Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2022 3 09 /03 /mars /2022 07:30

Conte écrit il y a... quelques années !

PIERROT-la-LUNE

Pierre-Jean  Bernard

 

Il y a des milliards d'années, au sein d'une galaxie spirale, existait un système solaire dans lequel tournait (mal) une planète bleue.

Sur cette planète endiablée se trouvait une région dont aussi le bleu faisait sa réputation : le bleu de son ciel et le bleu de ses lavandes.

Au sommet d'une colline parfumée de cette région, un tout petit village scrutait l'horizon dans l'attente d'un touriste égaré.
C'est ici, sous une rangée de tilleuls  centenaires, que débute mon histoire... 


Le village est immobile.

Les genêts répandent leur haleine qui se mêle à celle des tilleuls.
La chevelure des tilleuls est environnée de mouches actives (1) qui ronronnent contre les fleurs sucrées.

C'est le silence des heures chaudes. 


Allongé sur une murette qui court sous les ombrages, Pierrot-la-Lune essaie de trouver un sommeil paresseux pour combler le temps.
Mais la moiteur de l'air l'agace ; alors il se dirige vers la petite église du village installée entre des sureaux noirs, des acacias et des genêts, et qui tourne le dos au nord pour bouder le Mistral.
Elle est toute baignée de lumière et deux figuiers indestructibles vous saluent à la porte.
Pierrot-la-Lune franchit cette porte massive, frontière entre la lumière et l'ombre, frontière entre les siècles.
À l'intérieur il y fait frais et, comme souvent quand le vent s'est mis au chômage, notre homme va s'étendre sur un tapis usé, près de l'autel.
Ici, sous les voûtes cintrées, il y fait meilleur pour somnoler...

- Oh !
- ...
- Oh ! Toi ! Réveille-toi !
- Ouuuuai... Ouuuuai... Ouuuuai... 

Pierrot-la-Lune ne se dérange pas et pointe un index mou dans une direction :
- Pour le tronc, c'est là-bas... 

- Debout ! Debout ! Je suis l'Incréé ! C'est moi le Verbe.

Je suis celui qui a été, qui est et qui sera. Je suis.

Après un long bâillement sonore, Pierrot-la-Lune s'assied gauchement sur son postérieur et dit

- Ah, c'est toi Seigneur !
- ... et c'est tout l'effet que cela te fait de savoir que je suis ici ?
- Bof ! Il y a bien un soleil qui se lève et qui se couche. Et puis, si je reste dans ta maison - Je viens de faire un petit intermède, justifie-t-il en souriant
- c'est, parce que j'espérais un jour te rencontrer.
Enchanté de faire ta connaissance ! Mais... mais où es-tu ?

- Ici et ailleurs, dans le connu et l'inconnu. Je suis en toi, je parle en toi. Inutile de me chercher dans les nuages.
- C'est bien ce que je pensais, mais je n'espérais pas pouvoir un jour te parler. Sans doute le savais-tu.
- Je savais. Et c'est pour cette raison que je suis ici. Dis-moi tes problèmes, je jugerai.

Pierrot-la-Lune se lève et tire une chaise branlante à lui.
Il s'assied dessus à califourchon.
Son regard cherche quelque chose qu'il ne voit pas et s'arrête finalement sur le travail d'un araignée qui tisse sa toile dans une niche où trône une statue enluminée.
Il dit :

- Seigneur, les gens ne viennent plus dans ta maison ! Vé, regarde, même le toit qui menace de s'écrouler ! Alors voilà : les enfants vont se faire baptiser ailleurs, les mariages sont célébrés ailleurs, quant aux messes n'en parlons plus.
Il y a seulement, de temps en temps, un bel enterrement : c'est autour du cercueil que les liens se resserrent...
- À tel point que les gens se serrent aussi le cou en cette occasion ! coupe la voix.

Pierrot-la-Lune sourit. La voix continue :

- Pourtant, ici est l'un des derniers salons où l'on cause.
- Dis-leur qu'une fleur qui entre dans mon église s'élève et s'épanouit ; une fleur qui sort de mon église se fane et meurt.


- Mais ils ne veulent plus y entrer ! Qu'y puis-je ?

- Essaie de leur faire un miracle ! 

- Un miracle ! Un miracle ! Au lieu de demander des miracles, surtout pour leur petite santé, les hommes devraient implorer des miracles pour leur âme ! L'église vide est un signe des temps et ton village reflète le tout. 
Tout agit sur tout et de cueillir une fleur cela peut déranger une étoile.
Quand je vous éclaire la nuit avec la lune et les étoiles, pourquoi restez-vous tous enfermés dans vos maisons autour de votre boîte à images ?
Pourquoi ne discutez-vous pas entre vous aux heures où les grillons donnent des conférences dans les herbes ?

- Tu voudrais dire que l'église vide, le village vide, c'est le reflet du monde ?
- L'Univers est un miroir
- Ici, explique Pierrot-la-Lune, ce serait plutôt un miroir sans tain. Les gens se voient sans se voir ; ils se côtoient mais ne se parlent pas.
Les gens des champs n'ont pas reconnu ceux de la ville, et ceux de la ville n'ont pas eu le respect de l'esprit des champs. 
Même que Saint-Martin (2) les a partagés en deux, vlan !
À la fête du village, si une partie est aux agapes, l'autre partie se trouve tout à coup des occupations fortuites. Ils sont tout de même polis ! 
- Que de choses insignifiantes ! Comme le cercueil, le malheur rapproche les hommes. Vais-je leur donner une guerre ? Vais-je leur donner faim ?... ou soif ? Oubliez-vous, tous, que je suis le Verbe ?
Votre cerveau ressemble à une grosse courge mais la raison n'y est encore qu'une minuscule graine.
 

