Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:45

Chesias legatella - colotois pennaria 

Voici une chenille "Phalène du genêt"  (Chesias legatella) sur un "arbre de jade" (Crassula ovata - crassulacées) trouvée sur cette plante hivernant à l'intérieur de la maison mais placée à l'extérieur à la belle saison.
La chenille dévorait les bords des feuilles en changeant souvent de place.
Cette chenille fréquente le genêt à balai (Cytisus scoparius) et je ne peux expliquer comment elle s'est retrouvée sur cette plante.
Toujours est-il que le changement de nourriture ne l'a pas incommodée !

Vous excuserez la mauvaise qualité de la photo prise avec du matériel inadéquat chez un ami.

Voici les différences entre ces deux plantes :
- Le genêt est du genre genista ou spartium.
- Les crassulacées (Crassula ovata) ont de grandes affinités avec les saxifragacées, et une parenté embryogénique avec les renonculacées. (source : P.Crété - précis de botanique T.2)

Papillons/chrono801_1
La "Phalène du genêt" en train de manger une feuille de "Crassula ovata"

"Chesias legatella"
sur sa véritable
plante-hôte :
le genêt à balai - juin -
Papillons/chrono921_1

    

Papillons/chrono922_1
La chenille fabrique
un cocon dans la terre.

 

Chenille de
"Colotois pennaria"
- L'himère plume
géométrides,
sous-famille ennomines.
Je n'ai pas encore
rencontré l'imago !
Papillons/chrono1486_1

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:30

Paon-du-jour - Inachis io 

Chez nos voisins :
Peacock butterfly, Tagpfauenauge, Päfägelöga ou Jungfru,
Pavo real.

On le rencontre aussi dans les villes.

Une seule génération par an. Les oeufs sont pondus sur les orties. 
Les chenilles vivent d'abord en groupe puis se dispersent après la première mue.
Ensuite les chrysalides sont suspendues aux tiges des orties.
Le développement de la chenille dure environ un mois et le stade nymphal (chrysalide) une quinzaine de jours.
Ensuite les papillons naissent et hibernent ou migrent vers d'autres cieux.
Comme le citron, la paon-du-jour produit un antigel pour résister au froid, jusqu'à moins 23 degrés
.
 

Papillons/chrono352_1

Sa chenille noire et blanche, bardée d'épines non urticantes,
vit surtout sur l'ortie.

    Paon du jour

On le nomme paon-du-jour à cause de ses ocelles qui ressemblent à celles du grand-paon-de-nuit.

Il hiberne parfois dans les maisons ou ses dépendances.


"Le regard lourd d'une sombre tristesse, laisse perler de
petites gouttes claires et pétillantes" (SCHNACK)

Papillons/chrono1834_1.

Il est vrai que ce "regard" (de vertébré !) 
est effrayant et que le prédateur peut être surpris.

Voir l'article "tous les mimétismes" .

Sur des feuilles d'ortie, les chenilles vivent en communauté.
Attention en ramassant les orties de ne pas les détruire,
éviter de couper le plant !

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:10

VULCAIN (Vanessa atalanta)

La nymphose de la chenille.

La croissance est la même à l'état groupé
ou isolé chez les chenilles de vanesse.

chenille-de-vulcain-11.05-2

La chenille du vulcain "Vanessa atalanta"
rencontrée pour la première fois le 10.05.2013 - Marignane 13 -
à son dernier stade d'évolution - 4 centimètres environ. 

chenille-de-vulcain-11.05

Lorsqu'elle est inquiétée, la chenille "fait le mort" (thanatosis).
En partant pour la nymphose, comme ici,
elle rejette par l'anus un liquide verdâtre sans odeur - 10.05
 

feuilles-cousues-chenille-vulcain

Pour la nymphose, la chenille se cache entre des feuilles rabattues
et retenues par quelques fils de soie.
Elle ne se met pas en chrysalide sur sa plante-hôte.
 

chrysalide-1

J'ai entrouvert délicatement une feuille
et voici la chrysalide suspendue à l'intérieur -
13.05 dans la journée.
 
J'attends la naissance de l'imago... 

vulcain-02.06-3-site

L'imago est né le 02.06.2013 soit après 21 jours en chrysalide.
 

Première partie sur le vulcain : lire l'article

Une autre chenille de vulcain ( 20 mm ) - juin -

Le vulcain recharge ses "batteries" au soleil - 24.11.2015 - 12 h - Température : 8° à l'abri.

Le vulcain recharge ses "batteries" au soleil -
24.11.2015 - 12 h - Température : 8° à l'abri. 

IL PREND LA POSE !

VULCAIN (Vanessa atalanta), un grand migrateur ( suite )

27.04.2016 : alors que je réglais mon appareil photo pour prendre une abeille, ce sympathique vulcain est venu se poser sur les doigts de ma main gauche pendant une dizaine de secondes ! 

27.04.2016 : Alors que je réglais mon appareil photo pour prendre une abeille, ce vulcain sympathique est venu ses poser sur les doigts de ma main gauche pendant une dizaine de secondes !

Vulcain au repos sur le bord de ma fenêtre pendant une bonne heure ! 28.04

Vulcain au repos sur le bord de ma fenêtre pendant une bonne heure ! 28.04

 Et vulcain en séance de bronzage sur une feuille !  28.04

Vulcain en séance de bronzage sur une feuille !  28.04

Le vulcain à 8 h  dans le feuillage du tilleul - 18.05.2018.

Vulcain à 8 h  dans le feuillage du tilleul - 18.05.2018.

Partager cet article

Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 00:30

Tabac d'Espagne (Argynnis paphia) - nymphalidae -

 

 

tabac-d-espagne-29.07

ailes déployées.

Il est surtout reconnaissable aux larges nervures noires de ses ailes car on pourrait le confondre avec le Nacré ou le Cardinal (Argynnis pandora),
Les oeufs sont pondus sur un tronc au milieu de l'été et les chenilles ne mangent rien d'autre que la coquille avant le printemps suivant, époque à laquelle elles chercheront des violettes pour leur nourriture, rarement "Rubis idaens", le framboisier.

La chenille a la tête noire, le dos brun avec deux bandes jaunâtres, et les flancs marron-roux ornés de traits et de taches brun foncé. La taille maximale de la chenille à son dernier stade de transformation est de 40 mm.

30.08.2015 sur buddleia.

30.08.2015 sur buddleia.

tabac-d-espagne-femelle-vu-dessous-10.07

Le Tabac d'Espagne femelle sur un épi de lavande - juillet - 

Le "Tabac d'Espagne" aime les femelles très grosses, oranges, qui bougent.
Mais au dernier moment, le parfum est déterminant

tabac d'espagne 2
tabac d'espagne vaselina 3

Tabac d'Espagne "Argynnis paphia immaculata" - valesina - femelles.

tabac d'espagne 5

Si la chenille adore les violettes,
par contre l'imago fait un festin sur les buddleias en fleurs en été.
Nota: la violette est, historiquement, le premier indicateur coloré utilisé en chimie d'où il est extrait. 

tabac espagne 9

Tabac d'Espagne vu de dessous butinant un épi de lavande.

tabac d'espagne face 7

Vu de face.

tabac d'espagne prairie 8

Le Tabac d'Espagne dans la prairie.

Tabac espagne Argyynnis paphia parade 4

Des grands nacrés (Speyera arginnis aglaja)
avec lesquels on peut confondre le Tabac d'Espagne.
  

Ces photos ont été prises dans le Luberon-est (04),
à Saint-Martin-les-eaux, altitude 470 mètres, en été.

tabacs d'espagne sur budleya 9

Un jour de juillet, j'ai compté
six tabacs d'Espagne, trois flambés,
deux moro-sphinx et un silène
ensemble sur un Buddleia !
En bas un grand nacré.

