Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 00:30
L'argus bleu mâle - sur sedum spectabile - août - Marignane (13).

L'argus bleu mâle - sur sedum spectabile - août - Marignane (13).

Vues au microscope optique, les minuscules écailles qui recouvrent comme des tuiles d'un toit les ailes des papillons présentent des stries extrêmement fines. Les admirables stries disposées sur les aile de papillons ont des tailles de l'ordre du millième de millimètre - 60 fois moins que l'épaisseur d'un cheveu.
À  cette diffraction  peut d'ailleurs s'ajouter le phénomène d'interférence qui contribue aussi à faire varier la couleur selon l'angle sous lequel on regarde l'aile.

Nicolas Witkowski in  "papillonnages" - Seuil 2007. 

L'argus bleu ou azuré de la bugrane. "Polyommatus icarus".

Un exemple de dimorphisme sexuel.

La chenille se nourrit de luzerne, de trèfle,du lotier corniculé, de la bugrane épineuse et divers fabiacées.

La femelle - juillet - Vue de dessous et de dessus - posée sur feuille de trèfle et sur pensée fanée - Marignane (13).
La femelle - juillet - Vue de dessous et de dessus - posée sur feuille de trèfle et sur pensée fanée - Marignane (13).

La femelle - juillet - Vue de dessous et de dessus - posée sur feuille de trèfle et sur pensée fanée - Marignane (13).

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 00:00
Le gazé fuciforme - "Hemaris fuciformis" posé un bref instant sur une feuille de buddleia - Lubéron (04) - juillet
Le gazé fuciforme - "Hemaris fuciformis" posé un bref instant sur une feuille de buddleia - Lubéron (04) - juillet

Le gazé fuciforme - "Hemaris fuciformis" posé un bref instant sur une feuille de buddleia - Lubéron (04) - juillet

L'aile en parti translucide , au contraire du "Moro-sphinx" chez qui les ailes sont opaques.

L'aile en parti translucide , au contraire du "Moro-sphinx" chez qui les ailes sont opaques.

Sa trompe enroulée avant le déploiement.

Sa trompe enroulée avant le déploiement.

Le gazé fuciforme "Hemaris fuciformis".

Partager cet article

Repost0
6 juin 2016 1 06 /06 /juin /2016 03:00

Ce flambé (Iphiclides poladirius) est resté 69 jours dans mon jardin, son territoire investi.
Je l'ai vu la première fois le 24.03.2016 et il a disparu de 30.05.2016, la dernière fois que je l'ai vu.

Tous les jours, entre 11 h et 14 h, au plus fort de la chaleur, il arrivait par-dessus le toit de ma maison, butinait un certain temps sur les lilas ou sur les centranthes rouges (valérianes rouges ou faux lilas) et repartait dans la même direction, en l'occurrence vers la haie dense de cyprès de mon voisin où il avait élu domicile pour se mettre à l'abri.

Pendant toute cette période il y a eu beau temps, ou fort Mistral (N-O) ou pluie et la température minimale prise à 4 h du matin a été de 5 degrés et la température maximale 19°.

Je le voyais souvent patrouiller entre les arbres et se poser au soleil ailes déployées. Je ne sais pas si c'était un mâle ou une femelle et encore moins s'il a pu s'accoupler.

L'arrivée sur mes lilas (24.03)

L'arrivée sur mes lilas (24.03)

Avec du pollen sur la tête après avoir visité brièvement mon tilleul en fleurs, je l'ai même vu essayer de butiner mon chèvrefeuille, plante plutôt fréquentée par les papillons "colibris" !

Avec du pollen sur la tête après avoir visité brièvement mon tilleul en fleurs, je l'ai même vu essayer de butiner mon chèvrefeuille, plante plutôt fréquentée par les papillons "colibris" !

Le dernier jour (30.05) de notre rencontre, posé à quelques mètres sur mon cognassier comme pour me dire adieu... Bonne chance.
Le dernier jour (30.05) de notre rencontre, posé à quelques mètres sur mon cognassier comme pour me dire adieu... Bonne chance.

Le dernier jour (30.05) de notre rencontre, posé à quelques mètres sur mon cognassier comme pour me dire adieu... Bonne chance.

