09-PM-mangeant-bouton-fenouil---pollen.JPG

Un clic sur image
pour voir les albums

Album 6

/*---personnalisation----*/