Le "tabac d'Espagne" affairé sur fleurs de buddleia - juillet -

Le "tabac d'Espagne" affairé sur fleurs de buddleia - juillet -

Partager cet article

Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 00:20

Vulcain (Vanessa atalanta)

 Chenille, chrysalide : voir l'article

Un grand migrateur, le Vulcain (Vanessa atalanta ou pyrameis)

Plantes-hôtes : l'ortie et la pariétaire (Urticacées)
Les urticacées sont des plantes antianémiques,
cicatrisantes, désodorisantes et bactétiostatiques.


Chez nos voisins :
The red admiral, Amiral, Numerada

 

*Charge amaire, milligrammes par centimètre carré :14,7 - épaisseur des ailes en microns ; 130 à la base, 80 au milieu et 25 au bord. (PORTIER)

*Le vulcain est sensible à une solution sucrée de 16 milligrammes par litre, soit 250 fois plus sensible que l'homme. 

*"contrairement à ce qu'on pensait, les papillons de jour possèdent, tout comme ceux de nuit, un grand nombre de gènes dévolus à la communication chimique." Vahé Ter Minassian

 

Papillons/chrono400_1
Papillons Vulcains sur fleurs de genêts et fleurs de giroflées ravanelles.
En moyenne, les plus âgés des vulcains peuvent vivre 6 mois.

Voici le vulcain rapide
Qui vole comme un oiseau
Son aile noire et splendide
Porte un grand ruban ponceau

Gérard de NERVAL

chenille de vulcain 11.05 -
Les chenilles solitaires s'enroulent dans une feuille d'ortie 
pour se protéger des prédateurs.
Là, à l'abri, elles dévorent leur demeure, avant d'aller à une suivante
un peu plus loin et se reconstruire un nouvel abri jusqu'à qu'elles aient atteint
une maturité suffisante pour se mettre en chrysalide

Observations (Marignane-13)

Le Vulcain est un grand migrateur mais certains individus ne quittent pas les bords de la méditerranée en hiver, en Provence par exemple.
Voici quelques relevés d'observations de Vulcains au cours de l'année à Marignane (13)
Les migrations primaires du vulcain sont données comme débutant fin février (OPIE)

Date plus température à 5 heures et, éventuellement, dans la journée (la deuxième) :
 
  • Le premier janvier de je ne sais plus quelle année, en plein centre ville, contre une façade !
  • 4 octobre 2003 : 18 ° - 21 octobre : 15° - 27 octobre : 8° - 20 novembre : 8° - 24 décembre : de 1° à 8°.
  • 10 décembre 2004 : 7° - 3 février 2004 : 3° - 16 mars : 8°.
  • 9 février 2005 : + 1°.
  • 28 février 2006 : + 1° à + 8°. Celui-ci se chauffait au soleil sur ma pelouse sauvage,.Vent de N-O (Mistral)  et 10° au soleil. Il doit avoir trouvé un abri plein sud protégé par ma maison car, quand le vent souffle, même en tempête, je ne le perçois que faiblement car mes haies coupent les bourrasques.
    Je l'aperçois souvent sur mon laurier-tin en fleurs en janvier-février.
  • Deux Vulcains observés le 22 octobre 2006 posés sur les feuilles de mon figuier. T 15° à 7 h.
  • Le 5.11.2006 T 5° - Le 27.11.2006.
  • Un le 11.12.2006 T 0°/7° et un le 20.12 avec 0°/ 8°. Le 30.12 T 7°. Un le 7.01.2006 butinant sur du laurier-tin en fleurs T 4 / 13°.
    Ce Vulcain doit habiter un coin de ma maison car il est présent tous les jours en janvier quand le temps et beau, ensoleillé, entre 7 et 15 degrés.
  • 3 vulcains groupés sur mon laurier-tin le 11.01.2006 T 6/18°. Ils y sont toujours le 20.01, même un quatrième. Les Vulcains savent donc s'orienter pour retrouver une source de nourriture. T 10/21° !
  • Absent trois jours à - 4°/+ 5°, le Vulcain est réapparu le 29.01. sur le laurier-tin.
  • 07.02.2007 : Il y a quatre Vulcains qui butinent régulièrement sur le laurier-tin toujours en fleurs.
  • le 16.02.2007, 7 vulcains sur laurier-tin T 3°/13°.
  • Le 22.02.2007, il y a toujours un vulcain sur mon laurier-tin, les autres ont disparu.
    Je présume que j'observe des vulcains migrateurs et des vulcains sédentaires butinant ensemble. Souvent j'en vois un se chauffer au soleil sur la façade de la maison ou au sol.
  • Depuis le 23.02.2007 les Vulcains ont tous disparu. Températures en hausse, entre 8 et 10° le matin à 5 heures.
    Sans doute sont-ils remontés plus vers le nord...
  • 23 et 24.03.2007 : deux Vulcains, sur pissenlit T4°/12°. Vent NO.
  • Le 17.04.2007, un Vulcain juvénile sur lilas. Un autre le 24.04. T13°/26°.
  • Le 30.04.2007 en vol.
  • Le 05.05.2007 après 4 jours consécutifs de pluie et mauvais temps.
  • Les 15, 16 et 18.05.2007 sur centranthe rouge. Des remontants vers le Nord sans doute...
  • Un Vulcain le 26.06.2007 - un le 09.08.2007 en été.
  • Un vulcain le 14.09 et le 09.10.2007 - T 25°.
  • Un le premier novembre 2007 se chauffant au soleil
  • 5 vulcains en novembre 2007 (1,2,8,10 et 12/11)
  • Observé un vulcain le 13.02.2008 dans le Lubéron (04), à saint-Martin-les-eaux (altitude 470 m). T -2 / + 14, ensoleillé. Se chauffait contre un mur.
  • Au contraire de février 2007, je n'ai pas observé de vulcain en février 2008.
  • Lassés d'un long voyage...
  • Le 29 avril 2008, après la pluie et 9 degrés, deux vulcains sont venus ensembles sur mes centranthes rouges, pour butiner ou se chauffer au soleil. Un est resté toute la journée, d'environ de 9 h 30 jusqu'en fin d'après-midi. Il butinait, ou se reposait sur les feuilles des arbustes environnants. Il butinait aussi sur l'oranger du Japon (Choisya ternata), comme quoi nos papillons s'adaptent !
    j'ai observé le Vulcain butinant sur : centranthe rouge, lilas, rose de Noël, sédum spectabile, lavande, oranger du japon....
    Le lendemain, 30 avril, il était parti (pluie à nouveau dans la journée) mais un autre était présent après que le ciel se soit mis au beau.
    Je reconnaissais le premier à une petite déchirure sur une aile.
Si l'hiver n'est pas trop rude, le Vulcain sédentaire résiste au froid jusqu'à la belle saison (mars). Il se camoufle dans les haies ou sous l'abri d'une bâtisse, voire parfois à l'intérieur d'une dépendance non chauffée (combles du toit, garage, cave, etc)

Au cours de sa migration, ce papillon a été aperçu passant les cols des montagnes en direction du sud, et contre le vent de force 6 !
 