Encourageante observation de ce papillon dans le Tarn par Jean-Sébastien :

"Sur les bords du Tarn, en amont de Malène, en "descente en canoé", lors d'une pause en bord d'un banc de gravier, j'ai vu mon premier rassemblement de Flambés.
Je n'en ai jamais vu autant, environ une vingtaine les uns à côté des autres.
À un mètre environ, un rassemblement similaire de piérides. 
(Causse Méjean (1000 m, un peu plus au sud) du 1er au 6 août 2016)

Le flambé sur buddleia - 21.07.2017 (Luberon 04). J'en ai vu trois en même temps avec cinq Moro-sphinx, trois tabacs d'Espagne et deux  sylvains azurés !

Le flambé sur buddleia - 21.07.2017 (Luberon 04). J'en ai vu trois en même temps avec cinq Moro-sphinx, trois tabacs d'Espagne et deux sylvains azurés !

Partager cet article

Repost0
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 08:28

- Sphinx du tilleul.

- Sphinx des palmiers.

- Bombyx du chêne.

- Chenilles processionnaires du pin.

- Sphinx du peuplier.

- chenille sphinx du liseron.

Le sphinx du tilleul "Mimas tiliae" - sphingidae - Plantes-hôte : Tilia, Ulmus, plus rarement sur d'autres feuillus.
On peut le rencontrer dans les parcs, les jardins, les zones urbanisées mais boisées etc, à l'aurore et au crépuscule posé sur un tronc.
Photographié ici par mes petits-enfants Gaelle et Baptiste, 13 ans.

Le sphinx du tilleul au repos.

Le sphinx du tilleul au repos.

 Celui-ci a été photographié le 03.04.2020 à 10 h - 15° (4° à 5 h). En voici un en avance sur son époque de vol !

Celui-ci a été photographié le 03.04.2020 à 10 h - 15° (4° à 5 h). En voici un en avance sur son époque de vol !

Sa chenille contre le tronc d'un tilleul au jardin - Marignane. La chenille emploie l'homochromie évolutive, verte sur les feuilles nourricières et brune lorsqu'elle descend le long du tronc pour s'enterrer.
Sa chenille contre le tronc d'un tilleul au jardin - Marignane. La chenille emploie l'homochromie évolutive, verte sur les feuilles nourricières et brune lorsqu'elle descend le long du tronc pour s'enterrer.

Sa chenille contre le tronc d'un tilleul au jardin - Marignane. La chenille emploie l'homochromie évolutive, verte sur les feuilles nourricières et brune lorsqu'elle descend le long du tronc pour s'enterrer.

Chenille au sol et à son dernier stade, en partance pour se mettre en chrysalide en terre (juin). Elle devient brune sur le sol en partant pour la nymphose pour moins attirer l'attention des prédateurs
Chenille au sol et à son dernier stade, en partance pour se mettre en chrysalide en terre (juin). Elle devient brune sur le sol en partant pour la nymphose pour moins attirer l'attention des prédateurs

Chenille au sol et à son dernier stade, en partance pour se mettre en chrysalide en terre (juin). Elle devient brune sur le sol en partant pour la nymphose pour moins attirer l'attention des prédateurs

L'accouplement des imagos contre un mur... on voit bien la jonction des abdomens en tête-bêche.

L'accouplement des imagos contre un mur... on voit bien la jonction des abdomens en tête-bêche.

Le sphinx des palmiers (Castniide). Larve très nocive dans le sud de la France - ici  imago photographié à Saint-Victoret (13) 28.06.2014.

Le sphinx des palmiers (Castniide). Larve très nocive dans le sud de la France - ici imago photographié à Saint-Victoret (13) 28.06.2014.

Un correspondant, entomologiste montagnard, m'expliquait que le bombyx du chêne passait son temps à courir les femelles et qu'il n'était pas rare de le voir franchir les cols à plus de 2500 mètres d'altitude.

Ici photographié à Marignane dans mon jardin posé sur une feuille de "choisya ternata" - 3-4 cm d'envergure - 27.08.2016.

LASIOCAMPA QUERCUS mâle - Minime à bande ou bombyx du chêne - 27.08.2016 - 13 h
LASIOCAMPA QUERCUS mâle - Minime à bande ou bombyx du chêne - 27.08.2016 - 13 h

LASIOCAMPA QUERCUS mâle - Minime à bande ou bombyx du chêne - 27.08.2016 - 13 h

Chenille du bombyx du chêne.

Chenille du bombyx du chêne.

Les chenilles processionnaires du pin "Thaumetopoea processionea". Inscrite sur la liste rouge UICN il y a quelques décennies. Luberon (04) 2016.

Les chenilles processionnaires du pin "Thaumetopoea processionea". Inscrite sur la liste rouge UICN il y a quelques décennies. Luberon (04) 2016.