Sur la statue enluminée, l'araignée vient de terminer sa toile.
Pattes toutes écartées au centre de son piège, elle attend...

 

Pierrot-la-Lune est embarrassé. Il plaide :

- Seigneur, les hommes ne sont pas des dieux. Il faut avoir beaucoup de patience avec eux comme en ont les gouttes d'eau qui choient sur le rocher et qui finiront, un jour, par l'user et le trouer...
- De la patience ? Depuis les temps lointains où vous avez commencé à compter les levers et les couchers du soleil, votre esprit n'a pas évolué, ou très peu : toujours la guerre, toujours la haine, toujours... et ça veut mettre les pieds sur les étoiles !
Ma colère demeure vivace et cela demande un châtiment... ton village sera le premier.
- Seigneur, punir ? Mais pourquoi ? Je pense que tes desseins sont si grands pour l'Univers que tu ne vas pas t'arrêter sur un détail ?  
- Comme tu le dis : un détail. Mais tu oublies un détail : c'est que parfois moi aussi j'ai envie de rire.
Ne vous ai-je pas créé à mon image ? Tu vas donc bientôt voir la tête de tes concitoyens...
     

Un grand éclat de rire se fait alors entendre.
Pierrot-la-Lune, inquiet, sourit pour la forme.
Sur sa toile, l'araignée, tourne en rond.

 

Quand le rire s'est calmé, la voix continue : 
- Tu... tu vas voir... allez, pssst !
Plus d'eau pour couper leur vin, plus d'eau pour couper leur pastis, plus d'eau pour... ah ! ah ! ah !

Et l'éclat de rire reprend de plus belle.
Pierrot-la-Lune, dérouté, attend.

Et quand le rire se tait enfin, la voix dit : 
- Et... et que les eaux deviennent toutes amères ! 

Alors, d'un seul coup, l'eau de toutes les sources du village devirent amères, c'est-à-dire sulfureuses (3)  
 

...Dans sa niche enluminée, l'araignée a disparu.

Dans un dernier sursaut, une mouche prisonnière se dégage et s'envole. Bzzz...   


La punition a servi de leçon !
Depuis ce jour-là, le Verbe a redonné la parole au village.
Car on y fait, paraît-il, des veillées au coin du feu, ou sous les étoiles à la belle saison.

Et on parle, et on parle...

Et l'eau sulfureuse ? Me direz-vous.
Et bien elle a fait la fortune du lieu...

grâce aux curistes ! 

Fin  

(1) Mouche: à comprendre dans le sens d'hyménoptères (abeilles, guêpes etc)
(2) Tout le monde sachant que Saint-Martin coupa ainsi son manteau en deux.
(3) Il ne faut pas y voir là un accord avec le diable... 
(4) Les curistes sont ceux du village de Saint-Martin-les-eaux (04) et ses eaux sulfureuses où existaient jadis des bains de sa station thermale...

Quelques explications concernant ce conte 

C'est un conte à sens caché qui est une expression littéraire que m'avait expliqué Aline, une amie écrivaine (cette figure de style est l'amphibologie

C'est un style rare et difficile à faire comprendre en ne mettant pas les points sur les "i".

Je l'ai employé aussi dans "Bernabé et Irénée", le charretier et le tonnerre !

Ici, l'araignée dans son coin, qui suit le dialogue, est aussi la présence et l'expression de Dieu.
Elle punit aussi la mouche qui est graciée à la fin.  

Si le résultat du concours auquel ce conte a participé
vous intéresse, cliquez sur l'image

Partager cet article

Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:42

Les quatre saisons

Au petit cabanon,
pas plus grand qu'un mouchoir de poche.

Saint-Martin-les-eaux - Luberon-est - 04 

 
Printemps au cabanon été au cabanon
Le printemps au cabanon L'été
automne au cabanon hiver au cabanon
L'automne L'hiver

Chez nous, en Haute-Provence, le printemps vient un peu plus tard, au mois de mai...

Au mois de mai la terre s'éveille, respire, s'étire, et le frisson qui la parcourt fait sa peau se hérisser de fleurs et d'herbes tendres.
C'est un frisson de bonheur qui lui passe dans le dos...

Les chatons duveteux pointent sur les arbres avant de s'épanouir en feuilles neuves.
Les chênes, eux, ont encore leur dépouille jaunie, vestige du printemps précédent ; ils la tomberont au premier coup de vent.
Sur les bords du chemin qui mène au coteau, entre deux haies de ronces recouvrant un vieux mur en pierres sèches, les violettes écartent les herbes pour toucher au soleil.
Le chemin des violettes sent bon, il a l'odeur du renouveau.
Quelques grillons y vocalisent et un lézard se chauffe au soleil sur un lit de mousse.
En bordure des champs de blés verts, il neige des pétales d'églantiers et la terre saigne de son trop plein d'eau qui murmure dans les rigoles en égratignant les mottes de terre grasse..

C'est l'époque des longs jours qui commence.
Toute la Nature vibre et palpite, c'est l'air qui en est son sang et le soleil son âme...»

"La crypte des vagues mortes" - «L'éveil» -  extrait - P-J. Bernard.

fleur d'églantier

Tôt matin au printemps sur la fleur de l'églantier.