  • Hibernation grand standing !
    Le 12 novembre, j'ai observé, avec des clients réjouis, un Vulcain ayant pris ses quartiers d'hiver sous les verrières chauffées du magasin "Botanic" de Vitrolles (13). Il avait en plus à sa disposition tout un éventail de belles fleurs ! Le système d'aération du toit lui permettant aussi de rentrer et sortir à son aise.
  • Migrations : (16.02.2007 - T 4°/18° et 30° au soleil au zénith)
    Tout l'hiver, jusqu'à ce jour, j'ai eu 4 papillons "Vulcains" butinant sur mon laurier-tin en fleurs depuis trois mois. Ce jour il y a 7 "vulcains". Je pense que la migration a déjà commencé.
    Avec les premiers fronts chauds du printemps (mai-juin) ces papillons quittent les régions circum-méditerranéennes pour monter vers le nord, et vice-versa en automne.
    Le même papillon ne migre qu'une seule fois, c'est sa descendance qui fait la route inverse.
    Cette année, ils seraient donc en avance, sans toutefois pouvoir être certain que ce sont des migrateurs.
  • Le 15.09.2007, ma correspondante en Suisse, Mme TOSONI, me signale de nombreux vulcains sur ses fuchsias, arbre aux papillons et sur les fruits mûrs. Ensuite, ils semblaient se diriger vers le lac de Genève pour le traverser... ils étaient très familiers, se posant un sur sa main tenant l'appareil photo, un sur sa hanche et un sur sa jambe ! Il y en a encore le 09.10.2007.
    Une trentaine le 10.10.2007 : les départs vers le Sud.

    Nota : Elle en a aperçu un dans son jardin le 20 janvier 2007 par beau temps, ce qui est étonnant à cette latitude
  • Brrrr ! Le 24.03.2008 à 11 heures, température 8°, mistral et soleil après chute de neige fondue : un vulcain migrateur se chauffant au soleil sur une feuille de cognassier au jardin.
  • Un vulcain est resté deux jours dans mon jardin à butiner sur des centranthes rouges, les 19 et 20.05.2008. Après avoir longtemps butiné, il se reposait et se chauffait au soleil sur une feuille de lilas voisine.
    Il se reposait longtemps (par exemple une fois de 15h50 à 16h30) les ailes étalées, bien à plat sur la feuille. Comme le temps était parfois nuageux, il orientait la surface de ses ailes en direction de la lumière polarisée du soleil.
    Ensuite, il repartait butiner, les "accus" rechargés !
  • Pour se réchauffer par temps froid, le papillon déploie ses ailes au soleil. Les ailes de certaines espèces de porte-queues capturent et gardent la lumière avec une efficacité remarquable.
    Cette aptitude n’est pas seulement due à leurs pigments sombres, mais aussi à leur structure : ces ailes sont recouvertes de minuscules écailles qui se chevauchent.
    Ces dernières possèdent des rangées de trous en forme de nids d’abeilles et séparées par des crêtes pointues qui dirigent la lumière vers les trous.
    Cette structure ingénieuse capture la lumière du soleil, ce qui rend les ailes extrêmement sombres et réchauffe le papillon avec une incroyable efficacité.

Femmes papillons d'Odette du Puigaudeau !

À  l'image de Théodore MONOD, Odette du PUIGAUDEAU parcourut le désert du Sahara occidental auquel elle consacra sa vie.
Fille du peintre Ferdinand du Puigaudeau, elle fut tour à tour peintre des papillons, dessinatrice dans les laboratoires du Collège de France et styliste chez Jeanne Lanvin. De nos jours, elle reste pratiquement méconnue des milieux hors "sahariens".


Voici la reproduction de quelques-uns de ses dessins sur les femmes costumées en papillons, et en particulier en Vulcain. Un style tout à fait remarquable !

Papillons/chrono485_1
Extrait de "Odette du PUIGAUDEAU - Une bretonne au désert" par Monique Vérité, sous l'égide du Centre d'études sur l'histoire du Sahara, préface de Théodore MONOD, avec l'aimable autorisation des éditions Jean PICOLLEC, 1992.

Lors de l'expédition du "géographe" et du "naturaliste", commandant BAUDIN (1800), LEVILLAIN, zoologiste, avait recueilli aux Canaries plusieurs variétés de "Vulcains" épinglés sur... son chapeau ! (René BOUVIER, voir biblio)

En février, un Vulcain sédentaire se chauffe au soleil sur le tronc d'un arbre.
Marignane (13)- Décembre.
le "vulcain" et la "belle-dame" arrivent à lutter contre un vent contraire de force 6 en migration !
Papillons/chrono487_1

Le Vulcain sur fleur de valériane - août - et sur ceanothe bleu - mai -

Vulcain sur fleur de valériane -  août 

Le Vulcain sur fleur de valériane - août - et sur ceanothe bleu - mai -

 sur ceanothe bleu - mai -

INSOLITE !

Le vol silencieux des papillons !

Quel est le bruit maximal possible ? (question d'un lecteur de "science et vie" nr.1188)

Le bruit maximum est le décollage d'une fusée, soit 160 dB à 180 dB.

Le "bruit" maximum d'un papillon : pression acoustique 10-9 atm, et 20 dB !
Au-dessous du silence absolu !

Partager cet article

Repost0
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 00:10

Des papillons de nuit qui volent le jour !

Les sphinx sont des papillons assez grands qui ont besoin d'un fort taux d'oxygène et de températures élevées pour rester actifs.

Sphinx gazé fuciforme  "Hemaris fuciformus" - sur buddleia - Luberon (04) - juillet.

Sphinx gazé fuciforme  "Hemaris fuciformus" - sur buddleia - Luberon (04) - juillet.

 Sphinx livournien - Gazé - Moro-sphinx -
Sphinx de l'euphorbe 
   

Sphinx livournien

sphinx livournien 2

En vol stationnaire devant une lavande
- juillet - Migrateur - Marignane -

Les sphingides volent à 15 mètres à la seconde.  
   

Sphinx livournien

Sphinx livournien

Sphinx-gazé

sphinx-gaze.Fusiformis

Le Sphinx-gazé a les ailes translucides et il peut être confondu à première vue avec le Moro-sphinx qui, lui, a les ailes écailleuses opaques.

J'en ai observé 6 qui butinaient en même temps sur des fleurs de centranthes rouges qui résistent très bien à la sécheresse ! 
(Mai-Luberon -04 - 470 m)

La chenille du Sphinx-gazé a pour plantes-hôtes le chèvrefeuille 
et le gaillet (Galium).
Elle hiberne dans un cocon placé dans des feuilles mortes.


sphinx-gaze-en-vol-28.07Sphinx-gazé en vol devant des fleurs de buddleia
28 juillet

MORO-SPHINX

Des renseignements sur le moro-sphinx
ont été extraits de la revue "la hulotte" nr. 86 - 2005

le-vol-du-sphinx

Plusieurs attitudes du Moro-sphinx ou "sphinx fou" ou "mouche folle" ou sphinx caille-lait, en vol stationnaire devant une centranthe rouge - mai -
Vole comme les hélicoptères ou ce sont les hélicoptères qui copient le sphinx ! 
Le moro-sphinx est un migrateur de la région méditerranéenne vers l'Europe centrale, il passe les Alpes et parcourt des milliers de kilomètres.

Observé un moro-sphinx butinant une cytise le 01.02.2016 - T 19°.

*Chez le moro-sphinx il existe généralement qu'un invertase permettant les transformations du saccharose en glucose et en fructose assimilables. (C.SOUCHON)

*Le moro-sphinx est un petit hélicoptère migrateur de 0,38 grammes, mais lui peut voler sur le dos ! Il bat des ailes à environ 75 battements par seconde. C'est sa manière acrobatique de voler qui lui a valu le surnom étymologique de "mouche folle" ou "sphinx fou" ou encore "colibri", comme l'oiseau. Mais comme il ne consomme que le nectar des fleurs on le surnomme aussi "langue d'ivrogne" !
Certains moro-sphinx vont en Islande et un cargo en a récupéré un aux Açores à 600 km. du continent. ("la hulotte"

*Loin d’être sédentaire, le Moro-sphinx est un grand migrateur. Avec des pointes à 55 km/h, il voyage vite et loin.
Il peut parcourir jusqu’à 3000 km depuis le sud de l’Europe ou l’Afrique du Nord où de nombreux individus hivernent pour rejoindre, aux beaux jours, des zones plus au nord.
De mai à juillet, ces migrateurs viennent grossir les rangs d’une première génération restée hiberner dans nos contrées à la faveur du réchauffement climatique.
Une seconde génération est observable en septembre-octobre. (Noë-conservation)

le-vol-du-sphinx-3
Moro-sphinx  vu exactement de face.