Sphinx du peuplier "Laothoe pupuli" - Marignane (13) - Se cache dans les feuilles ou sur son arbre, ici surpris sur un mur.

Sphinx du peuplier "Laothoe pupuli" - Marignane (13) - Se cache dans les feuilles ou sur son arbre, ici surpris sur un mur.

Chenille du sphinx du liseron "Agrius convolvuli" 27.10

Chenille du sphinx du liseron "Agrius convolvuli" 27.10

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 08:06

-CHOREUTIS NEMORANA.

- PANCALIA LEUWENHOEKELLA

- PYRAUSTA PURPULARIS.

- TORTRICIDAE. tribu Archipini.

- SYNAPHE PUNCTALIS - Clédéobie étroite -

- IDEAE CONTIGUARIA - Sterrhinae

- IDAEA SERIATA .  geometridae

 

CHOREUTIS NEMORANA sur pâquerette - 5 mm - mars.

CHOREUTIS NEMORANA sur pâquerette - 5 mm - mars.

PANCALIA LEUWENHOEKELLA - 5 mm - mai

PANCALIA LEUWENHOEKELLA - 5 mm - mai

PYRAUSTA PURPULARIS sur souci - Carambidae - 5 mm - En compagnie d'un hyménoptère sur un souci.

PYRAUSTA PURPULARIS sur souci - Carambidae - 5 mm - En compagnie d'un hyménoptère sur un souci.

TORTRICIDAE  tribu Archipini - genre Archips, Pandemis, etc.- 5 mm - mai.

TORTRICIDAE tribu Archipini - genre Archips, Pandemis, etc.- 5 mm - mai.

"Synaphe punctalis" - Clédéobie étroite - est une espèce de lépidoptère de la famille des Pyralidae que l'on trouve en Europe.  Il a une envergure de 22 à 27 mm  Il vole de juin à août selon les endroits et est attiré par la lumière.  Sa larve se nourrit sur les mousses.

"Synaphe punctalis" - Clédéobie étroite - est une espèce de lépidoptère de la famille des Pyralidae que l'on trouve en Europe. Il a une envergure de 22 à 27 mm Il vole de juin à août selon les endroits et est attiré par la lumière. Sa larve se nourrit sur les mousses.

"Ideae contiguaria" - Acidalie contiguë - Sterrhinae - 05.10.2018 -

"Ideae contiguaria" - Acidalie contiguë - Sterrhinae - 05.10.2018 -

Idaea seriata - la vieillie, la voisine - 19.06.

Idaea seriata - la vieillie, la voisine - 19.06.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 14:47

Lappet, Kupferglucke, Röstfärgad bladspinnare.

Gastropacha quercifolia. Mimétisme homochromique et homotypique. Perfection : même le pédoncule de la feuille est représenté ! On nomme cela de l'hypertélie, ou quand la nature en fait trop !

Les ailes antérieures sont placées en toit au-dessus des postérieures qui, elles, restent étalées horizontalement.

Habitat : principalement forêts de chênes.
Plantes-hôtes : arbres fruitiers.

«L’ homochromie et l’ homotypie contribuent à protéger certaines espèces. Pourtant cette protection est loin d’être totale et reste en particulier sans effet vis-à-vis des prédateurs qui se guident à l’odorat. Si elle l’était, on devrait, par le jeu de la sélection naturelle, voir disparaître tous les insectes hétérochromes au profit de ceux qui possèdent ce mode de défense. Ce n’est certes pas le cas ; il n’en reste pas moins difficile d’expliquer l’apparition de tels types au cours des temps géologiques.» In «Les insectes et les plantes» de Christian SOUCHON, «Que sais-je ?», 1974.

Là aussi il y aurait un hic entomologique.
Il est dit que la "feuille morte du chêne" ressemble à une feuille... de hêtre ! Quant au chêne - le chêne pubescent dans ma région - il ne perd pas ses feuilles à l'automne (peut-être quelques unes) mais les garde, mortes, jusqu'au printemps suivant, ce sont les nouvelles pousses de feuille qui font tomber les anciennes !

La feuille morte du chêne -

Voir aussi "tous les mimétismes", lien ci-dessous.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 07:11

Aporia crataegi - Jadis commum, de nos jours protégé !

Chez nos voisins : Black-veined white, Baumweissling, Hagstornsfjäril, Blanca del Majuelo.