Jamais je ne m'habituerai au printemps.
Année après année, il me surprend et m'émerveille.
L'âge n'y peut rien, ni l'accumulation des doutes et des amertumes.
Dès que le marronnier allume ses cierges et met ses oiseaux à chanter,
mon coeur gonfle à l'image des bourgeons.
Et me voilà de nouveau sûr que tout est juste et bien, que seule notre maladresse a provoqué l'hiver et que cette fois-ci nous ne laisserons pas fuir l'avril et le mai.
Le ciel est lavé, les nuages sont neufs, l'air ne contient plus de gaz de voitures, on ne tue plus nulle part l'agneau ni l'hirondelle, tout à l'heure le tilleul va fleurir et recevoir les abeilles, les roses vont éclater et cette nuit le rossignol chantera que le monde est une seule joie.
Tout recommence avec des chances neuves et, cette fois, tout va réussir.
J'ai un an de moins que l'an dernier.
Non, pas un an, toute ma vie de moins."

René BARJAVEL in "la faim du tigre"

Partager cet article

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 07:34

  La crypte des vagues mortes                                       

                                           LE CHANT DU PACIFIQUE. 

Si un jour le coeur vous en dit, et votre porte-monnaie aussi, vous pouvez quitter les frimas pour rencontrer le soleil, un océan sans limites, une douce chaleur et des plages de sable fin caressées par un vent léger.

De nos jours, Papeete, capitale de Tahiti, possède une piste d'aviation construite sur le lagon, des hôtels modernes pour touristes aisés, des buildings, des soldats et une bombe atomique du côté de Mururoa (1).

Aujourd'hui c'est Noël, le 1984eme. et je vous invite dans le Tahiti d'avant pour une nuit de fin d'année estivale, celui sorti tout droit des légendes.

En 1956, il y a donc 28 ans, l'île de Tahiti était déjà atteinte par la civilisation, un cancer qui commençait à la ronger patiemment. Naturellement, il y avait des marins venus de tous les pays du monde ; ils consommaient la bière à flots dans des cabarets qui se voulaient typiques, entourés de belles filles à l'air vaguement chinois.
Mais il y avait aussi de vrais polynésiens dans les villages reculés de Bora-Bora (l'île d'en face), aux Marquises, à Wallis et Futuna. Les hommes possédaient une peau nacrée et bronzée, des cheveux noirs de geai, ils étaient grands et robustes et sympathiques.
Quant aux femmes, elles étaient très belles et parfumées au Tiaré (2), passant la plupart de leur temps à se baigner dans les eaux cristallines du lagon, à chanter et à danser.
Nous autres, gens des pays du soleil couchant, nous leur apportions la syphilis, et nous leur apprenions à boire et à fumer jusqu'à en mourir.

Tout surprenait dans les îles : les croyances, les us et coutumes, la beauté et une morale venue de je ne sais où et qui admettait, par exemple, de confier son enfant à  un voisin si on ne le voulait plus pour une raison quelconque !

Guère de travail, la nature pourvoyait aux besoins, avec beaucoup de "tamaras" (grands banquets) et de danses sur le sable chaud pour n'importe quel prétexte. Leur croyance, je crois, c'était l'Amour et la musique. Les rythmes tahitiens ont fait le tour du monde. Rythmes sortis d'une guitare sèche, d'un bambou creux, d'un tam-tam, d'une flûte en roseau, d'un "bongos" ou d'un "pahu". Je vous cite quelques airs pour la poésie des noms : Tahua (avec le docteur), Ofé (la femme tahitienne), Orivivo (la danse de la flûte), Vahiné Tahiti (la femme tahitienne, un tube), Fautaua (la pluie), Pareu Mutumutu, Tomaraafei...

Si vous pouviez les écouter, vous remarqueriez dans ces musiques des résonances troublantes du rock and roll et du swing, mêlées à des accents péruviens.
La mort et le malheur n'étaient guère représentés dans les chants ; je n'en connais qu'un : Murae, une marche funèbre.
Par contre, la danse de l'amour, le fameux Tamouré, a fasciné et envoûté bien des marins depuis la visite première du navigateur Wallis. Cet appel à l'amour a enchanté bien de nos nuits autour d'un feu de bois ou d'un Tamara, agapes fraternelles qui consistaient à cuire un petit cochon de lait entre des pierres brûlantes enterrées et recouvertes de feuilles de palmier. Une fois que les étoiles s'étaient éteintes, il ne nous restait plus qu'à courir sur la plage pour plonger notre corps fatigué dans la vague. Les eaux étaient chaudes et caressantes, presque voluptueuses. Parfois, réveillé dans son sommeil profond, un poisson-lune nous regardait d'un oeil rond et inquiet, mais ma vahiné le caressait de la main avant de le libérer dans l'écume d'argent.

En cette époque de Noël, nous naviguions par des nuits étoilées sans lune, bleues et calmes, sereines et somptueuses. L'étrave de notre navire fendait le plancton lumineux. Des poissons mystérieux accompagnaient note sillon féerique de laboureur de l'océan. Je dormais sur le pont, bercé par le roulis et câliné par le vent et au-dessus l'insondable univers rabattait sur moi sa couverture scintillante.

Nous avions visité la majeure partie des îles du pacifique : la Nouvelle-Calédonie, les Nouvelles-Hébrides, les Wallis et Futuna, les Fidji, etc mais aussi l'île de Vanikoro (archipel de Santa-Cruz) sur laquelle habitait un missionnaire blanc entouré d'anciens cannibales suivant Aubert de la Rüe (4). C'est ici que vint mourir  dramatiquement La Pérouse et ses équipages. Et puis aussi l'île volcanique Ambrym (Nouvelles Hébrides), dangereuse, possédant malgré tout un minuscule village aux cases de bois alignées sous les palmiers et chapeautées d'un inquiétant panache noir. D'autres dizaines d'îles encore, perdues, ignorées, se ressemblant les unes aux autres et dont les noms chantent :  Vanua-Lava, Espirito-Santo, Torrés, Efaté...