Sa chenille hiberne dans un cocon enfoui dans des feuilles mortes comme le sphinx-gazé. Dans le Sud de la France, il peut hiverner. 

On notera la longueur de la trompe de ces papillons qui peuvent accéder au nectar des fleurs où d'autres papillons ne le peuvent pas, par exemple sur les fleurs en forme d'entonnoir comme le liseron, le jasmin, etc
Il aime particulièrement les fleurs violettes ou bleues, comme le buddleia, la sauge, la lavande.

Catalogués comme nocturnes, ces "colibris" volent de jour.

Battement d'ailes extrêmement rapides soulignés ici par le flou : environ 50 à 75 battements à la seconde.

C'est un vol vibratoire des ailes et non pas un vol battu des ailes.
Il parcourt 13 mètres à la seconde en ligne droite.

moro-sphinx-en-vol

Moro-sphinx sur centranthe rouge.
On voit bien la longue trompe plonger dans le calice de la fleur.

La température du corps du moro-sphinx est de 9 degrés au repos la nuit et de 34 degrés au départ après qu'il ait fait vibrer ses ailes quelques minutes. Il vole tôt le matin et tard le soir. 

  • Le "Moro-sphinx" ou "Sphinx du caille-lait" (Macroblossum stellatarum), autre papillon colibri comme le sphinx-gazé, butine en faisant du surplace devant un bouquet de centranthes rouges. 05.06.2008 - 12 heures - (photos ci-dessus)
    J'en ai aussi surpris un butinant le 09.06 sous une pluie fine !
    Un autre butinant très tôt le matin, à 5 h 45 le 08.06. T 14°.
     
  • J'ai observé un moro-sphinx le 03.02.2009 butinant sur mes pensées. 10° et très nuageux après pluie.(Marignane) et un autre le 22.02.2009 sur laurier-tin (5°/13°) !
     
  • "Le colibri et le moro-sphinx n'ont qu'une ascendance commune très éloignée qui se perd dans la nuit des temps : leur ancêtre commun fut l'amibe, qui n'a évidemment rien d'un oiseau ni d'une mite. Pourtant, la convergence entre eux est si remarquable, tant du point de vue de l'apparence physique que des façons de voler et de se nourrir du nectar des fleurs, que, au crépuscule et de loin, il est assez difficile de les distinguer." (Gene BYLINSKY, voir bibliographie)
     
  • Il reste plusieurs jours dans un jardin qui lui convient et patrouille environ toutes les 4 heures. Cette année 2008 j'ai observé beaucoup de Moros-sphinx.

Un moro-sphinx qui vole dans une pièce éclairée tombe immédiatement au sol si la lumière est éteinte.

Plantes-hôtes : caille-lait, valériane.

Voici divers noms donnés au moro-sphinx, nom utilisé dans tous les ouvrages mais restant sans explication :

chez nos voisins : the humming-bird, taubeuschwanz, Stor dagsvärmare.
Hummel-Motte chez les allemands, zugo lepke chez les hongrois, Borinot et Bufaforat chez les catalans, l'oiseau-mouche (hummingbird) chez les anglais, l'épervier, le sphinx ou macroglosse du caille-lait, le macroglosse étoilé, le bec d'oiseau, la langue d'ivrogne  chez les russes.
Sources : Jacques AGUILAR et Jean-Pierre RAIMBAULT, cahiers de l'OPIE1987.

Le Moro-sphinx vu de dessus. 03.08.2020.

Le Moro-sphinx vu de dessus. 03.08.2020.

Sphinx fuciforme ou Hemaris fuciformis

Chez nos voisins :
The broad-bordered bee Hawk-moth, Hummelschwärmer, Humlelikdagsvärmare

Le sphinx-gazé et le moro-sphinx, des papillons qui volent comme les colibris !
Plantes-hôtes : Lonicera, Scabiosa, Knautia, Galium, Lychnis, chèvrefeuille, gaillet etc aime particulièrement les fleurs bleues ou violettes.

Papillons/chrono2497_1
Sphinx-gazé butinant en vol stationnaire devant un lamier pourpre.
Plantes-hôtes : surtout le chèvrefeuille.
Et aussi symphorine, succise des prés, lychnis.
Les ailes des Sphingidae, comme ce Sphinx-gazé, 
battent 50 à 70 coups à la seconde !
La charge alaire est de 
64,5 à 125 milligrammes au centimètre carré suivant l’espèce.

Sphinx de l 'euphorbe

sphinx-de-l-euphorbe

butinant une fleur en entonnoir
difficile d'accès pour les autres papillons
(voir article "sphinx de l'euphorbe")

En plus d'être envahissante et inadaptée à votre jardin, cette plante vivace représente un véritable danger pour les papillons, en particulier les sphinx.
Le fort pouvoir attractif dégagé par l'Oenothère élégant pousse cette espèce de papillon à venir butiner son nectar.
Tous les papillons attirés par cette plante périssent irrémédiablement car ils ne peuvent extraire leur trompe du fond du calice et meurent d'épuisement.

Renseignez-vous sur la provenance et les conséquences
de la culture d'une plante avant d'aller en jardinerie !

photo wikipedia

Partager cet article

Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 00:45

Tircis / Pararge aegeria

Pararge aegeria

Le Tircis (Pararge aegeria), un papillon qui s'est habitué à l'urbanisation.
Il lui suffit d'un petit coin de haie ombragé pour s'installer sur un rayon de soleil.
Vole de mars à octobre, parfois novembre (voir observations).
Il se pose souvent au sol.

Plantes-hôtes : diverses graminées, en particulier Poa, Triticum repens, Agropyron.

Chez nos voisins : Qpeckled wood, Laubfalter, Qvickgräsfjäril, Maculata.

Tircis pararge aegeria aegeria sur ceanothus 11.04
Le tircis pararge aegeria aegeria sur fleurs de ceanothus - avril -
L'aile antérieure du mâle porte une tache sombre d'écailles odorantes pour la femelle.

Papillons/chrono396_1

Le tircis dans la haie de pyracanthas (Buisson ardent).
Perarga aegeria tircis (fond des ailes jaune-crème)

Un tircis (Pararge aegeria) hivernant ! ?

Observations : Marignane (13) - haie (roncier) - exposition sud à l'abri du vent (Mistral - N.O) -
Thermomètre installé sous abri à 1m50 du sol.

  • 05.02.2010 : 6°/10° et soleil . 15h
    Observé un Tircis sur mon laurier-tin, en compagnie d'un vulcain !
    Mais cette observation pose un problème : le tircis n'est pas reconnu comme un hivernant, on le rencontre, normalement, jusqu'en novembre (voir observations) puis en mars, en tenant compte naturellement des conditions climatiques de la région.
    Dans mon biotope où il se trouve, les températures oscillent depuis plus d'un mois de -6° (le minimum enregistré à 5 heures ) à +8° (le maximum enregistré) et 10 à 12° dans la journée ! L'imago n'a pas pu naître durant ces périodes.
    Un hivernant serait la solution la plus crédible car j'ai des haies touffues exposées plein sud et ensoleillées.
    Le dernier que j'avais observé dans une haie c'était au mois de novembre 2009.
    Par contre, la présence d'un vulcain est normale, il y a des sédentaires hivernant dans le Sud.         
  • 07.03.2012 : Il est très probable que dans le Midi de la France des tircis hivernent à l'état d'imago.
    J'ai effectué deux observations qui pourraient le confirmer :
    En 2010 (lire ci-dessus), j'ai observé un tircis au soleil quelques jours après une température minimum de moins 6° et d'autres avoisinant le zéro.
    En 2012, j'ai été plus attentif. Le 2 mars, j'ai vu un tircis se chauffant au soleil au sol près de ma haie. Il avait une envergure plus petite que ceux de la belle saison et avait une aile abîmée. Voici d'ailleurs toutes les températures relevées avant le 02.03 (+8 degrés) :
    J'avais noté : moins 10 le 9 février, moins 4 le 10 , moins 9,5 le 12, moins 7 le 13, moins 3 le 14, etc
    c'est-à-dire un chapelet de températures comprises entre moins 10 le 9 février à plus 8 le 2 mars ; toutes les autres oscillant entre moins 2 et plus 5.
    Ce tircis ne pouvait donc pas, vu la météo, être issu d'une d'une chrysalide.
  • 14.02.2014 : Observé un tircis sur laurier-tin 13°    
Le 30 octobre 2009,
se chauffant au soleil sur une feuille de vigne vierge - jardin -
Les individus de l'automne sont plus foncés que ceux du printemps.
 