Plantes-hôtes : aubépine, prunellier, divers arbres fruitiers, spiraca, etc

Jadis courant, le gazé est devenu rare.
Il est considéré comme éteint dans le Nord Pas-de-Calais (2012)

"Gazé : nom vulgaire d'une papillon blanc à nervures noires, du groupe des piérides. Les ailes supérieures sont transparentes chez la femelle. La chenille du gazé est d'un bleu-gris, rayé de noir et de brun, avec une ligne jaune sur les côtés ; elle vit sur l'aubépine, le prunier, le prunellier, le poirier.
Les jeunes chenilles passent l'hiver en société sous une toile de soie. Le gazé est commun en juillet dans toute la France. Son corps atteint 2 cm de long" (Encyclopédie Larousse du XXeme siècle - 1930)


De nos jours, non seulement il n'est plus commun mais rare et protégé !

le-gaze-et-sa-chrysalide
Le Gazé sur un trèfle incarnat, et sa chrysalide à l'aspect de la porcelaine. (Lubéron-04)
 
le-gaze 
Le Gazé sur une centranthe rouge.
Ses ailes ont été abîmées. (Marignane-13) 
Observé à nouveau un gazé le 28.04.2007.
J'en ai observé 4 en 2009.

le-gaze

On devine son abdomen à travers la gaze de ses ailes nervurées (contre-jour) - sur centranthe rouge - Marignane -

Parasitisme : le Braconide "Apenteles glomeratus" subit une diapause hivernale lorsqu'il se développe dans la chenille du Gazé, il évolue sans ce stade de repos dans le chenille de la Piéride du chou (Gallien).

le-gaze-4.

Le gazé n'était pas rare ! 

"Cette blancheur palpitante, ce sont des milliers de piérides de l'aubépine (Gazé), prises tout à coup d'une folie d'aventure. De tous les buissons environnants, elles sont accourues au rendez-vous. "Ces insectes, écrit F.Picard, s'attirent et s'assemblent comme les hirondelles avant le départ." Et il précise : "Les arbres voisins n'en abritent pas un seul." ("Phénomènes sociaux chez les animaux" éditions A.Collin).
On peut secouer leur perchoir : elles s'envolent, tourbillonnent comme un nuage de flocons pris dans le vent, et s'abattent un peu plus loin sur un autre arbre où l'attente continue. Soudain, alors que rien ne paraît s'être modifié ni dans la lumière ni dans l'air, l'arbre fleuri semble dépouillé par une tempête. Ses fleurs blanches sont emportées dans le ciel. Elles s'élèvent en une masse dense, en un nuage qui s'éloigne lentement, s'étire interminablement, s'estompe enfin et disparaît. Qui a donné le signe du départ ?..."
(Michel Reboux in "l'insecte ce martien et l'homme" - découvertes" Maison Mame 1957)


le-gaze-3---01.05

Partager cet article

Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 17:37

Charge supportée par la surface alaire au milligramme par centimètre carré de divers papillons  :

Moro-sphinx : 86,6 mg
Sphinx ligustri : 125,0 mg
Pieris brassicae : piéride 6,5 mg
Vaessa cardui : 7,4 mg
Vanessa urticae : 13,0 mg
Vanessa atalanta : 14,7 mg
Arctia caja (femelle) : 55,3 -  mâle : 46,0
Acherontia atropos : 64,5 mg
Macroglossa stellatarum : 86,6
Lasiocampa quercus : 67,0
Parnassius apollo : 12.0 mg
Myrtil - Maniola jurtina - sur roncier

et  Bombus terrestris (hyménoptère) : 244.mg 
D'après Portier, in "les papillons" de G.Mathot - 1948.

- Le Zygène variable.

- Le Sylvandre.

- Le Citron de Provence au bal masqué ! (N et B)

- Papilio machaon - 9 cm - sur centranthe rouge.

- Le Damier "Melitaea cinxia". Dessous et dessus.

- Argus bleu céleste. "Lysandra belargus"

- Azuré du thym "Maculinea arion"

- Vulcain.

- Le myrtil dans la prairie.

- L'argus brun "Aricia agestis"

- Le Myrtil. (2)

- La Mélitée orangée "Melitae dydima"

- Sphinx gazé fuciforme - "Hemaris fuciformis". 2 photos.

- Le Satyre "Lasiommata genera".

- "Papilio machaon" - 2

- Le sylvain azuré.

- Grands nacrés "Mesoaacidalia acaja"

- Le flambé (2)

- Piéride du chou.