C'est dans une de ces îles du bout du monde, Maré ou Lifu, je ne m'en souviens plus, que notre navire s'ancra le soir de Noël, dans une baie protégée, pour une visite protocolaire aux indigènes du coin. Donc, pour la veillée, après avoir débarqué un volumineux matériel cinématographique, non sans mal et quelques bains forcés car sans port, nous leur projetâmes un film presque de circonstance "le corsaire noir" ! Je me souviendrais toujours de cette soirée de gala sous les étoiles. Assis à même le sol sous les cocotiers, très captivés par les images mouvantes, nos amis d'un soir réagirent tels des petits enfants à la vue du film : se protégeant le visage des coups d'épées que distribuait généreusement le corsaire, ou riant franchement à l'apparition de la Belle, vêtue d'une longue robe à cerceaux et qui embrassait son partenaire sur les lèvres. Vous imaginez l'insolite de la scène !

Après ce joyeux divertissement, le chef de la tribu, sublime et posé, remercia notre équipage dans un anglais parfait, puis il nous convia à un souper champêtre composé de diverses crudités et de beignets de poissons crus, des beignets que mon cordon-bleu de grand-mère aurait jalousé.

Une fête dansante, comme de bien entendu, clôtura notre visite. C'est ce soir là que je connus la danse du "Pilu-Pilu" : des centaines de danseurs, femmes et hommes alignés, martelaient en cadence le sol avec les pieds, et dire que le grondement ainsi provoqué ressemblait à celui annonciateur d'un tremblement de terre n'est en rien exagéré. "Pilu-Pilu" angoissant ou joyeux, un genre de Tamouré bien à eux. C'est aussi au cours de ce spectacle que j'ai remarqué  la similitude des costumes de ces indigènes avec ceux des tahitiens, surtout la ressemblance des parures.

On est étonné de constater, des Marquises jusqu'à la Nouvelle-Calédonie, la présence de morphologies si variées sur cette étendue relativement restreinte de l'immense Pacifique. On y rencontre des noirs, des indigènes à la peau plus claire et qui ne ressemblent aux noirs que par le fascié, des "noirs" albinos, rouquins, à la peau parsemée de taches de rousseurs (3), des polynésiens dont le physique est presque semblable au nôtre, et des indigènes croisés avec des blancs, les premiers envahisseurs. Puis vinrent les asiatiques. Pour moi il ne fait aucun doute que les tahitiens, les wallisiens et les futuniens, et autres peuplades assimilées, implantées par excellence sur le pacifique comme un cheveu sur la soupe, parviennent des côtes ouest de l'Amérique du Sud, descendants directs des Incas et Mayas, comme l'a prouvé l'expédition du Kon-Tiki de Thor Eyerdhal.

Une autre hypothèse, celle du continent de Mu englouti sous les eaux au cours d'un immense cataclysme, paraît imaginaire mais séduisante, au même titre que la légende de l'Atlantide disparu.  Par là-bas il y a beaucoup de légendes qui ont fait rêver ou délirer de nombreux auteurs, mais sous chaque légende se cache un brin de vérité, un souvenir confus de l'humanité effacé par le temps.

                                                                Pierre-Jean Bernard - 1984 -

 

1 - En polynésien les "u" se prononcent "ou".

2 - Tiaré : fleur des îles de la Polynésie dont les habitants extraient un parfum envoûtant et tenace !

3 - véridique !

4 - Aubert de la Rüe : explorateur de cette partie du Pacifique et qui écrivit "Nouvelles Hébrides, îles de soufre et de corail" - 1945.

Danseurs du Pilu-Pilu à Lifou . 1956.

Danseurs du Pilu-Pilu à Lifou . 1956.

Tribu des Nouvelles-Hébrides - Espiritu-Santo. J'étais avec un camarade. Quand les guerriers nous ont vu ils se sont approchés...nous sommes partis ! 1956.

Tribu des Nouvelles-Hébrides - Espiritu-Santo. J'étais avec un camarade. Quand les guerriers nous ont vu ils se sont approchés...nous sommes partis ! 1956.

Mon ami le tahitien sur la plage de Papeete. 1956.

Mon ami le tahitien sur la plage de Papeete. 1956.

The beat of Tahiti, disque version originale acheté à Papeete.  1957

The beat of Tahiti, disque version originale acheté à Papeete. 1957

Partager cet article

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 07:32

LA CRYPTE DES VAGUES MORTES
"SOURIS" NOTRE CHATTE

Jours d'automne comme tant d'autres; heures exquises, jour d'automne.
Ces moments sont les miens, les nôtres.

Dans la cheminée, les bûches pétillent, tandis que le vent glisse sous la porte en hurlant de colère. La flamme de la chandelle lutte et vacille, puis gagne et anime les ombres.

Près de l'âtre, notre chatte soupire sur un coussin moelleux :
quel temps de chien !

Lorsque les flammes de mon feu s'étirent, et que le bois claque parce que sa chair éclate, alors "Souris" vient contempler le spectacle avec ses grands yeux bleus des mers du sud. Elle reste pensive. Elle fixe le coeur des flammes, ou bien suit des yeux, nonchalante, une scorie qui danse dans l'air. De temps en temps elle ferme ses paupières et doit songer à nos courses dans la campagne, lorsque des papillons brodaient du bleu dans la douceur du printemps. Elle songe aux fleurs et à l'herbe verte, peut-être, même, à l'eau de la rivière dans laquelle elle trempait ses pattes avant de s'allonger sur une pierre lisse au soleil de l'été.

Notre chatte siamoise est câline.
Elle a le regard de Satan et une âme de chérubin.

C'est un félin aristocrate qui a laissé son pédigrée au vestiaire pour descendre dans la rue avec les chiens du berger.
Mais elle garde toujours une certaine attitude hautaine.