Le tircis préfère le miellat des pucerons au nectar des fleurs qu'il butine à défaut de pucerons !

         
            

Observations
 

J’ai aperçu :

11.11.2004 : tircis à 12 heures T 2° à 5 h et 10° à 12 heures
17.01.2007 : tircis à 16 heures T 10/17° sur laurier-tin.

16.02.2007 : tircis T 3/17° sur laurier-tin
6 ,9, 10 & 11.10.2007 : tircis T 11/24°
23.10.2007 : 3 dont deux cherchant à s'accoupler en une parade aérienne virevoltante ! T 3°/14°
02.11.2007 : un tircis

13.11.2007 : un tircis
14.03.2008 : un sur véronique de Perse
30.10.2009 : un sur vigne vierge
14.11.2009 : un tircis
25.11.2009 : un sur haie !
05.02.2010 : un Tircis sur mon laurier-tin ! T 6° 10 °soleil après pluie matinale soutenue.

05.02.2010 : un avec une T 6°/10° ; il avait fait moins 6° quelques jours avant !
05.02.2010 : 6°/10° et soleil à 15h  un tircis sur mon laurier-tin en compagnie d'un vulain ! 
09.02.
2018 : un tircis T -2°/+5 ° - Récit ci-dessous 

09.02.2018 : Un papillon tircis a élu domicile sur le volet de ma fenêtre ! (+ 5° ! ).
Je l'ai placé dans une boite de survie au garage, un hivernage ?

09.02 : il faisait moins 2 degrés à 5h et plus 5 degrés à 17h. J'ai découvert un papillon tircis (environ 3 cm) sur le volet de ma salle à manger (exposition Sud).
Je l'ai placé dans ma boite de survie et déposé au garage.
Depuis le début de février, dans mon biotope, les températures ont oscillé entre moins 2 et plus 9.
Je ne pense pas qu'elles furent favorables à une naissance !
C'est la deuxième fois que cette situation se présente (voir les relevés soulignés en bleu dans mes précédentes observations ci-dessus).
Se pose donc la question importante de savoir si ce papillon est en hivernation car les éléments du climat de ne prêtent pas à la sortie d'un imago...

Je prends le risque de dire que certains Tircis hivernent dans le Sud de la France

11.02 à 11h : J'ai remis mon tircis en liberté en plein soleil face sud de ma maison.
2° à 5h du matin à l'abri et 24° à 11h au soleil radieux. Vent nul.
Il change de place de temps en temps en restant au soleil sur la façade.
Plus  2° la nuit dehors et plus 6° dans la boite de survie au garage, pas tellement de différence donc s'il passe les nuits suivantes en liberté.

Moyenne des températures depuis le début du mois de février : 3° entre 4 et 7h du matin, il faut compter 6 à 8° de plus dans la journée en moyenne.

Papillons/chrono399_1
Tircis femelle (Pararge aegeria).
La même sous deux angles différents,
posé sur son rayon de lumière dans la haie.
Il est attentif à ce qu'un compère ne vienne pas lui prendre la place.

Papillons/chrono2010_1
Tircis "Pararge aegeria ssp aegeria", au soleil sur une feuille de ronce
- 31 mars- jardin.

En octobre, sur un "oranger du Japon" en fruits,
un tircis se chauffe au soleil

Papillons/chrono1851_1
Accouplement de tircis sur une feuille de cognassier au soleil 27 avril  19° à 5 heures.


L'accouplement dure très longtemps.
Le tircis est très irritable et ne supporte pas un concurrent sur son territoire.

Avant l'accouplement, les partenaires voltigent  l'un contre l'autre mais sans se toucher : parade nuptiale

Observé parade d'amour des tircis brodant du ciel bleu le 23.02.2014.

J'ai assisté aussi les 4,5 et 7 octobre 2017, au plus chaud de la journée (pas le 6, tempête de Mistral) à la parade d'amour des papillons tircis.
Quel spectacle insolite ! 

Ils virevoltaient rapidement l'un autour de l'autre, très près, au plus une vingtaine de centimètres, et en même temps dans tous les sens près du sol et à travers les arbustes, rarement en hauteur.
Le spectacle a duré des heures mais je ne les ai jamais surpris se poser pour s'accoupler et ce manège a duré trois jours. Plus vus le 8.10

Papillons/chrono2071_1
"Pararge aegeria tircis" forme claire
12 mai - jardin - après pluie

tircis-bain-de-soleil-24.04

Un bain de soleil sur une feuille de ma haie ça ne fait pas de mal
et je surveille mon territoire ! 24.04 

Tircis site 8 21.04

Tircis mâle.   

Le Tircis du 09.02.2018 dans ma boite de survie avant de le relâcher.
Tircis du 09.02.2018 dans ma boite de survie avant de le relâcher.

Recto et verso ! Deux Tircis posés sur le lierre au tôt matin - 01.07.2019
Recto et verso !
Deux Tircis posés sur le lierre au tôt matin - 01.07.2019       

Partager cet article

Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 00:30

Sylvaine - Ochlodes venatus faunus

Plantes-hôtes : graminées et joncées (joncs)

Chez nos voisins :
Large skipper, Dorada oria ancha, Star angs¨ssmygare, Rostfarbiger dikkopffalter.

Papillons/chrono1799_1
La "Sylvaine" (Ochlodes venatus faunus) - femelle -
butinant sur un sédum spectabile - septembre - jardin -

sylvain---ochlodes-venatus-faunus

Papillons/chrono1897_1
Vol de mai en septembre.

Ici photographié dans mon jardin sur une centranthe rouge
- Mai- Marignane. 04.06.2008 - 11 heures -
T 15° à 5 heures.

Partager cet article

Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 00:20

Sylvain azuré - Limenitis reducta -

SYLVAIN AZURÉ - "Limenitis reducta" -


Sylvain azuré sur laser de France 
- mai - Lubéron (04)
Plante-hôte :
le chèvrefeuille.

sylvain azuré sur laser de France - juillet

Vu de dessous sur fleurs de Laser de France - Luberon - 04 - 13.06

Papillons/chrono1539_1
Sur buddleia - juillet -

Papillons/chrono900_1
Sur fleurs de laser de France (laserpitium gallicum), bord de chemin, mai, Luberon (04).
Cette plante est fort appréciée des sylvains azurés.

sylvains_azures-parade-d-amour

 Au sol, la parade d'amour. Chemin - Luberon (04)

 

Sylvain azuré abîmé par un prédateur. 09.07.2017 -  Luberon (04)
Sylvain azuré abîmé par un prédateur.
09.07.2017 -  Luberon (04)

Partager cet article

Repost0
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 00:05

Sphinx de l'euphorbe (Hyles euphorbiae)  

Chez nos voisins :
Spurge hawk, Wolfsmilchschwarmer, Vitsprötad skymningsswärmare.