- Le Satyre. Lasiommata megera

- Petit-mars-changeant, forme clytie

- L'échancré "Libythea celtis"

Le "Zygène variable" - Lubéron (04) - 470 m - 11.07.2015.

Le "Zygène variable" - Lubéron (04) - 470 m - 11.07.2015.

Le Sylvandre se pose souvent sur les troncs d'arbre qui imitent sa couleur pour bénéficier du mimétisme. (voir page spéciale)

Le Sylvandre se pose souvent sur les troncs d'arbre qui imitent sa couleur pour bénéficier du mimétisme. (voir page spéciale)

Le Citron de Provence - Coliade de la bourdaine -  au bal masqué sirote un nectar au buffet de la fleur.

Le Citron de Provence - Coliade de la bourdaine - au bal masqué sirote un nectar au buffet de la fleur.

Papilio machaon, beau spécimen de 9 cm d'envergure (mesuré, celui du haut), sur centranthe rouge.
Papilio machaon, beau spécimen de 9 cm d'envergure (mesuré, celui du haut), sur centranthe rouge.

Papilio machaon, beau spécimen de 9 cm d'envergure (mesuré, celui du haut), sur centranthe rouge.

Le Damier "Melitaea cinxia" sur ceanothus - éclairage rasant - dessous -

Le Damier "Melitaea cinxia" sur ceanothus - éclairage rasant - dessous -

Le Damier - dessus - sur menthe aquatique - prairie humide - Lubéron (04) -

Le Damier - dessus - sur menthe aquatique - prairie humide - Lubéron (04) -

Argus bleu céleste "Lysandra belargus"

Argus bleu céleste "Lysandra belargus"

Azuré du serpolet ou du thym "Maculinea arion"

Azuré du serpolet ou du thym "Maculinea arion"

À propos de "Argus bleu céleste", du "bronzé ou cuivré", "azuré du thym" et autres : la majorité des Papilionoidea a développé des stratégies d'associations facultative ou obligatoire avec les fourmis, qui vont du parasitisme au mutualisme.
Les chenilles et les chrysalides utilisent des signaux chimiques et acoustiques pour manipuler les fourmis dans le sens de la myrmécophylie.
La présence d'une glande dorsale, située en général sur le 10ème segment exsudant un liquide sucré comparable au miellat des pucerons est un caractère largement partagé par les chenilles de lycénidés myrmécophiles et connu depuis 1894.
On parle alors de chenilles trophobiontes.
Toutefois, certaines espèces ont mis au point des stratégies plus complexes pour inciter les fourmis à les adopter et à les transporter au sein de leurs fourmilières.

Vulcain - séance de bronzage sur une feuille. 28.04 -

Vulcain - séance de bronzage sur une feuille. 28.04 -

Le MYRTIL butinant dans la prairie sur trèfle incarnat (Trifolium repens) - 12.05
Le MYRTIL butinant dans la prairie sur trèfle incarnat (Trifolium repens) - 12.05

Le MYRTIL butinant dans la prairie sur trèfle incarnat (Trifolium repens) - 12.05

MYRTIL sur valériane rouge, ses ailes enfin ouvertes ! 06.06

MYRTIL sur valériane rouge, ses ailes enfin ouvertes ! 06.06

Le myrtil "Maniola jurtina" sur fleurs de roncier - 03.06.

Le myrtil "Maniola jurtina" sur fleurs de roncier - 03.06.

ARGUS BRUN "Aricia agestis" sur centranthe rouge - 27.05 -

ARGUS BRUN "Aricia agestis" sur centranthe rouge - 27.05 -

La mélitée orangée "Melitae dydima" posée au sol - Lubéron (04) -

La mélitée orangée "Melitae dydima" posée au sol - Lubéron (04) -

Sphinx gazé fuciforme "Hemaris fuciformis" sur buddleia - juillet - Lubéron (04) -
Sphinx gazé fuciforme "Hemaris fuciformis" sur buddleia - juillet - Lubéron (04) -

Sphinx gazé fuciforme "Hemaris fuciformis" sur buddleia - juillet - Lubéron (04) -

Le Satyre "Lasiommata genera" sur centaurée - Vu de dessus et dessous - Lubéron (04)

Le Satyre "Lasiommata genera" sur centaurée - Vu de dessus et dessous - Lubéron (04)

PAPILIO MACHAON sur centranthe rouge ou valériane. Juillet.

PAPILIO MACHAON sur centranthe rouge ou valériane. Juillet.