Tous les animaux de la ferme l'ont adoptée, à part les poules, ces gallinacées stupides et obstinées qui encombrent nos jambes.
Les chiens ont été fort surpris de voir notre animal diabolique nous emboîter le pas pour la promenade, et surtout venir à leur rencontre malgré leurs aboiements ! Car "Souris" ne leur a jamais tourné le dos, ni esquissé une fuite devant eux. Alors les chiens ont compris qu'ils avaient à faire à un animal digne d'intérêt. Depuis, c'est "Souris" qui regarde les chiens se battre entre eux tranquillement assise dans l'herbe !

Naturellement, vous vous en doutez, notre chatte est intelligente. Elle nous aime bien et nous l'aimons aussi beaucoup ; un dialogue réel est né entre nous, nous nous comprenons à demi-miaou !

Un jour, elle a rencontré un matou massif et sauvage qui chassait dans les genêts. Alors après avoir empêché  tout le village de dormir, les deux amoureux ont sacrifié à l'amour.

"Souris" a attendu les petits pendant deux longs mois.
Puis, la nuit de l'anniversaire de ma femme, "Boule" est venu au monde vers deux heures du matin. Notre chatte nous a sortis du lit pour l'assister !
"Boule" a dit bonjour au monde tandis que sa mère l'enveloppait d'une mélopée de ronrons.
Nous n'avons plus fermé l'oeil de la nuit !
"Boule", digne fils d'une mère racée et d'un matou campagnard, possède un long pelage noir et blanc et des yeux verts perdus dans un masque sombre.

Nous l'avons donné au berger.

Pierre-Jean BERNARD (Villemus 1973)

Fatiguée de marcher à côté de nous dans la colline elle demandait d'être portée sur le dos, en l'occurrence par ma fille !

Fatiguée de marcher à côté de nous dans la colline elle demandait d'être portée sur le dos, en l'occurrence par ma fille !

Partager cet article

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 07:30
...alors il meurt sans bruit dans l'anonymat du champs où respirent ses milliers de frères.

...alors il meurt sans bruit dans l'anonymat du champs où respirent ses milliers de frères.

                                               L'éveil        🐝                      

Chez moi, dans le Luberon, le printemps ouvre ses portes un peu plus tard, au mois de mai...

Au  mois de mai la terre s'éveille, respire, s'étire, et le frisson qui la parcourt fait sa peau se hérisser de fleurs et d'herbes tendres. C'est un frisson de bonheur, comme celui qui me passe dans le dos lorsque je suis ému.

Les chatons duveteux pointent sur les arbres avant de s'épanouir en feuilles neuves. Les chênes, eux, ont encore leur dépouille jaunie, vestige du printemps précédent ; ils la tomberont au premier coup de vent. Sur les bords du chemin qui mène au coteau, entre deux haies de ronces recouvrant un mur de vieilles pierres sèches, les violettes écartent les herbes pour toucher au soleil. Le chemin des violettes sent bon, il a l'odeur du renouveau. Quelques grillons y vocalisent et un lézard vert s'y chauffe au soleil sur un lit de mousse.

En bordure des champs de blés verts il neige des pétales d'églantier, et la terre laisse filer son trop plein d'eau qui murmure dans les rigoles en égratignant les mottes de terre grasse.

Les hirondelles sont revenues de leurs lointains pays et nichent dans la bergerie. Elles nichent dans la bergerie parce qu'elles y trouvent la tiédeur du troupeau et d'innombrables mouches à portée de bec ! Lorsque le berger blanchit les murs à la chaux pour désinfecter, il prend bien soin de couvrir de chiffons les nids des hirondelles : "ce sont de braves petites bêtes" me dit-il.

Les poules partagent leurs graines et les insectes du fumier avec les oiseaux du coin. Dans les bosquets des alentours, les rossignols chantent de jour et de nuit, ne s'arrêtant que pour une sieste. Les corbeaux sont revenus dans la vallée becqueter les vers  dans les sillons fumants des labours printaniers. Les coucous nous appellent de loin tandis que les pigeons ramiers roucoulent dans la futaie. Les alouettes filent vers le ciel en s'égosillant, ivres d'air et de lumière, une ivresse solennelle, puis plongent dans les bosquets pour y commencer à fonder une famille. Quelques pies jacassent dans les haies et y font taire les rossignols qui y lançaient des gammes.

C'est l'époque des longs jours qui commence. Toute la nature vibre et palpite, c'est l'air qui en est son sang et le soleil son  âme.                                                                                                                     

Les champs de blé, d'orge, de luzerne et de sainfoin rivalisent de beauté : ils sont tous habillés de vert, mais chacun sur un ton différent. Les coquelicots et les bleuets partagent avec eux la terre nourricière, et on dirait que la terre saigne. Par endroit la terre est encore sèche et sa peau  craquele, comme si un tremblement de terre avait ouvert des crevasses au royaume de Lilliput. De ces crevasses surgissent des grillons, monstres noirs qui voisinent avec les coccinelles, ces dernières aussi nombreuses que les criquets éclatant en gerbe sous les pas. Prés de là des punaises s'accouplent sur des tiges d'herbe et je me demande si ce n'est pas ce laisser-aller qui fit, un jour du début des temps, rougir la bête du Bon Dieu ! Les premières abeilles se reposent ou travaillent sur les coquelicots, d'humbles coquelicots qui se plaisent en compagnie du froment, ce qui me fait dire qu'ils gardent le grenier du monde. Connaissez-vous l'humble coquelicot ? Certes oui, mais point intimement. Il vaut bien la peine que je vous le présente :