"Le corps des sphinx (NDLR : aussi appelés papillons "colibri") est très volumineux et corpulent : il peut atteindre 5 et même 6 cms de longueur pour un diamètre de 1,5 à presque 2 cms.

Les ailes supérieures longues mais relativement étroites, les inférieures très courtes, doivent donc, pour porter un corps semblable, battre extrêmement vite, ce qui produit un son très net, assez pareil au ronflement lointain d'un moteur.
La chaleur produite par ce violent exercice peut porter la température du sang de l'animal à dix degrés de plus que la température de l'air environnant, comme l'ont démontré NEWPORT et Maurice GIRARD ; ceci est une grande exception parmi les animaux à sang froid"
(Paul-A.ROBERT in "les insectes" tome 2 , éditions Delachaux et Niestlé, 1960).

Le Sphinx de l'euphorbe. Photo Maurice Chambaret.
Le Sphinx de l'euphorbe. Photo Maurice Chambaret.

Papillons/chrono376_1
Euphorbe characias.
Lachousclo, la grande "Euphorbia characias",
dont la sève blanche, ou latex, est brûlante.
Euphorbe est tiré du médecin grec du même nom Euphorbius.

euphorbe-characias-2

L'euphorbe characias (Euphorbia characias), ou euphorbe arbrisseau des collines découvertes, plante-hôte du Sphinx de l'euphorbe. On la nomme aussi "Jusclo" en Provence.
Il s'en écoule un latex blanc toxique lorsqu'on la coupe.
L'inflortescence de l'euphorbe se nomme le cyathium.
La chenille du Sphinx de l'euphorbe vit aussi sur d'autres espèces d'euphorbes (Euphorbi) et Mercurialis annua.

Papillons/chrono379_1

Chenille du Sphinx de l'euphorbe à son stade primaire .

La chenille du sphinx de l'euphorbe a quatre mues.
Par temps chaud la chenille peut se mettre en chrysalide, sur le sol ou dans la terre,
au bout de trois semaines à partir de l'oeuf.

Papillons/chrono450_1

La chenille du sphinx de l'euphorbe.
À noter, à gauche, une boulette d'excréments en train d'être évacuée.

Les magnifiques couleurs de la chenille sont dues à l'acide urique.

Coloration aposématique (voir "mimétisme" ) qui prévient le prédateur de sa toxicité.
La corne est un assemblage de plusieurs soies.

Papillons/chrono451_1

" L'arbre généalogique de cette grande race de papillons pousse ses racines dans le Turkestan chinois. C'est donc du Turkestan et de ses plaines illimitées, aujourd'hui désert de sable et enfer embrasé, que nous vint le Sphinx de l'euphorbe " ( Schnack)

Fait frappant : les bêtes venimeuses qui se protègent par leur goût désagréable ou par d'autres moyens "choisissent" souvent, comme signaux avertisseurs,
une combinaison des couleurs rouge, blanche et noire". (K.LORENTZ)

En règle générale, les chenilles du sphinx de l'euphorbe possèdent, en dehors des pattes thoraciques, quatre paires de pattes abdominales.
Ce sont des excroissances de la peau du ventre, de constitution simple et munies de griffes formant crochet, avec lesquelles elles se fixent fortement sur leur support" (O.Danesh)
Octobre, collines de la Nerthe à Niolon, commune du Rove (13)

C'est à l'acide urique, présent en petite quantité dans le tissu adipeux, qu'est due la riche livrée de la chenille (J-H.Fabre)

Papillons/chrono452_1
À droite : la chenille à son état intermédiaire.
À gauche : la chenille à son état terminal.

* Se rencontre encore en octobre dans la zone méridionale. Le lobe nymphal se trouve dans le sol à faible profondeur.

*À la piqûre d'un scorpion, le papillon du sphinx de l'euphorbe meurt, mais la chenille brave la piqûre, mange à sa faim, puis descend en terre pour s'y transformer en chrysalide (J-H.Fabre)
Par contre, la grande chenille du Grand-paon-de-nuit ne survit pas à cette piqûre.

chenille-sphinx-euphorbe nb

Chenille de Sphinx de l'euphorbe sur son plant
- Collines de la Nerthe (13) - octobre -

* Oenothera speciosa 
En plus d'être envahissante et inadaptée à votre jardin, cette plante vivace représente un véritable danger pour les papillons, en particulier les sphinx. Le fort pouvoir attractif dégagé par l'Oenothère élégant pousse cette espèce de papillon à venir butiner son nectar.
Tous les papillons attirés par cette plante périssent irrémédiablement, car ils ne peuvent extraire leur trompe du fond du calice et meurent d'épuisement.
Renseignez-vous sur la provenance et les conséquences de la culture d'une plante avant d'aller en jardinerie !

Photo Wikipedia

Partager cet article

Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 00:40

Piéride du chou (Pieris brassicae)  

Plantes-hôtes : crucifères variées : fausse roquette, la moutarde blanche, le pastel, la ravanelle, le lepidium drave, l'herbe au chantre et tous les crucifères en général ; mais rien qu'eux, la piéride connaît la botanique !

Le plus commum et le plus voyant de nos papillons : la Piéride du chou.
On ne peut pas dire qu’il soit doué d’un mimétisme parfait !

Piéride du chou et fleur de cognassier. Avril.

Piéride du chou et fleur de cognassier. Avril.
Piéride du chou et fleur de cognassier. Avril.

Le saviez-vous ?

Les Piérides ne pondent que sur les crucifères, groupe de plantes homogènes au point de vue chimique, mais aussi sur les capucines ; or, toutes ces plantes contiennent de l'allylisothiocyanate à odeur de moutarde et on a réussi à faire pondre des piérides sur des espèces quelconques aspergées d’essence de moutarde (Verschaffelt, 1911) in "Les insectes et les plantes" de Christian Souchon 1974.

  • Certaines années, les piérides du chou quittaient la Baltique, survolaient la mer du Nord sous forme d'épais "tourbillons de neige" et gagnaient l'Angleterre (V.B. DRÖSCHER)
     
  • La piéride du chou est aussi migratrice et on a pu voir des bandes innombrables traverser la chaîne des Alpes ! (R.THEVENIN).
     
  • Pieris brassicae choisit pour se nourrir les fleurs jaunes, bleues et rouges mais la femelle pond ses oeufs sur les objets verts (ILSE 1929)
    NDLR : pratiquement toutes les fleurs ont ces couleurs ! Et le vert est la couleur des plantes dont se nourrit la chenille.
     
  • Du temps de PLINE l'ancien, on dressait un pal au milieu des carrés de choux et on disposait dessus un crâne de cheval blanchi au soleil, un crâne de jument de préférence. Plus tard, on y installait une coquille d'oeuf ! Tout cela, naturellement, ne servait à rien pour éloigner les chenilles de la piéride . (J-H.FABRE)
     
  • Le microgaster, hyménoptère qui parasite la piéride du chou, s'attaque au départ aux oeufs et non pas à la chenille. Il pond de 20 à 65 oeufs.

Pieride du chou

Piéride du chou se désaltérant - juillet - Luberon (04) 

Il fait très chaud.
Quatre piérides se désaltèrent avec l'humidité
conservée dans une fissure du sol.

Pieride petit blanc du chou
 

Piéride de la rave (Pieris rapae) sur ciste cotonneux. 

La piéride de la rave (Piera rapae) sur une fleur de ciste cotonneux. (Avril)
Plantes-hôtes : crucifères et Resedaceae, Brassicae.
Small white, Kleiner kohlweissling, Rosfjäril, Blanquita de la col.

Sur-monnaie-du-pape-chenille-de-pieride
La chenille sur "monnaie du Pape" crucifère.19.05.
Papillons/chrono1596_1

Papillons/chrono1343_1
Vue de dessus et de profil, la chrysalide de la piéride du chou.
La chenille se met en Chrysalide sur le support.