Le Sylvain azuré sur chardon roland ou rouland non épanoui - Luberon (04)

Le Sylvain azuré sur chardon roland ou rouland non épanoui - Luberon (04)

Grands nacrés "Mesoaacidalia acaja", le couple. Luberon (04)

Grands nacrés "Mesoaacidalia acaja", le couple. Luberon (04)

Le flambé sur buddleia (04)

Le flambé sur buddleia (04)

Une pieride blanche.

Une pieride blanche.

Le Satyre - Lasiommata genera - sur trèfle (30.04)...

Le Satyre - Lasiommata genera - sur trèfle (30.04)...

 ...et sur souci (11.03) "coucher de soleil"

...et sur souci (11.03) "coucher de soleil"

Petit-mars-changeant, forme clytie. Sur une pierre du ruisseau le Largue (04) - 13.07.2019 -

Petit-mars-changeant, forme clytie. Sur une pierre du ruisseau le Largue (04) - 13.07.2019 -

L' échancré "Libythea celtis" sur laurier-tin.

L' échancré "Libythea celtis" sur laurier-tin.

Partager cet article

Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 17:08
Papilio machaon ou Grand-porte-queue, sur fenouil.

Papilio machaon ou Grand-porte-queue, sur fenouil.

Les Papillons
Gérard de Nerval (1808-1855)

***

De toutes les belles choses
Qui nous manquent en hiver,
Qu'aimez-vous mieux ? - Moi, les roses ;
- Moi, l'aspect d'un beau pré vert ;
- Moi, la moisson blondissante,
Chevelure des sillons ;
- Moi, le rossignol qui chante ;
- Et moi, les beaux papillons !

Le papillon, fleur sans tige,
Qui voltige,
Que l'on cueille en un réseau ;
Dans la nature infinie,
Harmonie
Entre la plante et l'oiseau !...

Quand revient l'été superbe,
Je m'en vais au bois tout seul :
Je m'étends dans la grande herbe,
Perdu dans ce vert linceul.
Sur ma tête renversée,
Là, chacun d'eux à son tour,
Passe comme une pensée
De poésie ou d'amour !

Voici le papillon 'faune'
Noir et jaune ;
Voici le 'mars' azuré,
Agitant des étincelles
Sur ses ailes
D'un velours riche et moiré.

Voici le 'vulcain' rapide,
Qui vole comme un oiseau :
Son aile noire et splendide
Porte un grand ruban ponceau.
Dieux ! le 'soufré', dans l'espace,
Comme un éclair a relui...
Mais le joyeux 'nacré' passe,
Et je ne vois plus que lui !

Comme un éventail de soie,
Il déploie
Son manteau semé d'argent ;
Et sa robe bigarrée
Est dorée
D'un or verdâtre et changeant.

Voici le 'machaon-zèbre',
De fauve et de noir rayé ;
Le 'deuil', en habit funèbre,
Et le 'miroir' bleu strié ;
Voici l''argus', feuille-morte,
Le 'morio', le 'grand-bleu',
Et le 'paon-de-jour' qui porte
Sur chaque aile un oeil de feu !

Mais le soir brunit nos plaines ;
Les 'phalènes'
Prennent leur essor bruyant,
Et les 'sphinx' aux couleurs sombres,
Dans les ombres
Voltigent en tournoyant.

C'est le 'grand-paon' à l'oeil rose
Dessiné sur un fond gris,
Qui ne vole qu'à nuit close,
Comme les chauves-souris ;
Le 'bombice' du troëne,
Rayé de jaune et de vent,
Et le 'papillon du chêne'
Qui ne meurt pas en hiver !...

Voici le 'sphinx' à la tête
De squelette,
Peinte en blanc sur un fond noir,
Que le villageois redoute,
Sur sa route,
De voir voltiger le soir.

Je hais aussi les 'phalènes',
Sombres hôtes de la nuit,
Qui voltigent dans nos plaines
De sept heures à minuit ;
Mais vous, papillons que j'aime,
Légers papillons de jour,
Tout en vous est un emblème
De poésie et d'amour !

Malheur, papillons que j'aime,
Doux emblème,
A vous pour votre beauté !...
Un doigt, de votre corsage,
Au passage,
Froisse, hélas ! le velouté !...

Une toute jeune fille
Au coeur tendre, au doux souris,
Perçant vos coeurs d'une aiguille,
Vous contemple, l'oeil surpris :
Et vos pattes sont coupées
Par l'ongle blanc qui les mord,
Et vos antennes crispées
Dans les douleurs de la mort !...