Quand le coquelicot n'est pas éclos, il penche la tête, une tête ovale comme un ballon de rugby et poilue comme un ventre mâle. Dans cette tête, la mère-plante porte le fruit de longs jours d'attente au soleil et qui se prépare à éclater un matin. A l'intérieur, la fleur est toute recroquevillée, pliée, fripée, tel un enfant dans le ventre de sa mère. Bien avant d'éclore, la fleur est prête. Elle a viré du vert au blanc, du blanc au rose, puis du rose au rouge. Pour sa naissance, sa tête se redresse pour regarder le ciel bleu et elle s'épanouit en quatre pétales de velours rouge au soleil. La plante suce du sol la maigre humidité qui suffit à entretenir la vie en elle. Pourtant, s'il pleut, s'en est fini pour le coquelicot, ses pétales sont trop fragiles...pour l'instant il se balance au milieu des blés, offrant un support aux insectes, un lit aux criquets et la pitance à quelques autres. Après avoir goûté la journée à la chaleur du printemps, vieillissant, ses pétales se plissent comme la peau d'un vieux monsieur. Alors il meurt sans bruit dans l'anonymat du champ sur lequel respirent ses milliers de frères...                                                                                                                                                 

Après une pluie, la senteur de la terre humide monte à nous dans les chemins creux tout à coup renaissants et joyeux. Par l'attouchement enchanteur de ses rayons furtifs, le soleil fait resurgir les papillons tandis que des mouches affamées viennent s'attaquer aux côtelettes, toutes saupoudrées de thym et que nous mettons à grésiller sur un petit feu de bois pour le déjeuner. Les mouches, ces agaceuses, vont et viennent, se posent, essuient leur trompe puis lissent, à la manière de mon chat, leurs ailes aux reflets argentés.

Justement, sur le pré, notre chatte donne la course à des souris imaginaires : elle s'aplatit au sol pour faire croire qu'on ne la voit pas...elle arrondit ses prunelles...son poil vibre avec ses oreilles rabattues en arrière...ses pattes postérieures tricotent un peu d'herbe...puis elle s'élance après une feuille qui roule au vent...et elle termine sa course en grimpant au tronc d'un chêne...                                                                         

...C'est maintenant l'heure de l'Angélus et du troupeau qui rentre. Son flot laineux coule de la montagne, et cascade lorsque les chiens mordent aux jarrets. En cet instant le troupeau éclate, puis se reforme, tel un banc de poissons effarouchés.

- Veeeeïïï...veeeÏÏÏ...veeeÏÏÏ...broouuu !

Mon ami le berger gueule ses ordres. Les chiens s'exécutent et font manoeuvrer ; ils ont la langue pendante et le poil plein de poussière. La terre fume, et la fumée monte de dessous les sabots du troupeau. A part, à l'arrière, les chèvres brunes, dignes cousines des chevreuils, empruntent des chemins escarpés et font des fantaisies alors qu'elles pourraient très bien suivre la piste.

Pressées de tremper leur mufle baveux dans l'eau froide de l'abreuvoir, les bêtes hâtent l'allure à l'approche de la bergerie. Elles deviennent tout à coup disciplinées. Appuyé sur son bâton noueux, une herbe à la commissure des lèvres, le berger se contente alors de les suivre du regard de loin tout en contemplant le jour qui baisse...

...Le couchant a posé sur le ciel un boulet ardent que le Luberon, tel un bateleur , grignote petit à petit. Quand la montagne a avalé le boulet une ombre immense tire le rideau sur la ferme. Presque aussitôt une fraîche haleine passe sur nous et nous invite à suivre le troupeau vers la bergerie.

 

Extrait de la "crypte des vagues mortes"( non publié ) - Villemus (04) - 1973 -

Par Pierre-Jean BERNARD - primé aux "jeux floraux de Tarascon 1973 -

 

Nota : notre chatte se nommait "Souris" -
Mon ami le berger Bremond - 
Villemus (04)

                      

Les chèvres brunes sont disciplinées.

Les chèvres brunes sont disciplinées.

Partager cet article

Repost0
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 07:30
BERNABÉ et IRÉNÉE, conte provençal - pensées choisies.


BERNABÉ et IRÉNÉE

Conte extrait de "La crypte des vagues mortes"
- recueil non publié -

Pierre-Jean BERNARD (VILLEMUS 1982)

 

 

Le berger m'a conté l'histoire de Bernabé et Irénée
alors qu'un soir le couchant avait enflammé le ciel...
 

Chez nous, en Provence, dans presque tous les hameaux, il y a toujours, en plus du maire ou du curé, le "fada" ou la "fadade" du village (1).
Ce n'est pas que les gens y soient plus fous qu'ailleurs, mais lorsque les mauvaises langues gaspillent leur temps au soleil, elles égratignent les pauvres bougres.


Dans un village de "la vallée heureuse" (2) il existait jadis deux brebis rejetées par le troupeau et oubliées par le Berger : Irénée la bossue et Bernabé le simple.

Le père d'Irénée avait exagéré sur les bonnes bouteilles de vin toute sa vie et c'était pour cette raison que sa fille était bossue : chez nous, en Provence, on trouve facilement la cause de l'effet. Quant à Bernabé, simplet parce que trop brave, il était le fils d'un maçon italien venu ici avec sa cousine germaine pendant la guerre : chez nous, en Provence, il y a beaucoup d'italiens.

Le berger m'a raconté l'histoire d'Irénée et de Bernabé alors qu'un soir le couchant avait enflammé le ciel, et que nous étions tous les deux assis sur un rocher, le regard posé sur la vallée. Près de nous, le grelot du troupeau égrenait des sons paresseux tandis que les chiens, couchés au pied d'un cade, prenaient un repos bien mérité...