Papillons/chrono1308_1
Piéride du chou automnale sur sédum spectabile - 19.09.2010 -
La piéride du chou pond environ 600 oeufs.

À l’heure où l’utilisation de l’énergie solaire est de plus en plus plébiscitée, une étude publiée le mois dernier dans le journal Scientific Reports se penche sur les propriétés étonnantes des ailes de papillons blancs de la famille des Piérides.
La posture de repos des ailes, "en V" permet de concentrer les rayons du soleil, ce qui induit une augmentation spectaculaire de la température du thorax et des muscles de vol avant le décollage.
Les concepteurs de panneaux solaires tentent d’utiliser la même stratégie : des «concentrateurs solaires» permettent d’améliorer l'efficacité de la réception de l’énergie lumineuse par les cellules photovoltaïques.
(Observatoire de la biodiversité des jardins OBJ - août 2015.)

Papillons/chrono643_
Piéride du chou sur centaurée.
L'ombre portée de la fleur procure une sensation inquiétante d'agressivité !

  • Moriz HEROLD, université de Marbourg, donna en 1845
    l'histoire du développement de la piéride du chou donc bien avant J-H. FABRE.
     
  • On a vu, dit CHOPARD "passer des piérides sur un front de 4 kilomètres environ pendant plusieurs heures, et le nombre des individus composant le vol a été évalué à trois ou quatre cent millions"

Papillons/chrono1233_1
L'accouplement 31.05
L'accouplement peut durer des heures.
J'ai assisté à l'un d'eux de 14 h à la tombée de la nuit ! 

  • Véritable succès médiatique et scientifique, l’Opération Papitrame réalisée par le Doctorant Benjamin Bergerot du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS, en partenariat avec Noé Conservation et Natureparif vous invitait cet été à assister à des lâchers de papillons et à ouvrir l’œil pour les retrouver dans vos jardins. Près de 200 Piérides aux ailes marquées ont ainsi été lâchées, et 16 ont été retrouvées, la plus voyageuse à 36 km de son lieu de lâcher ! (OPIE - novembre 2009 ).
     
  • Les papillons blancs du genre "pieris" ne se nourrissent que de plantes qui contiennent les glucosides des huiles de moutarde (sinigrine et sinalbine). Les chenilles vivent sur les choux et d'autres crucifères et sur les capucines (Tropaeolum)
     
  • La chrysalide la piéride du chou est infestée par les oeufs de"Pimpla instigator"

Papillons/chrono1634_1Piéride blanche

Au hasard des rencontres, des Pierides blanches qui ne font pas du mimétisme,
c'est le moins que l'on puisse dire ! Mais la lumière joue bien sur leurs ailes immaculées.
Les deux premières sont sur un Sédum spectabile (septembre)
et la troisième sur une centaurée.

Papillons/chrono1466_1 "Pieris ergane"
sur Sédum spectabile
- septembre -
La fleur agresse
le papillon ?
Papillons/chrono1635_1
Papillons/chrono2502_1

Piéride femelle
sur centranthe rouge
- mai -

 

Papillons/chrono1846_1.
Sur le soleil (souci) Femelle.

Papillons/chrono2477_1.

Piéride sur fleur de roncier - 23.05

Papillons/chrono2864_1

"Pieris brassicae" sur une centranthe rouge  - juin 

OBSERVATIONS des PIÉRIDES

13.11.2004 : aperçu une Piéride du chou, 2° à 4h et 13° à mi-journée, temps ensoleillé avec Mistral.
19.11.2004 : nouvelle Piéride en vol 7°

09.03.2005 : piéride 3° / 15°

15.02.2007 : une piéride 17°
21.02.2007 : une piéride 5°/18°

19.02.2009 : observé première Piéride blanche en vol le à 14 h 30- 1°/ ° léger Mistral - Marignane (13). Ce qui est assez tôt.
01.03.2009 : observé à nouveau trois piérides dont deux en parade nuptiale.
11.03.2009 à 10 h - T 8° / 13° un accouplement de piérides de la moutarde sur une feuille.

09.03.2011 à 13 h - première piéride en vol.

09.03.2013 - idem -
05.10.2013 observé un accouplement.
07.10.2013 : observé importante migration de piérides (voir ci-dessous).

Migration importante de piérides blanches *
le 07 octobre 2013 au-dessus de Marignane (13)
 
07.10.2013 entre 12 h 45 et 13 h 45 - température 23° dans mon jardin - temps ensoleillé - vent nul -
J'ai assisté à une migration de piérides blanches dans le sens S-SO vers N-NE (contrôlé à la boussole)
Les papillons passés à une hauteur comprise entre 5m et une trentaine de mètres dans un couloir d'environ 50 m de large au-dessus de mon jardin.
Passages isolés, par deux ou par trois.
J'en ai donc compté 165 en une heure.

Hier j'ai vu un passage beaucoup moins important (7 en un quart d'heure) mais dans le sens contraire, c'est-à-dire vers le S-SO !
Je pense qu'il doit s'agir d'une migration régionale.

08.10.2013 j'ai repris mes observations entre 13 h et 14 h. - T 21° - vent nul , du moins chez moi, soleil.

La migration continue mais très fluide, j'ai compté 28 papillons en une heure, toujours même direction.

Quelqu'un peut-il expliquer la raison de la direction de la migration (N-NE) en cette saison ? 

 09.10.2013 : 15 papillons à l'heure - T 21° - vent NO léger.

12.10.2013 :  encore quelques passages très isolés entre 13 et 14 h. Vent SE - 17°

Très haut dans le ciel j'ai vu une piéride filer N-NE.
J'ai toujours mes jumelles à portée de main quand je scrute le ciel le jour ou la nuit.
Mais le plus étrange c'est qu'un quart d'heure plus tard j'ai observé une piéride qui filait tout droit vers S-SE ! 

* J'ai employé le mot générique de "piérides blanches" mais en fait il y avait plusieurs espèces de ce genre en vol.

 

24.11.2013 - température à 5 h : 3° T à 14 h : 9° avec soleil et léger vent.

J'ai trouvé dans la piscine de mon beau-frère une piéride brassicae couchée sur l'eau en train de se noyer. Elle était totalement immobile et quand je l'ai sortie je me suis aperçu qu'une patte bougeait.

Je l'ai gardée un moment dans la main puis je l'ai posée sur un mur au soleil où elle s'est agrippée tant bien que mal.

Au bout d'un bon quart d'heure elle s'est envolée .
Quelle résistance, la température de l'eau devait friser les 4 ou 5°  

L'observation la plus ancienne archivée de migration de papillons, sans doute des Pieridae, date de 1100, du royaume de Saxe jusqu'en Bavière. (Carrington Bonsor Williams).

Une migration de piérides a été observée à plus de 2000 mètres d'altitude et au-delà du 66° N de latitude. Des migrations en très grand nombre ont été rapportées en Angleterre en 1508,1911 et 2009 (butterflies of Britain and Europe)

Pieris napi napi
Pieris napi napi

Piéride sur fleurs de centranthe rouge. Mai. Plantes-hôtes : crucifères.
Au point de vue mimétisme (voir page spéciale)
on ne peut pas dire que ce papillon passe inaperçu !

Pieris Napi bryoniae
Pieris Napi bryoniae de l'arabette.

Piéride de l’arabette. Luberon - vallée- Mai. Plante-hôte : arabette (crucifères).
Observée normalement à partir de 600 m.
Ici à 364 m le long du ruisseau du Largue à Dauphin (04).

Extrait du journal Ouest France du 9 octobre :

"Du côté de Saint-Ideuc, c’est tout un quartier qui peste depuis une quinzaine de jours contre un nouvel envahisseur : la piéride du chou. Étrange spectacle qui se joue en effet sous nos yeux. Depuis plusieurs jours, des armées de chenilles traversent la petite route qui sépare une rangée de maisons de l’enclos du Verger d’un champ de choux voisin. La route maculée de traces noirâtres en dit long sur cette procession quotidienne."         