Sur cette page :

Papilio machaon 
Aurore (Anthochoris cardamines)
Pieride de la rave (Pieris rapae)
Tabac d'Espagne (Argynnis paphia) femelle
Satyrus ferula
Tircis (pararge aegeria aegeria)
Ocellé de la cache ou Amaryllis de valentin
Sphinx du palmier (Paysandisia archon)
Hespérie de la mauve
Soufré (Colias hyale)
Argus bleu céleste (lyssandra bellargus)
Procris
Souci
Demi-deuil
Cuivré ou bronzé "Lycaena phlaeas" 
Sphinx du palmier "Paysandisia archon"
Vulcain (Vanessa atalanta)
Mélitée orangée (Melitanea dydima)
Satyre (Lasiommata genera)
Silène ( Brintesia circe)
Petit-mars-changeant forme clytie 

Papilio machaon sur sedum - 17.09.2017

Papilio machaon sur sedum - 17.09.2017

aurore anthocharis cardamines 04.04 sur monnaie du pape

aurore-sur-monnaie-du-pape---04.04.2014

L'aurore "anthocharis cardamines" en train de butiner des fleurs de monnaie du pape - 04.04
L'aurore est un papillon qui annonce vraiment le printemps
.

Gracieux petit papillon annonceur du printemps, Anthocharis cardamines se promène dans vos jardins jusqu’au début de l’été. Anthocharis veut dire «qui a la grâce des fleurs», et cardamines, «de la cardamine», l’une de ses plantes hôtes.
Son nom anglais «orange tip» signifie «extrémités orangées».
Il prend tout son sens lorsque l’on observe les taches orange présentes aux extrémités de ses ailes.
Celles-ci peuvent rappeler le lever du soleil, d’où le joli nom commun «Aurore» qu’on lui donne volontiers.

pieris-rapae-pieride-de-la-rave-04.04.

La pieride de la rave "pieris rapae" se chauffe au soleil - 04.04 -
Blanche comme de la neige.

cardinal-femelle-pandoriana-pandora-sur-buddleia

 "Argynnis paphia" Tabac d'Espagne - femelle - sur fleurs de buddleia.
 satyrus ferula

"Satyrus ferula" - Lubéron (04) - 
"Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur" (Jules RENARD)

Tircis pararge aegeria aegeria sur ceanothus 11.04  Tircis "parage aegeria aegeria" sur fleurs de ceanothus - 11.04.2014

ocelle-de-la-canche-ou-amaryllis-de-valentin

Ocellé de la canche ou Amaryllis de valentin.

pieride-blanche-sur-centranthe-rouge

Pieride blanche en gros plan sur centranthe rouge - mai -

demi-deuil-fantomas

Demi-deuil -  Fantômas !    

La couleur blanche du demi-deuil est une flavone prélevée par la chenille sur la plante dont elle se nourrit "Dactylis glomerata"             

Hespérie de la mauve - juillet
 Hespérie de la mauve "Pyrgus malvae" posée sur un épi de lavande - juillet 

Le soufré "Colias hyale" - femelle - sur une espèce de centaurée. Lubéron (04) 07.09.2014 - 470 m - bord chemin forestier.

Le soufré "Colias hyale" - femelle - sur une espèce de centaurée. Lubéron (04) 07.09.2014 - 470 m - bord chemin forestier.

L'argus bleu céleste "Lyssandra bellargus" vu de dessous sur une scabieuse - 07.09 - Lubéron (04)

L'argus bleu céleste "Lyssandra bellargus" vu de dessous sur une scabieuse - 07.09 - Lubéron (04)

Le Procris "Coenonympha pamphilus". Coenonympha pamphilius sur un genêt. Plantes-hôtes : graminées diverses.  La couleur chamois du Procris est due à une flavone (anthoxanthine) provenant des graminées.(Wigglesworth)

Le Procris "Coenonympha pamphilus". Coenonympha pamphilius sur un genêt. Plantes-hôtes : graminées diverses. La couleur chamois du Procris est due à une flavone (anthoxanthine) provenant des graminées.(Wigglesworth)

Le Souci "Colias croceus" sur centaurée - 29.07 - Lubéron (04) -

Le Souci "Colias croceus" sur centaurée - 29.07 - Lubéron (04) -

"Demi-deuil" au repos dans le feuillage - 11.07 - 8 h - Lubéron (04) - 470 m.