*****************************

La bossue se repose sur le pas de sa porte et Bernabé s'approche d'elle en rasant les murs... il fait très chaud et, avec le soleil qui tombe droit, les pierres blanches font mal aux yeux. Les cigales essayent de chanter mais, comme elles n'en ont pas le courage, cela commence par un léger craquètement, suivi d'un raclement qui meurt aussitôt... la bossue ouvre la bouche comme un poisson auquel il manquerait l'eau. Elle passe et repasse un mouchoir sur sa poitrine au corsage dégrafé. Ses cheveux lui collent aux tempes... Bernabé reste un moment à la contempler et son regard effleure la naissance des seins... il parle enfin :

- Il fait chaud, hein ? Tu prends le frais Irénée ?

- Tu crois ? répond-elle. On se croirait près du four du boulanger !

- Sûr ! Je m'en doutais à te voir là à gober les mouches ! Vé, je viens de finir mon restant de daube d'avant-hier et je me suis dit : tiens, si j'allais boire le café chez Irénée ! Et même un café bien fort et chaud pour me couper la soif, sinon j'avale la Durance et ses poissons !

Irénée se pousse un peu sur le vieux banc en pierres installé sous un mûrier, un arbre qui se débrouille toujours à remuer, même quand il n'y a pas de vent. Une fois que Bernabé s'est assis, Irénée se lève lentement et pose son mouchoir sur le banc, là où ses cuisses ont laissé leurs marques humides. Elle dit :

- Attends un instant, je vais moudre le café.

Elle rentre dans sa maison aux volets mi-clos. Quelques mouches y bourdonnent dans la pénombre et une vieille horloge y balance son pendule. Dehors, Bernabé attend... mais il se trouve idiot d'être assis à côté d'un mouchoir posé sur un banc, tandis que la pointe de son soulier fait des dessins dans la poussière. Alors, à son tour, il entre dans la maison aux volets mi-clos en jetant un coup d'oeil furtif derrière lui.

La porte se referme et les cigales se mettent à chanter...
 
*****************************

On jase dans le village : Irénée et Bernabé ont bu le café ensemble, chez elle !
Même qu'il leur a fallu tout un après-midi. Maintenant qu'ils se retrouvent tous les jours à l'heure de la sieste, on ne jase plus, on calomnie.


Tiens ! On dit que si le simplet fait un enfant à la bossue, sûrement qu'il sera taré. On dit qu'il sera laid, à cause de la bosse ; on dit qu'il sera idiot à cause de l'esprit du père. On discute, on rit, on passe le temps quoi ! On fait même des paris stupides, cependant personne ne mise son âme de chrétien...
 
*****************************

Des mois ont passé...

Un beau matin, Bernabé se précipite à l'église. Ses pas résonnent dans la nef principale et se mêlent à ses cris. Il cherche monsieur le curé en hurlant à faire rougir les saints de pierre :

- Monsieur le curé, Monsieur le curé,
Irénée a les douleurs, Irénée a les douleurs, vite !


Monsieur le curé sort du presbytère l'air surpris et s'avance vers Bernabé qui crie toujours :

- Monsieur le curé, monsieur le curé ! Irénée a les douleurs, mon Irénée !

Et ses cris résonnent, et ses cris résonnent...

Bernabé, il convient de le préciser, est un bon chrétien puisqu'il va tous les dimanches à la messe... de plus, Irénée et lui n'ont plus de famille, et tous les gens sont indifférents, aussi il vient trouver monsieur le curé pour lui demander de l'aide. Ce dernier le rassure :

- Mon enfant (il regarde son ventre rond ajusté sous sa soutane), ne vous affolez pas. Voici un acte bien naturel que d'enfanter : "tu enfanteras dans la douleur".

Monsieur le curé tient son ventre rond et Bernabé l'interrompt :

- Oui, mais si cela allait mal, le Bon Dieu n'est pas là. Il nous faudrait un docteur et le docteur est à Manosque. Pour aller à la ville il faudrait la diligence, et elle est déjà passée !

Cette constatation le désespère. Monsieur le curé a joint les mains.

- Que puis-je pour vous ? demande l'homme en noir d'un air impuissant. Prions, tout ira bien.

Bernabé est tout tremblant malgré la chaleur de l'été. Monsieur le curé marmonne une prière...

Alors Bernabé part en courant en murmurant quelque chose de pas très catholique. Il sort sur le parvis de l'église, tel un démon de sa boîte, et le soleil lui saute aux yeux. Il les cache de sa main, mais celle-ci n'est pas assez grande pour masquer ses larmes. Un long moment il tourne en rond sur la place du village vide, puis il se colle contre le tronc d'un platane en sanglotant...

Les cigales se sont tues.
 
*****************************

C'est une main amicale qui lui caresse l'épaule. Cette main est celle d'un homme grand, d'un homme fort. Il y a dans son regard une infinie tendresse. Il est vêtu de haillons et son autre main porte un fouet. Il parle, autoritaire :

- Viens, dit-il, avec ma charrette nous allons partir pour Manosque. Là, ta femme accouchera et vous reviendrez ensemble ensuite.
 
*****************************

....la charrette cahote et grince sur la route blanche et poussiéreuse. Le fouet claque. Le charretier parle au cheval, et le cheval, obéissant, essaye d'éviter de son mieux les trous et les bosses. Irénée pousse de grands cris par intermittence tandis que Bernabé, qui tient la tête d'Irénée posée sur ses genoux, tremble de devoir remplacer l'office d'une sage-femme en cours de route !...
 
*****************************
 
L'enfant est venu au monde avec le chant du rossignol.