Cocons d'apanteles glomeratus, ou Microgaster,
minuscule Hyménoptère Braconidae qui parasite les chenilles de piérides.

Partager cet article

Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 00:30

Petite-tortue - Aglaes urticae

 

La Petite-tortue, un papillon venu du froid*.
Notez le duvet qui couvre son abdomen.
 Il doit son nom de la ressemblance de ses ailes avec l'écaille de la tortue "Eretmochelys imbricata".

Chez nos voisins : The small tortoiseshell, Kleiner fuchs, Nässelfjäril, Ortiguera. 

Plantes-hôtes : ortie, saule, orme, arbres fruitiers, etc 

Charge alaire, milligrammes par centimètre carré : 13,0

Petite-tortue - aglaes urticae -

L'ortie contient un liquide composé de formiate de sodium, d'acétylcholine d'histamine qui est contenu dans la base des poils urticants. 

*Un correspond de Haute-Savoie, par exemple, me signale une "petite-tortue" le 14.03.2016 - températures : moins 3/ plus 6.

"La Petite-tortue appartient à cette catégorie de papillons qui, dans leur sève jaunâtre, ont conservé la mémoire des temps héroïques et ne peuvent oublier l'époque glaciaire et ses courts étés.
De nos jours encore, pour lui, l'hiver commence de bonne heure et, déjà en août, il gagne son lieu d'hivernage, bien que, en fait, il n'y soit pas poussé par l'insuffisance de chaleur ou de nourriture.

À la fin de l'époque glaciaire, quand les glaciers rétrogradèrent, il émigra à leur suite, soit en latitude vers le Nord et la Laponie, soit en altitude vers les hauts sommets. C'est ainsi que je l'ai observé à 3200 mètres"

(In "la vie des papillons" de Frédéric SCHNACK -
Editions Stock 1930)

 chenille petite-tortue

Une chenille de petite-tortue sur une ortie, mais....

chenilles petite-tortue en communauté

...elles préfèrent vivre en communauté pour se protéger des prédateurs.
 

Mais ces chenilles fréquentent aussi certains arbres à feuilles caduques.
La chrysalide est suspendue aux tiges.

*La feuille de l'ortie contient un véritable cocktail chimique : riche en histamine, formiate de sodium, sérotonine et acétylcholine. Bon appétit !

*La "petite-tortue" montre deux attirances : pour le groupe des couleurs bleu-pourpre et pour celui des jaune-rouge. 

* Le pigment rouge est formé à la fois de corps voisins de la bilirubine, de fer, de substances protéiques.

(Dr. Delage "coloration et pigments chez les insectes")

 Petite-tortue sur centranthe rouge en été. En été sur une centranthe rouge

Etonnant, étrange mais pas surnaturel !  

*J'ai trouvé un jour du mois d'avril un papillon "petite tortue" (Aglaes urticae) couché sur le côté au sol sur le tapis de la nef de l'église de mon village, inerte. Ses ailes étaient sèches, un peu translucides et légèrement abîmées. Soit il était entré malencontreusement dans l'édifice pour ne plus pouvoir en ressortir, soit il s'était mis à l'abri pour l'hiver. Mais il ne fait pas chaud l'hiver sous les ogives, le thermomètre y descend bien au-dessous de zéro et les fidèles attendent un chauffage.

j'ai donc ramassé le papillon, je l'ai posé dans le creux de ma main, et m'est venue l'idée d'y souffler mon haleine chaude dessus, rien,  mort.
Je suis sorti avec sur le parvis au soleil et je me suis assis sur un banc.
Au bout d'un certain temps, je me suis levé et j'ai jeté la "petite tortue" sur la pelouse.

Elle n'avait pas encore touchée le sol qu'elle prenait son envol vers le ciel bleu ! J'étais ahuri !

Ce papillon avait donc vécu au ralenti pendant plusieurs mois, sans nourriture ni chauffage et dans la pénombre.

Les insectes sont étonnants ! Explication ci-dessous :

*La thermorégulation chez les papillons hivernant, "petite tortue", par exemple : 

Chez tous les papillons, le sang coule dans un vaisseau unique qui se dirige de l'abdomen à la tête en passant par le thorax. Il véhicule de la chaleur tout au long de son parcours ; il revient jusqu'à l'abdomen en s'infiltrant dans les tissus.
Le système circulatoire du papillon hivernant comprend deux échangeurs thermiques à contre-courant, l'un situé dans l'abdomen et l'autre dans le thorax. Dans celui de l'abdomen, le sang qui coule du coeur vers l'aorte est froid, alors que celui qui coule en sens opposé, à travers le tissu adjacent, est plus chaud ; la chaleur passe donc du tissu au vaisseau, et ensuite au thorax. L'échangeur thermique du thorax est l'aorte. Comme le sang de la partie descendante de la boucle est plus chaud que celui de la partie montante, la chaleur repart de la partie descendante vers la partie montante.
Chez les grands papillons d'été, la partie descendante de l'aorte est séparée de la portion montante, de sorte que la chaleur est dissipée, certains papillons augmentent la chaleur de leur corps avant de prendre leur envol en faisant vibrer fortement leurs ailes. 

(Source : revue "pour la science" - "scientific américan"-
by Bernd HEINRICH  nr 116, mai 1987). 

*En cas de famine : 

En 1348, l'été fut pourri, la pluie tomba de mai jusqu'à la saint Jean le 24 juin. Les orties furent abondantes et servirent de nourriture tout à fait typique au cours de la famine qui suivit.

Communiqué de Noë-conservation avril 2014 :

Il semble que l’année 2013 ait porté chance aux Petites tortues. En effet, depuis le lancement du programme en 2006, ce papillon n'a jamais été aussi abondant qu’au mois d'août 2013. 2535 Petites tortues ont été observées cet été dans toute la France !
À noter que cette espèce présente une progression continue depuis 2010.
Elle est ainsi presque revenue au niveau de sa meilleure année qui est celle de 2006. 

"Petite-tortue" sur centranthe rouge le 13.05.2015 - 14 h - migratrice.

"Petite-tortue" sur centranthe rouge le 13.05.2015 - 14 h - migratrice.

PETITE-TORTUE : un papillon venu du froid !

Partager cet article

Repost0

BALADES ENTOMOLOGIQUES

Description : Macrophotos, observations et études sur quelques insectes de Provence.

Balades Entomologiques "Retour Accueil"

Retour à la page d'accueil

💌 Contact
 

Retrouver un article,
en utilisant la "Recherche" ci-dessous

Recherche D'articles

COPYRIGHT

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/Divers/copyright3.gif  Le téléchargement de tout ou partie des textes, images, sons, photographies, données, marques et tout autre élément qui y sont contenus est autorisé à des fins strictement privés ou dans un cadre scolaire et pour un usage non commercial. Toute utilisation, diffusion, reproduction, commercialisation, et représentation, totale ou partielle, d'éléments du site à d'autres fins est subordonnée à l'autorisation préalable de l'auteur. Merci.

Pierre-Jean BERNARD

ALBUMS PHOTOS

 

Album 1

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/dasypoda-hirtipes-1.jpg

Album 3
https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/3/Tircis-pararge-aegeria-aegeria-sur-ceanothus-11.04.JPG

Album 4

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/4/clairon-des-abeilles-10.07.JPG

Album 5
https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/5/08.09-PM-mangeant-bouton-fenouil---pollen.JPG

Un clic sur image
pour voir les albums

 Album 6https://image.over-blog.com/Lsx2HhQ9Vqvcq2MsVT_EiiGUt54=/filters:no_upscale()/image%2F1206169%2F20201215%2Fob_3e592e_hymenoptere-poliste-dominula-femelle.jpg