"Demi-deuil" au repos dans le feuillage - 11.07 - 8 h - Lubéron (04) - 470 m.

Le Cuivré ou Bronzé sur lavande - 20.07 -

Le Cuivré ou Bronzé sur lavande - 20.07 -

Le Sphinx du palmier "Paysandisia archon" - Chenille très nocive pour les palmiers dans le sud de la France - Marignane - 13.07.2015.

Le Sphinx du palmier "Paysandisia archon" - Chenille très nocive pour les palmiers dans le sud de la France - Marignane - 13.07.2015.

Le vulcain sur valériane.

Le vulcain sur valériane.

Melitae dydima - Mélitée orangée posée sur le sol.

Melitae dydima - Mélitée orangée posée sur le sol.

Blanc sur blanc - Pieride et fleur de cognassier - 02.04

Blanc sur blanc - Pieride et fleur de cognassier - 02.04

Le Satyre - Lasiommata genera - sur trèfle rouge. 30.04.

Le Satyre - Lasiommata genera - sur trèfle rouge. 30.04.

Le Silène  Depuis quelques jours je le vois virevolter autour de mon figuier et se poser à l'ombre sur le tronc pour se rafraîchir ! Ce jour 28.06 à 14 h = 40 degrés sous mon arbre ( 8 m de haut et 1 m 20 de diamètre). Le papillon se délecte du jus des figues de Solies..

Le Silène Depuis quelques jours je le vois virevolter autour de mon figuier et se poser à l'ombre sur le tronc pour se rafraîchir ! Ce jour 28.06 à 14 h = 40 degrés sous mon arbre ( 8 m de haut et 1 m 20 de diamètre). Le papillon se délecte du jus des figues de Solies..

Sur une pierre au bord du ruisseau, le Petit-mars-changeant forme clytie. Le Largue (04) 13.07.2019, photo de ma petite fille Laura.

Sur une pierre au bord du ruisseau, le Petit-mars-changeant forme clytie. Le Largue (04) 13.07.2019, photo de ma petite fille Laura.

Partager cet article

Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 09:37

URESIPHITA GILVATA 


Uresiphita gilvata (Fabricius 1794) - Crambidae -
Plantes-hôtes : genêt, ajonc, cytise. Papillon migrateur.
Parasitée par Meteorus puchricornis (hyménoptère)
 
Chenille uresiphita gilvata
Sur genêt, 18 mai 2012 - 25 mm - Marignane (13)
Chenille "URESIPHITA GILVATA" en train de manger l'écorce d'un rameau de genêt - 18 mai 2012, jardin - vue aussi en octobre, massif de la Nerthe (13)
On remarque ses poils blancs.
Chenille uresiphita gilvata
Chenille uresiphita gilvata
Pour se maintenir au support comme ce jour 18.05 où il faisait du vent, la chenille se tisse quelques fils de soie.
En train de dévorer une fleur de genêt
Chenille uresiphita gilvata
Chenille uresiphita gilvata
13.08.2012
Mes genêts sont très habités !

  

Partager cet article

Repost0

BALADES ENTOMOLOGIQUES


Description : Macrophotos, observations et études sur quelques insectes de Provence.

Partager ce Blog
Retour à la page d'accueil
Contact

 

Recherche

COPYRIGHT

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/Divers/copyright3.gif  Le téléchargement de tout ou partie des textes, images, sons, photographies, données, marques et tout autre élément qui y sont contenus est autorisé à des fins strictement privés ou dans un cadre scolaire et pour un usage non commercial. Toute utilisation, diffusion, reproduction, commercialisation, et représentation, totale ou partielle, d'éléments du site à d'autres fins est subordonnée à l'autorisation préalable de l'auteur. Merci.

Pierre-Jean BERNARD

 

ALBUMS PHOTOS

 

Album 1

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/dasypoda-hirtipes-1.jpg

Album 3
https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/2/3/Tircis-pararge-aegeria-aegeria-sur-ceanothus-11.04.JPG

Album 4

https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/4/clairon-des-abeilles-10.07.JPG

Album 5
https://idata.over-blog.com/1/76/85/08/5/08.09-PM-mangeant-bouton-fenouil---pollen.JPG

Un clic sur image
pour voir les albums

 Album 6https://image.over-blog.com/Lsx2HhQ9Vqvcq2MsVT_EiiGUt54=/filters:no_upscale()/image%2F1206169%2F20201215%2Fob_3e592e_hymenoptere-poliste-dominula-femelle.jpg