...Bernabé a remercié chaleureusement le charretier. Ce dernier n'a pas voulu d'un peu d'argent. Il a dit qu'il voyageait à travers la région pour offrir ses services à couper les lavandes, ou à trouver des nappes d'eau car il était un peu sourcier. Il a dit aussi qu'il vivait seul dans la montagne et qu'il rentrerait chez lui dès que l'hiver approcherait. Il n'a rien ajouté de plus. Puis il a longuement serré la main de Bernabé le simple, et en lui donnant une tape amicale sur la bosse il a dit :

- T'en fais pas, ce sera un beau petit !

Puis il est parti...
 
*****************************

Quelques jours après, Irénée et Bernabé sont de retour au village par la diligence du matin. Pour la première fois, presque tout le village se rue vers la demeure de la bossue. Les curieux entrent dans la maison, presque en force, et se bousculent autour du lit.

Sur le lit, Irénée repose, souriante, la bosse enfouie dans des coussins.
Elle est belle.


À côté d'elle, Bernabé tient l'enfant dans ses bras, étranger au bruit de basse-cour qui emplit la chambre. L'enfant est rose. Il a les yeux bleus comme le ciel au-dessus de la vallée et les cheveux blonds comme les blés sous le soleil de l'été.
Il n'a pas de bosse !


Autour du lit, les badauds contemplent, ébahis. Alors Irénée prend Bernabé par la main, le regarde dans les yeux avec beaucoup d'amour et lui dit, en claquant des doigts :

- On les a bien eus, hein ?

Au même instant un coup de tonnerre couvre les voix. Il claque, sec, comme un coup de fouet. Et son roulement ressemble étrangement au bruit d'une charrette qui va en cahotant sur les pierres, les bosses et les trous d'une route blanche poussiéreuse.

Et les cigales recommencent à chanter...

 

1."fada" (ou "fadade") désigne en Provence le simplet, l'idiot du village.

2 "La vallée heureuse" désigne la vallée de l'Encrème entre Forcalquier et Céreste dans les Alpes de Haute-Provence 

Pierre-Jean BERNARD (VILLEMUS 1982)

À la mémoire de mon ami le berger BREMOND.

    
Ce conte a obtenu le premier prix des "Oralies 1987" de Haute-Provence
à Gréoux-les-bains, présidées par Yvan AUDOUARD et Pierre-Jakez HELIAS.

 

Saint-martin-les-eaux--la-vallee-heureuse

La "vallée heureuse"

 

Pensées :

*"La meilleure image que nous puissions donner de notre incompréhension de l'Univers est celle d'un insecte volant contre une vitre, et qui tente vainement de sortir parce qu'il ne conçoit pas le verre" (PJBernard)

 
*"Le temps n'existe pas, le passé, le présent et l'avenir se confondent, seules les formes évoluent , il suffit de se regarder quelquefois dans un miroir pour s'en rendre compte" (PJBernard)
 
"Toutes les hypothèses sont déraisonnables tant que rien n'a été prouvé ; et les certitudes ne sont acceptables que lorsqu'elles sont complètement démontrées. Reste la part de la fiction et du rêve, comme celui du premier homme sur la lune" (PJ Bernard)
 
*"On va dans les étoiles, et on ne sait toujours pas ce qui se passe sur le talus en face de chez soi..." (Jean Giono - conversation - Manosque 1967)
 
*" Il y a une très belle vue de cette fenêtre" : Cette remarque n'était cependant pas tout à fait étrangère à la physique, puisque la beauté d'une théorie scientifique était pour Einstein un reflet de la beauté de la nature " L.INFELD. 
 

* "Nous sommes, par le nombre et la propriété de chacun de nos sens, bornés à être en rapport avec les seules combinaisons et modifications de la matière, dont l'ordre est relatif à notre conservation. Cette réflexion me porte à penser qu'il existe des animaux doués d'organes différents des nôtres, et dont les facultés les mettent en relation avec des matières d'un ordre différent de celles qui nous affectent" (F.A.Mesmer, in "le magnétisme animal" 1772)

* "Le bourdon porte une canadienne et le papillon est fragile des bronches" ( J.M.Pelt)

* "les vers s'enfoncent dans la terre pour ne pas tomber amoureux des étoiles" ( Yvan Audouard )

* "A force de planter du béton un jour nous mangerons des pierres" (mon ami le berger)

Partager cet article

Repost0

BALADES ENTOMOLOGIQUES

Description : Macrophotos, observations et études sur quelques insectes de Provence.

Balades Entomologiques "Retour Accueil"

Retour à la page d'accueil

💌 Contact
 

Retrouver un article,
en utilisant la "Recherche" ci-dessous

Recherche D'articles

COPYRIGHT

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/Divers/copyright3.gif  Le téléchargement de tout ou partie des textes, images, sons, photographies, données, marques et tout autre élément qui y sont contenus est autorisé à des fins strictement privés ou dans un cadre scolaire et pour un usage non commercial. Toute utilisation, diffusion, reproduction, commercialisation, et représentation, totale ou partielle, d'éléments du site à d'autres fins est subordonnée à l'autorisation préalable de l'auteur. Merci.

Pierre-Jean BERNARD

ALBUMS PHOTOS

 

Album 1

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/dasypoda-hirtipes-1.jpg

Album 3
https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/3/Tircis-pararge-aegeria-aegeria-sur-ceanothus-11.04.JPG

Album 4

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/4/clairon-des-abeilles-10.07.JPG

Album 5
https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/5/08.09-PM-mangeant-bouton-fenouil---pollen.JPG

Un clic sur image
pour voir les albums

 Album 6https://image.over-blog.com/Lsx2HhQ9Vqvcq2MsVT_EiiGUt54=/filters:no_upscale()/image%2F1206169%2F20201215%2Fob_3e592e_hymenoptere-poliste-dominula-femelle.jpg